UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2018

Publication de livre sur Apcalypse 12-14

 

Suite à l'étude générale du "Message d'espérance de l'Apocalypse" parue en 2015, et en vue des études bibliques hebdomadaires dans l’Église adventiste au prochain trimestre sur la "Préparation aux temps de la fin", j'ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon nouveau livre   :

                 "La Femme et le Dragon, une lutte séculaire"

aux éditions www.bod.fr ; il aborde les chapitres centraux d'Apocalypse 12 à 14, où les secrets de l'Histoire chrétienne sont dévoilés sous des images symboliques, qui nous interrogent sur notre rôle de chrétiens dans ces temps de la fin.

A commander en ligne, version papier, 96 pages (6,99 euros) ou e.book (4,99).

Couverture 1 réd.jpg

15:46 Publié dans Apocalypse | Lien permanent | Commentaires (0)

16/02/2018

Étude n°8 L’impact des dîmes, 1 Corinthiens 9.7-14 (24 02 18)

Étude n°8 L’impact des dîmes, 1 Corinthiens 9.7-14 (24 02 18)

« Le Seigneur a établi comme règle que ceux qui annoncent l’Évangile vivent de l’Évangile » 1 Cor 9.14

(Dessin de Zabou : "Dis, Papa, explique-moi la dîme !"Zabou Dîme.jpg

Observons

Le contexte (v 1-6) :

  • Que revendique Paul pour justifier son ministère ? v 1
  • Que lui reprochent ses détracteurs ? (v 3-6)
  • Que signifie ici le droit de manger et de boire ?(v 4, 7-11)
  • Quels droits avaient les apôtres (v 5-6) ? Quel choix a fait Paul à ce sujet ? (1 Cor 7.7-8 ; 2 Thes 3.8-9) 

Le texte :

  • Quels exemples Paul donne-t-il pour justifier son droit à être pris en charge par l’Église ?v 7
  • Quel argument ajoute-t-il à ces exemples ? Pourquoi ? v 8-9
  • De qui Dieu prend-il soin dans ces exemples ? v 9-10
  • Au centre du texte (v 11-12), que conclut Paul à son propre sujet ? Quel parti a-t-il adopté et pourquoi ?
  • A nouveau, v 13-14, quels exemples ajoute-t-il, en parallèle avec les premiers ? Qu’apportent-ils de plus ?
  • A quel ordre de Jésus se réfère-t-il ? (Mat 10.10 ; Luc 10.7)

Comprenons

Paul au chapitre 8 vient d’affirmer que par égard pour les faibles dans la foi, il vaut mieux que les forts renoncent à leur liberté et à leurs droits (8.9). Au chapitre 9, il applique ce principe au droit d’entretien par l’Église que peut à juste titre revendiquer un apôtre. Il semble qu’à Corinthe plusieurs lui aient contesté ce droit, car ils niaient l’authenticité de son titre d’apôtre. Paul se défend avec vigueur : il est libre, ayant comme unique objectif la propagation de l’Évangile de Christ (9.12c), sans choquer quiconque (8.9), il peut agir comme bon lui semble dans ce but car il sait que « tout est permis mais que tout n’est pas utile, et qu’il ne se laissera asservir par rien » ( 1Cor 6.12). Outre sa liberté, Paul invoque son titre d’apôtre pour le justifier par la vision qu’il a eue de Jésus Ressuscité sur le chemin de Damas : Christ lui-même l’a « envoyé » (c’est le sens premier du mot apôtre) comme les Douze qui avaient suivi Jésus pendant les trois ans  de son ministère terrestre. De plus l’Église de Corinthe est née du travail d’évangélisation de Paul, elle peut donc attester de son droit à vivre en apôtre, à l’exemple des plus renommés parmi eux. Comme eux, il a droit d’être nourri par les fidèles de l’Église, et même s’il le voulait d’être accompagné d’une épouse. (Ce texte dénonce la règle intangible du célibat des prêtres qui n’est pas biblique, car ce ne sont ni le célibat ni le mariage qui légitime la prêtrise !).

Comme certains Corinthiens refusaient à Paul et Barnabas ce droit d’être entretenus par l’Église, Paul va justifier ce droit par plusieurs exemples :

  • Dans la société, le soldat est payé pour son service
  • Dans l’agriculture et l’élevage, vignerons et bergers se nourrissent des fruits de leur travail
  • A plus forte raison, dans les Écritures, c’est une loi de Moïse qui s’applique même aux animaux qui participent à la moisson.
  • Si Dieu prend soin des animaux, Il vise à enseigner que cette loi de bienveillance doit être étendue à l’homme, aussi bien pour son travail matériel que spirituel.(v 10-11)

Au centre du passage, en deux versets (11-12), après avoir revendiqué son droit à être entretenu par l’Église, Paul déclare, avec un certain panache,  y avoir renoncé pour pouvoir évangéliser sans être contesté ou dirigé à ce sujet. Il manifeste là un grand esprit de générosité et de désintéressement : il préférait travailler de ses mains et rester libre de toute dette vis-à-vis de fidèles mal intentionnés à son égard qui contesteraient sans cesse sa conduite, et lui feraient perdre son temps au détriment de son œuvre d’évangélisation.

Dans la fin du texte, Paul rajoute deux arguments scripturaires qui lui semblent plus importants que les autres tirés de l’expérience humaine. Les lévites et les sacrificateurs du temple qui n’avaient pas reçu de terres en Israël pour subvenir à leurs besoins, vivaient des dîmes apportées au temple par les fidèles et réparties entre eux, « car l’Éternel était leur seul héritage »(Nombres 18.21). Cette loi est toujours valable, dit Paul, puisque Jésus lui-même l’a reprise pour ses disciples (Mat 10.10 ; Luc 10.7) : ils devaient être reçus, hébergés et nourris par leurs hôtes à qui ils annonçaient l’Évangile.

L’Église adventiste a repris cet usage de la dîme répartie entre les pasteurs et les évangélistes, pour subvenir à leurs besoins et leur permettre ainsi de consacrer tout leur temps à la proclamation de la Parole de Dieu en vivant de façon décente.

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Lorsque je rends ma dîme, quel est mon objectif et mon état d’esprit ?
  • Qu’est-ce qui m’a déjà empêché de rendre ma dîme ?
  • Comment comprendre Malachie 3.10 ? Un donnant-donnant ? une reconnaissance émerveillée et volontaire des bontés déjà reçues de Dieu qui m’en fait prendre conscience ?
  • Suis-je responsable de l’utilisation de la dîme que j’ai rendue à Dieu ? Comment exercer et avoir le moyen d’en dénoncer un mauvais usage évident ? (Rom 14.4)