Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2017

Étude n°9 Le Saint-Esprit et l’Eglise, Eph 4.1-13 (04 03 17)

Étude n°9 Le Saint-Esprit et l’Eglise, Eph 4.1-13 (04 03 17)amour fraternel 2.jpg

« Efforcez-vous de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix ! » Eph 4.3

Observons

Le contexte : Paul vient de prier (3.14-21) pour l’Église afin que Christ habite les cœurs (v 17) et que la plénitude de l’amour de Dieu les remplisse (v 19).

Le texte pourrait s’intituler « La marche en Christ dans l’unité et la diversité ».

1-3 : Marcher d’une manière digne de la vocation chrétienne dans l’unité de l’Esprit : Quelle est la vocation du chrétien dans l’Église selon ces versets (v 2) ?

4-6 : Une même foi unit le corps de Christ : sur quoi insistent les répétitions de ces versets ? Comment le v 6 définit-il les rôles diversifiés de la Divinité ?

7-10 : Le Seigneur distribue sa grâce à chacun selon sa mesure : Quel est le don de Christ ? Pourquoi mentionner son ascension ? Que représentent « les captifs » v 8 ?

11-16 : la diversité dans l’unité a pour objectif l’édification du corps de Christ dans l’amour et la vérité : Quel est l’objectif du don des ministères dans l’Église ? Que possède « l’homme fait »v 13 ?

 

Comprenons

V 1 : Après la première partie doctrinale de sa lettre aux Éphésiens, Paul passe à la partie morale sur les mots « Je vous exhorte donc » : la doctrine doit nécessairement à ses yeux produire des fruits dans la vie pratique du croyant et de l’Église.

Paul rappelle sa condition de « prisonnier dans le Seigneur » (3.1), pour montrer aux croyants que la foi demande de renoncer avec courage à tout ce qui pourrait éloigner de la vocation chrétienne. Celle-ci est précisée un peu plus loin v 13 : travailler à l’unité de la foi et de la connaissance de Christ, jusqu’à la maturité spirituelle, « à la mesure de la stature parfaite de Christ » ! Quel programme élevé et stimulant ! Marcher d’une manière digne de ce programme, c’est réaliser dans sa vie l’intention de Dieu (1 Thes 2.12 ; Phi 1.27). Cette manière de vivre est fondée sur quatre qualités de Christ : l’humilité, la douceur, la patience, le « support », que seul l’amour peut produire (v 2).

Se supporter les uns les autres n’est pas une attitude passive et peu ou prou hypocrite comme on l’entend couramment, c’est vraiment apporter son soutien, son support à l’autre, pour l’encourager et l’aider à marcher avec Christ dans l’unité de l’amour et de la foi avec les autres croyants.

4.1-6. Paul rappelle qu’avant de parvenir à l’unité de la foi, nous devons être humbles, doux, patients et aimants, servant “ de support” les uns pour les autres (v 2), dans le lien de la paix (v 3). Dans les versets 4 à 6, la Trinité est présente et les mots  « un seul » sont répétés 7 fois.

v 4 : Un seul corps, un seul Esprit, une seule espérance qui nous unit (1 Co 12.13).

v 5 : Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême ou alliance

v 6 : Un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, parmi (au milieu de) tous et en tous

Rester dans l’unité de l’Esprit Saint demande effort et vigilance, car le lien de la paix dans l’amour mutuel est toujours fragilisé par la puissance de l’orgueil et de l’égoïsme, naturels au cœur humain.

L’unité spirituelle du corps de Christ a pour fondement l’action de l’Esprit de Dieu qui pénètre les cœurs d’une même foi, les conduit et leur révèle le Seigneur et le Père de tous (v 5-6). Le baptême est nommé ici, non pas pour sa forme, mais pour son symbole : il est le signe extérieur de la nouvelle naissance, de la régénération qu’opère le Saint-Esprit en celui qui, par son alliance avec Dieu, se joint à l’Église .

Paradoxalement, en ces quelques versets qui appellent les croyants à l’unité spirituelle, Paul tout en défendant l’unité de la divinité, en montre la triple diversité de fonction (v 6). Le Père est au-dessus de tous, le Seigneur Jésus est avec tous (= Emmanuel), au-milieu de tous (Ap 1.13), l’Esprit Saint est en tous ! L’œuvre divine du salut de l’homme est une par son objectif d’amour, mais elle s’exprime, s’exerce de diverses manières, de façon adéquate dans le temps et les circonstances.

Ainsi, l’Esprit pour permettre la croissance spirituelle du corps de l’Église, va confier des responsabilités, des ministères différents aux croyants, selon qu’il trouve bon pour l’Église de les distribuer (1 Cor 12.11). Ce n’est pas le mérite du croyant qui le guide, mais l’objectif de croissance et le projet de Dieu pour chacun et pour l’ensemble de son Église, d’affermir la foi et de renforcer l’amour mutuel (v 13-16).

V 7-8 : L’Esprit ne peut accomplir cette œuvre d’unité et d’amour que parce que Christ est descendu sur terre (v 9 ; Phil 2.6-7), et a accompli la libération spirituelle de ceux qui étaient captifs du péché (« Il a emmené des captifs[1] » v 8b). Ayant rejoint la gloire du Père, Christ a reçu la puissance d’accorder à tous son Esprit et ses dons particuliers pour la croissance de son Église dans la vérité et l’amour (v 14-16).

4.11-13 : Cinq ministères sont confiés : apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs, docteurs « pour le perfectionnement et l’édification du corps du Christ afin de parvenir (1 Co 12.3) :

1) à l’unité de la foi

2) à la connaissance de Christ

3) à l’état d’homme fait, c’est-à-dire accompli. unité dans différences.jpg

Si Dieu est Esprit (Jn 4.24) et Amour (1 Jn 4.8) le lien de l’Esprit qui unit l’Église est l’amour de Dieu et du prochain, dans la paix que procure une même foi en Christ, quelles que soient les différentes formes de service par lesquelles cette foi s’exprime. L’Esprit dans l’Apocalypse (ch 2-3) appelle « Église » les différentes formes que la communauté chrétienne a prises au cours des siècles, et nous invite ainsi à considérer avec amour les frères en Christ qui se trouvent dans les diverses dénominations chrétiennes. Qui sommes-nous pour les mépriser ou les ignorer parce qu’ils ne pratiquent pas comme nous ? Dieu nous demande de veiller à l’unité de la foi en Christ dans l’amour les uns des autres que seul l’Esprit peut susciter, pour faire croître et affermir Son Corps, au-delà des différentes dénominations chrétiennes !

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

 

  • Comment changer mon regard sur l’autre dans mes relations sociales ou ecclésiales ?

 

  • Quelles qualités (v 2) puis-je demander à l’Esprit de développer en moi et en mon Église pour que règnent paix, amour et vérité parmi nous et avec les autres chrétiens ?

 

  • Quelle peut-être ma contribution au « perfectionnement des saints », et mon « service pour l’édification du corps de Christ » (v 12) ?

 

[1] Une lecture plus littérale comprend qu’à sa résurrection Jésus a libéré certains captifs des tombeaux (Mat 27.52-53), et les a emmenés avec lui à son ascension. Ils constitueraient ainsi les 24 anciens de la cour divine au moment du jugement (Ap 4.4).

17/02/2017

Étude n°8, Dons de l’Esprit, 1 Co 12.4-13 (25 02 17)

Etude n°8, Dons de l’Esprit, 1 Co 12.1-13 (25 02 17) (Reliquaire de St Austremoine, Effusion de l’Esprit)

« Il y a diversité de dons, mais le même Esprit, diversité de services, mais le même Seigneur, diversité d’opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. » 1 Cor 12.4-6feu de l'Esprit.jpg

 

Observons

Le contexte : A une église divisée (1.11-12) sans discipline (6.12a) et livrée à l’idolâtrie et l’inconduite (ch 10-11), Paul va rappeler que tout dans l’église dépend de l’Esprit (12.11).

Le texte  (1-14) constitue la première partie de l’ensemble du chapitre traitant des dons de l’Esprit, et introduit la métaphore du corps de Christ que forme l’Église.

1-3 : Quel est le signe de l’absence, puis de la présence de l’Esprit ?

4-7 : Quel rôle remplit chaque expression de la Divinité ? Qu’accorde-t-elle à l’Église ? Précisez la différence entre les termes employés par Paul. Dans quel but l’Esprit se manifeste-t-il dans l’Église ?

8-10 : exemples de neuf dons, classés en trois catégories déterminées par l’emploi de deux pronoms qui signifient « un autre » : « éteros » (v 9 et 10b) et « allos » partout ailleurs :

a- v 8: Que concernent ces deux dons ?

b- v 9-10a : (premier « eteros ») Quels sont les cinq dons groupés ici sous le titre de la foi ? (la foi et ses effets miraculeux : guérisons, miracles, prophétie, discernement des esprits)

c- v 10b : (second « eteros ») Quels sont les deux dons qui terminent la liste ? Qu’implique le pluriel du mot « langues » ?

11-13 : Relever les répétitions dans ces 3 versets : Quelle est la liberté de l’Esprit ?

Sur quoi insiste Paul dans sa comparaison avec le corps ? Qui est mis en valeur au verset central (12) ? Quel est le rôle de l’Esprit dans le corps de Christ que constitue l’Église, v 27 ?

Comprenons

Les effets de l’effusion de l’Esprit à la Pentecôte sur l’Église apostolique se sont fait sentir aussi à Corinthe. Ces dons et en particulier celui des langues, avaient aux yeux des Corinthiens peu sanctifiés, une valeur proportionnée à la gloire personnelle qu’ils pouvaient en retirer. Paul essaie de faire comprendre le but des dons et leur rapport entre eux : ils sont les moyens distribués par le baptême de l’Esprit à l’Église pour son unité et la puissance de son témoignage. Dans le ch 13, Paul établit que ce qui permet à ces dons d’être efficaces, c’est l’amour- agapê ; dans le ch 14, il développe l’usage du don des langues, si cher aux Corinthiens, mais placé en dernier dans la liste qu’il établit au chapitre 12.

Ce chapitre commence par préciser ce qui fonde l’Église. Paul ne parle pas ici du baptême d’eau, qui est le signe extérieur et public de l’engagement individuel du croyant. L’image du « baptême dans l’Esprit »(v 13) exprime l’action intérieure de l’Esprit dans le cœur du converti, pour faire mourir en lui sa nature païenne, idolâtre et dévoyée (v 2) et lui permettre de proclamer la seigneurie du Christ (v 3) dans une vie nouvelle et transformée. Sa profession de foi, impossible sans l’Esprit, le fait entrer alors comme membre dans le « corps » de Christ qu’est l’Église (v 12-13).

Les dons naturels sanctifiés par l’Esprit, et les dons particuliers que l’Esprit accorde librement (v 11), servent alors à faire vivre dans l’unité les diverses nationalités, races, et conditions sociales des croyants (v 13). Le « comme il veut » exclut toute manipulation ou toute prétention humaine à maîtriser le Saint-Esprit !

Aux versets 4-7, Paul différencie les opérations de la trinité divine dans l’Église : les dons viennent de l’Esprit et seront développés aux v 8-11, les services ou ministères sont à l’image de celui du Seigneur Jésus, ils sont repris aux v 28-30, et les miracles manifestent la puissance de Dieu. Ainsi, l’unité et la diversité de la personne divine sont visibles dans l’unité et la diversité de ce qu’Elle apporte à l’Église, comme le corps est constitué de membres diversifiés mais unis pour son bon fonctionnement v 12-13.

La traduction des v 8-10 ne permet pas de saisir la classification en trois catégories que Paul fait des dons. En grec, il introduit la liste par « à l’un » auquel répondent deux mots qui signifient « à l’autre » : ετέρω (éterô) pour introduire les deux catégories suivantes (v 9 et 10b), et άλλω à l’intérieur de chaque division pour détailler les dons. Ainsi, dans la première division, nous trouvons le don de la parole (= discours), différencié entre sagesse = capacité de vivre pratiquement la révélation divine,  et science = connaissance profonde de la vérité divine et capacité pédagogique de l’enseigner. Ce sont les qualités qui distinguent les ministères des  «apôtres, des prophètes et des docteurs » (v 29). Les prophètes dans le sens de « porte-parole » de Dieu, possèdent ces dons spécifiques de la parole : la sagesse et la science, puisque « celui qui prophétise parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console » (1 Co 14.3), car il est poussé par l’Esprit à parler de la part de Dieu (2 Pi 1.21)

Dans la deuxième division, Paul parle du don de la foi, non la confiance qui habite le cœur de tout croyant, mais celle qui manifeste occasionnellement les fruits de la puissance divine : guérisons, miracles spectaculaires, prophéties (= dans le sens ici de prédictions), discernement des esprits (1 Jn 4.1). Ces dons de foi ont pour but de « soigner » le corps et l’âme des individus et de l’Église. On pourrait penser qu’ils s’adressent plus particulièrement aux ministères de services, diaconat, anciennat (v 5 et 28b).

En dernier viennent les dons qui concernent les langues, sur le modèle de ce qui s’est passé à la Pentecôte à Jérusalem. Paul en reparlera au ch 14, pour les placer à leur véritable rang dans l’utilité pour édifier l’Église. Ces deux dons visent plus à évangéliser à l’extérieur de l’Église.

v 11-13 : Ces trois versets encadrent le nom de Christ par le mot Esprit (répété trois fois) : Ce n’est pas n’importe quel esprit qui agit dans l’Église, c’est celui du Sauveur, du Christ =(Oint) de Dieu. Il y a unité de la Divinité dans la diversité des rôles et des manifestations, pour unir en un seul corps les membres si divers de la communauté de L’Église.Eglise corps du Christ.jpg

Ce que Paul avait attribué à Dieu au v 6 est maintenant le fait de l’Esprit-Saint. Pour l’apôtre, la personne divine est bien Une, et agit selon les temps, et les besoins différemment. Le Père Créateur Tout-Puissant œuvre dans le monde en manifestant sa puissance créatrice et son amour ; le Fils, Jésus-Christ, a accompli l’œuvre de salut par son incarnation, sa mort, sa résurrection et poursuit cette œuvre de salut par son intercession, maintenant qu’il est revenu dans la gloire divine ; il agit auprès des fidèles par son Esprit en eux, qui les qualifie pour leurs ministères dans l’Église et leur témoignage à l’extérieur.

Ce qui importe à l’apôtre, c’est de faire comprendre que le baptême de l’Esprit n’avantage pas l’un ou l’autre des membres de l’église, mais qu’il unit toutes leurs diversités, pour le bien commun, et pour la propagation de l’Évangile. La recherche de l’Esprit et de ses dons est vaine si c’est dans un autre but ! (1 Co 14.12)

 Questions pour une application dans la vie chrétienne

- Quelle est l’action sensible de l’Esprit  dans mon église locale ?

- Comment mon église respecte-t-elle la diversité des dons et des talents ? Sont-ils identifiés et reconnus par tous ? Comment contribuent-ils à l’édification spirituelle de chacun des membres ?

- Que puis-je être ou faire personnellement pour que le corps de mon église croisse harmonieusement ? Comment mes dons spécifiques servent-ils ma communauté ?

- Comment éviter que les dons de l’Esprit qui se manifestent dans l’Église ne deviennent un sujet d’orgueil, de jalousie, de vanité, et finalement de discorde entre membres ?