UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2019

Étude n°4 Affronter les difficultés Néhémie 4 et 6 (26 10 2019)

Étude n°4 Affronter les difficultés Néhémie 4 et 6 (26 10 2019)

« Ceux qui bâtissaient la muraille… travaillaient d’une main et tenaient une arme de l’autre » Néh 4.11

Observonsconstruction mur au MA.jpg

Dans le texte hébreu les 6 premiers versets du ch 4 font partie du ch 3, qui a ainsi 38 versets (TOB). Ces deux chapitres 4 et 6 sont réunis car ils relatent les difficultés créées par les ennemis extérieurs au peuple, tandis que  le ch 5 concerne les difficultés internes.

- Qui sont les ennemis des Juifs ?

*Sanballat le horonite, est un gouverneur samaritain venant de Beth Horon sur l'ancien territoire d'Ephraïm, apparenté à Eliashib le grand sacrificateur (ch 13,28).

*Tobija, serviteur ammonite, esclave affranchi, employé du roi de Perse peut-être administrateur du territoire d'Ammon. Apparenté lui aussi à des familles importantes de Juda (6,17-18 ; 3,4 et 30), lié par serment politique à Eliashib (13,4), il entretenait avec eux une correspondance secrète (6,19).

*Gueshem ou Gashmu, l'Arabe, chef d'une tribu transplantée en Samarie.

*Des peuples autour de Jérusalem, sujets des rois de Perse donc ne pouvant pas s'élever ouvertement contre le gouverneur Juif nommé par le roi (4,7 ; 6,1)

- Par quels moyens les ennemis essaient-ils de décourager ou d'effrayer Néhémie ?

Ch 4 :4,1-3 la colère, la raillerie et le mépris,

4,7-8,11 la force et la menace d'une coalition contre Jérusalem,

Ch 6 : 6,2-4 la ruse pour attaquer personnellement Néhémie : par 4 fois tentative de guet-apens à environ 40 km de Jérusalem.

6,5-7,9 la calomnie publique pour effrayer et décourager

 6.10-13 la fausse prophétie pour mettre en tort Néhémie en lui faisant commettre un acte illégal (seuls les prêtres pouvaient entrer dans le Temple),

 6.17-19 la traîtrise des grands de Juda.

- Par quoi le récit est-il parfois interrompu ?

Par les prières de Néhémie en réaction aux attaques (4.4-5 ; 6. 9,14)

- Quelles sont les réactions de Néhémie ?

Chapitre 4 : Pas de réponse à la colère (4,1)

Prière à Dieu (4,4) réclamant l'exécution de Son jugement sur les ennemis qui L'ont outragé en se moquant des sacrifices (4,2),

Prière avec d'autres (4,9) devant la menace armée,

Action de protection : mise en place de gardes armés après l'arrêt momentané des travaux, et encouragements (4,9 et 14),

Reprise des travaux immédiatement après la fin de l'alerte, organisation de la défense des travailleurs et des ouvrages (4,14-21)

Énergie, zèle à l'ouvrage pour l'achever rapidement (4,21-23)

Chapitre 6 :

Refus catégorique de discuter avec l'ennemi : pas de temps à perdre ! (6,3-4)

Proclamation de la vérité et dénonciation des mensonges (6,8), mais sentiment de faiblesse qui le fait se tourner vers Dieu (6,9b)

Esprit de discernement devant les fausses prophéties (6,12) et les faux amis (6,19)

Foi et courage (6,11a), humilité (6,11b)

Prière à Dieu (6,14)

Comprenons

 L'attitude de Néhémie face à l'ennemi enseigne que

. la prière est la grande force du croyant en butte aux attaques de l'Adversaire (Eph 6, 18). Conscient de sa faiblesse, il se tourne vers Dieu qui le réconforte et lui donne discernement et courage.

. la fermeté, avec les armes de Dieu, doit répondre à l'insistance et la variété des attaques (Eph 6,14-17) ; Jac 4,7).

. les attaques directes venant de l'extérieur contre l'œuvre de Dieu, sont moins à craindre que les obstacles internes ou voilés, comme les calomnies, les ruses, le découragement ou les jalousies.

. les prières de vengeance de Néhémie s'expliquent par le désir de s'en remettre au juste jugement de Dieu, au lieu de penser à se venger soi-même. Elles font écho au cri des âmes sous l'autel d'Ap 6,10. Le chrétien sait qu'il faut y ajouter la prière de pardon et de bénédiction pour les ennemis (Mat 5,44).

Toute œuvre de Dieu attire l'opposition de l'Adversaire, qui cherche à en freiner la progression, et si possible à la détruire. L'œuvre de "réparation des brèches" (Es 58,12)  à laquelle est appelée l'Église dans les derniers temps pour préparer la venue du Seigneur, est dans la ligne de mire de Satan qui utilise tous les moyens pour la combattre.

Les bâtisseurs continuaient à travailler avec ardeur, solidarité et coordination (voir le ch 3) pour achever l’œuvre en un temps record. Toutefois leur vigilance ne se relâchait pas car ils travaillaient les armes à la main. On pense alors aux armes de Dieu dans Ephésiens 6 ! Seules la prière communautaire et individuelle, la confiance en Jésus-Christ, muraille protectrice, et l'action dans l'amour de Dieu et du prochain permettent à l'Église de faire reculer l'Adversaire, et d'entrer dans la paix du Sabbat éternel (Hé 4,9,11).

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

- Ai-je l'habitude de me tourner en tout temps et en tous lieux vers le Seigneur, pour lui présenter ma faiblesse ou ma reconnaissance ?

- Quelle est ma place dans l’œuvre de «reconstruction des brèches» de mon Église ?

- Quelles sont mes réactions face aux difficultés de mon Église ou de ma vie ?

- De quelles armes fais-je usage et lesquelles me manquent pour lutter dans le combat de la foi?

08:00 Publié dans Néhémie | Lien permanent | Commentaires (0)

11/10/2019

Étude n°3 L’appel de Dieu : rebâtir Jérusalem, Néhémie 2 et 3 (19 10 19)

 

Étude n°3 L’appel de Dieu : rebâtir Jérusalem, Néhémie 2 et 3 (19 10 19)

 

 « Venez, rebâtissons la muraille de Jérusalem et nous ne serons plus dans le déshonneur ! Je leur racontai comment la bonne main de mon Dieu était sur moi, et quelles paroles le roi m’avait  adressées. Ils dirent : Levons-nous, bâtissons ! Et ils se fortifièrent dans cette bonne résolution » Néh 2.17-18

(Illustration : Néhémie devant les portes de Jérusalem, Gustave Doré 19è)

Observons

- Quand débute l'action ?

v 1 au mois de Nisan, la 20è année d'Artaxerxés = premier mois de l'année religieuse des Juifs d'après l'exil, en mars ou avril, 4 mois après le mois de kislev (novembre ou décembre) qui est le premier mois de l'année civile des Juifs d'après l'exil.

 

- Par quoi débute-t-elle ? Comment agit Néhémie ?

v 1-8 une requête au roi Artaxerxés adressée par Néhémie

-en saisissant au vol une occasion favorable (1)

            -en priant silencieusement avant de parler au roi (4)

-en présentant une demande personnelle et non politique ("la ville des sépulcres de mes pères" et non Jérusalem) (5),

            -en étant vrai (5)

            -en étant précis et hardi (7-8)

            -en reconnaissant la protection de Dieu (8)

 

- Quels sont les préparatifs de Néhémie à Jérusalem ?

v 9, 11,16 : trois jours de repos, de silence sur son projet, et de rencontres officielles.

v 12-15 : une inspection nocturne incognito de l'état des lieux,

v 17-18 : une convocation des responsables juifs, la communication de son projet visionnaire, le témoignage de l'exaucement de sa prière.

 

- Comment sont répartis les travailleurs ? (ch 3.28,30)

 

- Recherchez le nom des portes inspectées par Néhémie et le tour accompli autour de Jérusalem. Quel sens spirituel peut avoir pour nous ce tour des portes ?

 

Comprenons

Une douzaine d’années s’écoulent entre le décret d’Artaxerxés et la venue de Néhémie. Pendant ces années, Esdras a réformé le culte, enseigné les Ecritures, et tenté d’extraire l’idolâtrie. Devant l’hostilité des Samaritains, il a sans doute cherché à relever les murailles de Jérusalem pour la protéger. Mais le revirement d’Artaxerxés sur dénonciation des Samaritains, (Esdras 4) lui a fait arrêter les travaux. Il s’est alors consacré à l’étude et l’enseignement des Ecritures, peut-être aussi à la rédaction des livres des Chroniques et de ses Mémoires (qui sont devenues une des sources principales des livres bibliques d’Esdras et Néhémie). C’est alors que le récit se tourne vers Néhémie.

 

A- Néhémie à Babylone

Il est resté à la cour d’Artaxerxés où il est échanson du roi. C’est une fonction importante, puisque c’est lui qui goûte avant le roi les boissons qu’on lui sert, pour tester les poisons éventuels ! Cela demande la confiance totale du roi et montre que les rois de Perse n’hésitaient pas à l’accorder à des exilés Juifs. Dieu prépare des hommes ou des femmes (Daniel, ses compagnons, Mardochée, Esther, Esdras, Néhémie) capables d’exécuter son plan pour son peuple, et les place là où ils seront à même d’influencer les autorités païennes.

Néhémie est très attentif à ce qui se passe à Jérusalem et ne manque pas d’aller aux nouvelles auprès de ceux qui sont en relations commerciales ou diplomatiques avec cette province lointaine de l’empire perse. La préoccupation de Néhémie pour Jérusalem est si profonde et si vive qu’il prend l’initiative de s’informer, et réagit avec une grande émotion au récit de l’état de la ville. Il se tourne vers Dieu avec ferveur et humilité, il laisse se former en lui un projet de reconstruction inspiré par Dieu. Il saisit enfin l’occasion opportune malgré sa crainte du roi pour s’en ouvrir à lui : l’interdiction de poursuivre les travaux (Esdras 4) ne datait pas de si longtemps ! Il agit avec prudence et énergie pour préparer l’exécution du projet.

Néhémie reçoit une mission civile de gouverneur chargé de la reconstruction de la ville. L’influence qu’il a pu avoir sur le roi explique le nouveau revirement de celui-ci en faveur des Juifs. Contrairement à Esdras qui avait une mission religieuse, Néhémie demande la protection du roi, puisque sa mission est officielle et politique. Mais il reconnaît par-là que Dieu a établi l’autorité du roi pour mener à bien cette mission.

 

B- Néhémie à Jérusalem

1) Néhémie s’empresse de faire un tour d’inspection des murailles, incognito, pour ne pas dévoiler tout de suite son projet.

L'inspection donne un aperçu de ces murailles qu'il faut compléter par les noms donnés aux ch 3 et 12. Les différences entre les noms des portes et surtout le grand nombre de constructeurs pour une longueur relativement courte au sud et à l'est du Temple prêtent à discussion, mais peuvent se comprendre par les multiples brèches et destructions dans la muraille, et par les différences de hauteur et de largeur du mur. C’est ce qui explique le grand nombre de travailleurs sur une distance relativement courte (ch 3). Les matériaux sont souvent sur place à l’abandon, ce qui explique aussi la rapidité des travaux : 53 jours pour une longueur de 5 km. Vu les menaces externes et internes (3.33-4.6), Néhémie avait intérêt à ne pas prolonger trop la mobilisation générale. Les bâtisseurs font preuve de persévérance, de courage, d’esprit de service et de solidarité, quels que soient leur niveau de responsabilité et leur rang social. Ils sont unis par une même entreprise et un même objectif : redonner à Jérusalem ses murs de protection, de façon à rétablir le royaume. Chacun travaille « devant sa maison » à la reconstruction des murs en utilisant les matériaux sur place.

 

2) Les portes et le parcours spirituel

Il est difficile selon les textes de Néhémie qui parlent de la muraille de retrouver avec exactitude l’emplacement des portes et des portions de murs. Seules sont mentionnées les portions vraiment endommagées. Les tours et la porte d’Ephraïm étaient encore debout à l’arrivée de Néhémie.

Le tour de la ville accompli par Néhémie part de l'ouest, à l'opposé du Temple, à la porte de la Vallée (aujourd'hui sans doute la porte de Jaffa), passe successivement du sud vers l'est puis le nord, par la porte du Fumier (vers la décharge publique de la Géhenne, au sud-ouest), la porte de la Source au sud du mont Sion, la porte des Eaux au-dessus du ravin du Cédron à l'est de Jérusalem et au sud-est du Temple, la porte des Brebis à l'angle nord-est du Temple, la porte des Poissons au nord de la ville, la Vieille Porte au nord-ouest, très proche de la porte d'Ephraïm, qui n'avait sans doute pas été détruite. La ville est donc entourée d'un mur aux sept portes dont le nombre et les noms sont chargés de symboles spirituels[1].

Néhémie, plan des murailles.jpeg


Nous n’avons retenu parmi les portes de la ville que celles qui ont des noms symboliques qui évoquent un parcours spirituel.

 

Esaïe (60.18b) avait déjà donné un sens symbolique spirituel aux portes et murailles de la ville, « Tu donneras à tes murailles le nom de salut et à tes portes  celui de louanges », et Zacharie 2.9 prophétise : « Je serai pour Jérusalem une muraille de feu tout autour et je serai sa gloire au milieu d’elle ». Jésus se désignant lui-même comme la Porte du Royaume, nous avons pensé intéressant de prolonger cette lecture symbolique avec les portes. Le parcours spirituel que leurs noms évoquent est celui que doit accomplir tout enfant de Dieu qui désire entrer dans le Royaume. Néhémie commence son tour de ville par la porte de la vallée. Suivons-le en donnant un sens symbolique à chaque porte :

Porte de la vallée : lieu de vie des hommes, où Dieu vient leur parler (Ez 3.22)

Porte du fumier : lieu où on jette les déchets, lieu de la repentance où on confesse et abandonne ses péchés

Porte de la source : lieu où l’on trouve Dieu, source de vie, où on est désaltéré, pardonné

Porte des eaux : lieu où on est purifié et vivifié = baptême

Porte des brebis : près du temple, porte par laquelle entre le troupeau de Dieu consacré à son service (Rom 12.1)

Porte des poissons : lieu où entrent tous les hommes appelés par Dieu (Luc 5.6-10)

Vieille porte : lieu où on abandonne sa vie ancienne, ses vieilles habitudes pour entrer dans  la communion avec Dieu dans le temple.

Comme les deux cortèges à l’inauguration des murailles (ch 12 Etude n°10) évoquent la marche incessante vers le temple, lieu de rencontre avec Dieu, chacun est appelé à faire une marche progressive dans sa vie spirituelle, pour une rencontre toujours plus intime avec le Seigneur. S’il y a des arrêts ou des retours en arrière, Dieu est toujours là pour pardonner, accueillir, encourager à repartir, et soutenir dans les moments de ralentissement !

 

Pour la reconstruction des murs, Néhémie fait travailler les sacrificateurs et tout le peuple, chacun la portion qui fait face à sa maison et avec le matériau trouvé sur place ! Inutile d’aller loin et de perdre du temps en déplacements. Religieux et laïcs sont impliqués dans cette tâche de restauration des brèches, avec les moyens que le Seigneur met à disposition pour chacun (Esaïe 58.12).

Le Seigneur appelle tous ses enfants de la fin des temps à reconstruire les « murailles de son Royaume » laissées en friche au cours des siècles, en colmatant les brèches qui y ont été faites par oubli, négligence, ignorance ou refus de sa Parole. Le croyant trouve tout près de lui, dans les Ecritures (Deutéronome 30.11,14) la pierre angulaire, Jésus, sur laquelle construire sa vie, trouver sa sécurité, et faire reposer les pierres de la Nouvelle Jérusalem (1 Pierre 2.5-9 ; Apocalypse 21.12-14).

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

 

- Appelé par Dieu à reconstruire la muraille de ma vie brisée et effondrée par le péché, comment ai-je répondu à cet appel ?

- Suis-je suffisamment ouvert à l'influence de l'Esprit pour discerner l'exaucement de mes prières, et le projet de Dieu pour ma vie?

- Comment l’Eglise en général a-t-elle répondu à l’appel de Dieu à se reconstruire, à restaurer les anciens sentiers, à colmater les brèches, à rendre le « pays habitable » ? (Esaie 58.12b)

- Comme disciple de Jésus-Christ, ai-je conscience de ma responsabilité personnelle dans l'état de mon église et dans l'œuvre de Dieu dans le monde ? Quelle est ma participation à cette tâche de reconstruction spirituelle du peuple de Dieu ?

- Sur le chemin  de retour au Temple, à la Maison de Dieu, à quelle porte me suis-je arrêté ? Par laquelle ai-je besoin de repasser pour jouir de la présence de Dieu ?

 

 

 

 

[1] Pour ceux qui s'intéressent à ce symbolisme, voir le livre paru à la Ligue pour la Lecture de la Bible :"En piste ! Prier c'est passionnant." de Pierre-Yves Paquier, 1993, p 71 à 81 ; ce petit livre est très utile pour une semaine de prière communautaire ou personnelle

08:00 Publié dans Néhémie | Lien permanent | Commentaires (0)