Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2017

Étude n°3 : La condition humaine, Romains 1.16-25 ; 2.12-16 (10 07 10)

Étude n°3 : La condition humaine, Romains 1.16-25 ; 2.12-16 (21 10 17)

« Il n’y a pas de distinction : tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » Rom 3.23

Observons

Le contexte

Dans le prologue de sa lettre, Paul a exprimé son vif désir d’annoncer l’Evangile aux Romains,

Le texte  (1.16-25) comprend deux parties bien définies :

  • V 16-17 : Le sujet de la prédication (v 16-17), est placé par Paul juste avant le début du traité doctrinal  de sa lettre, comme un titre du développement qui suit. Il en est donc la source et le résumé en deux versets.
  • v 18-25 : les hommes sont inexcusables de ne pas reconnaître Dieu dans ses œuvres visibles (Aurore boréale)aurore boréale jaune.jpg

Le texte 2.12-16 expose l’espérance offerte aux incroyants

En contexte (v 1-11) nous trouvons les principes du jugement de Dieu

2.1-5 : Juger l’autre ne sauve pas

2.6-11 : chacun recevra selon ses œuvres

2.12-16 : Connaître la Loi ne donne pas de privilège car Dieu juge selon le cœur de chacun.

 

 Comprenons

A-1. 16-17 : Paul précise quel aspect de l’Évangile il se propose de présenter aux Romains ; il est la révélation de la justice de Dieu qui sauve tous les hommes, Juifs et non-Juifs, pourvu qu’ils aient foi en Jésus-Christ.

Qu’est-ce qu’avoir « honte de l’Evangile » ? C’est l’hésitation à proclamer un message qui révèle la nature déchue de l’homme et la venue d’un Sauveur humilié et crucifié, vrai « scandale pour les Grecs et folie pour les Juifs (1 Co 1.23). C’est reculer devant le risque de provoquer de la part des auditeurs incroyants, ironie, rejet, persécution et humiliation du chrétien, qui bien souvent préfère se taire et cacher sa foi. Paul affirme au contraire que l’Évangile est « puissance de Dieu » pour le croyant (Rm 1.16 ; 1 Cor 1.24). Il a expérimenté combien la Bonne Nouvelle du salut par la foi en Jésus-Christ peut transformer la personne et la vie de celui qui y croit. Libéré de la condamnation et de l’emprise du péché, affranchi de la perspective de la mort éternelle, le croyant reçoit de Dieu sa justice, son amour, la force de vivre selon sa volonté, et l’assurance de la vie éternelle. Or à l’opposé de la conviction des Juifs qui croyaient que le salut leur était réservé, Paul a expérimenté qu’il est offert à tous, et qu’il opère aussi bien pour les Juifs que pour les Gentils. Si les Juifs ont eu la priorité (v 16b) de l’annonce de l’Évangile, comme Paul l’a toujours pratiqué dans ses voyages missionnaires, et comme leur connaissance des Écritures les y préparait, les non-Juifs, ou Grecs, y ont maintenant accès sans restriction (ce sera la démonstration des chapitres 9 à 11). La foi est la seule condition de salut pour les uns et les autres.

 

B 1.18-25 : Entrant dans le vif de son sujet, Paul n’hésite pas à présenter l’Évangile comme la révélation d’abord de la « colère de Dieu » contre le péché de l’homme. Précisons quelques éléments du vocabulaire.

Les hommes (v 1) dont il parle, englobent tout le genre humain : le mot grec « anthropoï » désigne l’humain en général dans sa condition naturelle séparée de Dieu. On a voulu voir ici les Gentils, (c’est ainsi qu’on nommait les non-Juifs) en opposition aux Juifs à qui Paul s’adresse à partir du ch 2. Mais le mot grec est plus imprécis, et le raisonnement qui suit peut s’appliquer à tous ceux qui, Juifs ou non-Juifs, ne tiennent pas compte de Dieu dans leur vie.

La « colère de Dieu » est l’expression consacrée dans la Bible pour exprimer le jugement de Dieu sur l’état moral et spirituel de ces impies qui rejettent la vérité. Il est nécessaire de comprendre cette expression anthropomorphique non comme un sentiment humain violent et maléfique, mais comme une affliction et une indignation de Dieu devant le spectacle de la déchéance de sa créature. L’Évangile révèle à quoi cette indignation a poussé Dieu : il s’est donné lui-même en Jésus pour délivrer l’homme de sa déchéance, de son enfermement dans le mal ! En disant que cette colère est révélée du ciel, Paul indique que seul le monde spirituel peut faire connaître l’état de l’humanité et l’action divine pour y remédier. Derrière le tableau du péché humain, qui fait prendre conscience de la culpabilité, l’Esprit pousse à voir un appel à chercher en Dieu un pardon et un redressement.

L’impiété ou manque de foi est la source de l’injustice, c’est-à-dire de la vie sans Dieu, hors des lois divines. Elle est aussi la cause de la captivité de la vérité dans la prison de l’injustice  et du mensonge. Les impies, les hommes sans Dieu, fuient la vérité qui les révèle tels qu’ils sont, et ils empêchent aussi les autres d’y accéder, comme Jésus le disait  en Jean 3.19-20 : « les hommes ont aimé les ténèbres plus que la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal a de la haine pour la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient réprouvées ». Les impies préfèrent étouffer la vérité de Dieu, son existence et son œuvre, pour ne pas dévoiler leur mensonge et leur injustice.etoiles.jpg

Pourtant Dieu leur a parlé par leur conscience (v 19 : en eux) et par le spectacle de la Nature (v 20). Il leur a révélé dans l’ordre parfait de ses ouvrages, son caractère de puissance éternelle et divine, bien supérieure à tout ce qu’est la création perceptible (Ps 8.4 ; 19.2). Cette connaissance reste incomplète, car la sainteté, la justice et l’amour de Dieu ne sont pas perceptibles dans le monde visible et sont  altérées ou cachées par les effets du péché qui domine le monde. Pourtant, elle pourrait suffire à l’homme naturel pour lui éviter l’idolâtrie. L’opposition que fait Paul entre l’invisible de Dieu et le visible de ses œuvres dans le monde (v 20), est une invitation à tout homme à « considérer » , rechercher, avec les yeux de l’intelligence spirituelle le message caché derrière le visible. Tout homme a reçu la capacité de distinguer la main de Dieu dans la création, et devient « inexcusable » s’il étouffe ou néglige cette capacité au point de refuser la vérité de l’existence et de l’action de Dieu. Le refus de croire au Dieu de la création le conduit à l’égarement dans les échafaudages vains de la raison et de l’intellect, et à l’idolâtrie de la créature corruptible, c'est-à-dire mortelle. Son aveugle folie lui fait croire que c’est sagesse d’adorer le visible, l’éphémère, homme ou animal. Au lieu de dominer la nature, selon la volonté de Dieu (Gen 1.28), l’homme s’y est soumis, est devenu l’esclave des désirs de son être (cœur et corps, v 24), au point de porter atteinte à sa dignité, à son honneur de créature « à l’image de Dieu ». Prisonnier de sa nature séparée de Dieu, il ne reconnaît plus les appels de la grâce de Dieu qui reste inefficace pour lui, comme le traduit Paul dans l’expression « Dieu les a livrés…».

Il faut se souvenir que Dieu ne désire ni la mort ni la « punition ». Il ne retire jamais sa grâce, sa proposition de libération, mais il laisse chacun libre et responsable de son choix. Lorsque dans le désert, on s’éloigne inconsciemment ou volontairement de la source d’eau, on s’expose, on « est livré » à la soif, à la sécheresse et à la mort. La faute n’en est pas à la source qui est toujours là, prête à désaltérer, mais elle incombe au choix de l’homme. Ce n’est pas la source qui punit l’homme de ses écarts, mais l’homme subit les conséquences funestes de son mauvais choix et se détruit lui-même.

En annexe à cette étude, nous commentons la suite du chapitre (1. 26-32) et le début du chapitre 2.1-11 pour ceux qui voudraient l’étudier pour leur méditation personnelle.  

 Le texte du chapitre 2.12-17 proposé ensuite à notre étude est une véritable bouffée d’air frais dans ce sombre tableau de la condition humaine.

Se posait alors pour le croyant d’origine Juive (ou adventiste !) le rôle de la Loi dans le jugement de Dieu. Comment Dieu peut-il sauver à égalité ceux qui connaissent la Loi et ceux qui l’ignorent ? La connaissance de cette Loi, oracles ou Paroles de Dieu, était en effet une seconde prérogative aux yeux du Juif pour avoir droit au salut.

Le passage placé au centre du second chapitre présente par là même une importance particulière. Il peut se séparer en trois paragraphes :

v 12-13 : Rôle de la loi dans le jugement de Dieu : le seul critère, c’est la mise en pratique ou non de la loi connue, naturelle ou révélée.

V 14-15 : les impies n’ont pas la loi révélée à Moïse, mais une « loi naturelle », inscrite dans leur conscience et qui les juge.

V 16 : le jugement final révèlera la justice de Dieu qui tient compte de ce que chacun a fait de la loi qu’il connaît, la loi révélée pour les croyants, ou la loi naturelle pour les non-croyants.

Ce passage est un puissant encouragement pour les non-croyants et une leçon d’humilité et d’ouverture pour les croyants. Il veut montrer que face au jugement de Dieu la connaissance de la loi mosaïque dont se prévalent les Juifs (et les chrétiens adventistes) ne sert pas pour être considéré comme juste devant Dieu. Connaître ne suffit pas, il faut pratiquer ce que l’on connaît pour révéler sa foi. Tous les croyants ont à pratiquer la loi révélée de Dieu et ont à montrer par cette obéissance quelle est leur foi en Dieu (Ja 1.22-25 et 2.18b). Les non-croyants qui n’ont pas la connaissance de la loi de Dieu révélée à Moïse, sont pourtant à égalité avec les croyants devant Dieu, car Dieu a mis en eux une conscience qui leur parle de ce qui est bien ou mal, et qui constituent en eux une loi naturelle selon laquelle ils  seront jugés. Dieu tiendra compte de ce qu’ils auront fait de cette loi qui les accuse ou les défend intérieurement.

Dieu nous a donné l’exemple d’Abimélec (Gn 20.4-7), pour nous faire comprendre sa justice : Abimélec (remet Sara à Abraham) proteste de son ignorance de la situation de Sara et de Abimelech remet Sara à Abraham.jpgl’intégrité de son cœur dans son appropriation de la femme d’Abraham. Dieu tient compte de l’état d’esprit sincère d’Abimélec, en accord avec les coutumes et avec son droit de roi, et lui accorde sa grâce, pour autant qu’il ne s’entête pas dans son projet, maintenant qu’il en connaît l’erreur et les conséquences mortelles. Dieu ainsi tient compte du degré de connaissance du bien que chacun possède, et de la mise en pratique qu’il en fait, qu’il soit croyant ou non.

À tous ceux qui s’inquiètent du sort final des incroyants, ou des non-adventistes, trouvant injuste une condamnation à cause de leur ignorance de Dieu ou de sa loi, Dieu répond ici que tous sont égaux devant lui, que connaître Dieu ou sa loi ne constitue pas un mérite, que chacun est responsable devant lui de la mise en pratique de ce qu’il connaît, loi de la conscience ou loi révélée. L’une et l’autre loi conduisent à désirer la délivrance de la culpabilité qu’engendre leur transgression (Ga 3.24). Tous peuvent trouver cette délivrance par la foi en Jésus-Christ (Jn 14.6), et tous en  bénéficieront au jour du jugement de Dieu, pour peu qu’ils aient été conséquents et fidèles à leur foi.

Les luttes intérieures de chacun, restant secrètes aux hommes, ne leur permettent pas d’établir un jugement sur le salut des uns ou la perdition des autres (2.1-2). La bonté de Dieu s’exerce sur tous également, tout en tenant compte des différences de connaissance, de compréhension, d’état d’esprit et de pratique du bien de chacun ; Il appelle également les uns et les autres à se tourner vers Lui (se convertir, v 4), et à marcher dans  la droiture, la justice et la miséricorde (Michée 6.8), quels que soient leur point de départ et leur chemin, dans ou hors du peuple des croyants.

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

 

  • En quoi ce texte est-il une consolation et une espérance au sujet des non-croyants ou des non-adventistes que je côtoie ? En quoi est-il un appel à changer mon regard sur les autres qui ne sont pas adventistes ?

 

  • Quel est mon regard sur le non-chrétien ou sur les autres chrétiens qui ne connaissent pas le Sabbat ? Est-ce celui du propre-juste (moi, je suis dans la bonne voie, je connais tous les commandements …) ? J’ai alors besoin de relire la suite du texte : Rm 2.17-29. Est-ce un regard indifférent, sous prétexte de respecter les choix de vie de l’autre, qui ne me regardent pas ? Ou est-ce un regard compatissant et solidaire, qui désire partager la joie de la délivrance de la culpabilité, que j’ai découverte dans la foi en Jésus-Christ ?

 

  • Si Dieu se révèle à tous les hommes dans la nature et la conscience, comment ma vie contribue-t-elle à cette révélation ? Comment mon respect de la nature  et la fidélité à la voix de ma conscience permettent-ils aux autres de découvrir l’existence d’un Dieu d’amour ?

 

  • A quoi me conduit le tableau des dépravations humaines : à m’ériger en juge indigné, à compatir pour ceux qui se perdent, à proposer la libération par Christ, à me détourner du monde dans un repli sectaire pour me préserver de la contagion, à m’examiner avec lucidité et authenticité et à reconnaître ma solidarité, involontaire ou pas, avec le péché ? A désespérer de l’homme ou à me tourner vers le seul Homme qui n’a pas péché et peut me délivrer de cette nature pécheresse ?

 

Annexes :

 

  • Romains 1.26-32 : Tableau des égarements de l’homme sans Dieu, soumis à ses passions destructrices.

La folie spirituelle qu’est l’ignorance de Dieu conduit à se chercher d’autres dieux « à l’image » des peurs de l’homme, et à croire que l’on peut détenir la puissance de vie par les pratiques sexuelles de la prostitution sacrée appelée ici « impudicité ou impureté» (v 24).

A la perversion de la vérité de Dieu répond la perversion de la vie sexuelle, à ce qui est naturel et refusé répond ce qui est contre-nature et pratiqué (v 25 et suivants) : on ne sait plus à quoi sert le naturel voulu de Dieu, on ne sait plus s’en servir, pour créer la vie. Rejetant les lois naturelles dont il ne reconnaît plus l’origine ni le but, l’homme devient le jouet de sa nature non contrôlée par l’Esprit. Cette nature se corrompt d’elle-même, car l’homme ne sait plus discerner ce qui est vérité, droiture et source de vie, il est entraîné par le plaisir et l’adoration de lui-même dans un dérèglement accablant et stérile des relations humaines où l’orgueil et la violence dominent ( 27-30).

La liste des dépravations humaines qui anéantissent tout respect de l’autre, se retrouve souvent dans les lettres de Paul dans un but pédagogique (Rm 13.13 ; 1 Co 5.10-11 ; 6.9-10 ; 2 Co 12.20 ; etc.). C’était un procédé courant à l’époque, pour amener le lecteur à s’interroger sur son propre comportement ! Personne ne totalise toutes ces déchéances, mais chacun peut se reconnaître en l’une ou l’autre et comprendre qu’étant solidaire du péché de la nature humaine sans Dieu, il tombe « sous la colère de Dieu » (Rm 3.9,23) et a besoin de la grâce de Dieu.

On ne peut limiter ce texte au seul problème de l’homosexualité, qui depuis l’Antiquité n’est pas toujours considérée comme illicite. Chez les Grecs, où la beauté du corps était idolâtrée, comme chez Gide au 20ème siècle, elle était considérée comme la plus haute forme de l’amour ! Ce que les Gentils, les « Sans Dieu » légitimaient et approuvaient même sans problème, existait aussi chez les Juifs mais était  puni de mort (Lév 18.22-24 ; 20.13), car l’homosexualité se détourne des lois de la vie données par Dieu, au profit d’un plaisir stérile et idolâtre du corps humain. Avec bonne conscience et indignation religieuse, nous  condamnons aujourd’hui parfois trop vite ceux qui pratiquent l’homosexualité ; ils sont souvent les victimes de la confusion des valeurs et de l’ignorance des lois divines qui conduisent au laxisme et au relativisme moral. Ils nous renvoient l’image de nos propres confusions spirituelles et morales. Paul en effet prend l’homosexualité comme exemple du détournement de la volonté divine connue grâce aux révélations de la nature et de la conscience. Consécutif à l’adoration de la créature à la place du Créateur, le rejet volontaire ou involontaire des lois de vie aboutit, quelle que soit la forme qu’il prend, à la dépravation mentale et physique, et à terme à la mort, physique et spirituelle, « salaire du péché » (v 27 ; Rm 6.23a).

 

Questions d’application

 

  • Pourquoi les problèmes de sexualité sont-ils encore tabou et si fréquents dans les églises ? Comment les aborder librement à la lumière de l’Evangile sans tomber dans le moralisme pharisien, ni le laxisme ambiant ?

 

  • Comment pratiquer un accueil ouvert à tous sans renoncer aux valeurs qui soudent notre communauté ?

 

  • Romains 2.1-11 : Les principes du jugement de Dieu 

En s’adressant brusquement à la deuxième personne du singulier à son lecteur, Paul veut briser le sentiment de propre-justice que peut avoir soulevé chez le croyant le tableau des dépravations du non-croyant. Que le croyant ne s’illusionne pas, lui aussi est coupable d’aveuglement sur soi, d’hypocrisie et de prétention orgueilleuse ! Il n’échappe pas au jugement de Dieu car sa connaissance de la bonté, du soutien et de la patience de Dieu à son égard, au lieu de l’appeler à revenir humblement à Lui, le rend impénitent et endurci de cœur, refusant de changer d’état d’esprit, de « se convertir » ! Il sait pourtant dans sa conscience que Dieu juge chacun avec vérité selon ses œuvres car elles révèlent son cœur.

Le jugement de Dieu encore méconnu et voilé aujourd’hui sera complètement révélé à la fin des temps quand les choix de vie ou de mort de l’humanité seront clairs pour tous. C’est cette révélation des cœurs qui constitue le jugement de Dieu, selon l’exemple prophétique ( ?) donné par Salomon dans le jugement des deux prostituées (1 Rois 3.16-28).

v 7-11 : La destinée future du croyant dépend de ses choix spirituels qui sont à l’origine de sa conduite (Dt 30.16-20). Dans la Bible ; le Mal et le Bien ne sont pas des notions morales mais spirituelles : le Bien c’est d’être en relation avec Dieu. De la qualité de cette relation découlent toute l’orientation des actes, et la sanctification, qui est persévérance dans la recherche de la gloire de Dieu, c’est-à-dire de l’amour de Dieu, Ex 33.19), de l’honneur et de l’incorruptibilité d’une vie avec Dieu.

En effet, Dieu ne décide pas arbitrairement qui est sauvé ou pas. Il révèle le choix de vie de chacun, et constate l’état de son cœur et les conséquences terrestres et célestes, présentes et futures, qui en découlent. Tous ceux qui ont cherché le Bien quelle que soit leur origine, récoltent de la part de Dieu, dès à présent et à jamais, gloire, honneur et paix intérieure, ils commencent leur vie éternelle dès aujourd’hui. Les autres qui ont vécu dans la désobéissance à Dieu, la contestation et l’injustice, expérimentent les tribulations et les angoisses de la mort définitive vers laquelle ils courent.

Pourquoi Paul parle-t-il d’une priorité du chrétien Juif*(*Note : A travers les prérogatives du chrétien d’origine Juive, on peut voir aussi celles du peuple adventiste !)  sur le chrétien non Juif (= Grec) dans ce jugement (1.16 ; 2.9-8) ? Il en parle pour mieux la dénoncer.

La première prérogative dont le Juif croit pouvoir se réclamer, est de faire partie d’un peuple « choisi » par Dieu pour porter Son nom devant les nations (Ez 39.7 ;  Ac 9.15 ; Ap 14.6-7) ; mais ce n’est pas un avantage pour le jugement, car cela lui confère une grande responsabilité (Amos 3.2 ; Luc 12.47-48) : « on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié ! » dit Jésus. Le message encourageant pour le croyant « Grec » vient de ce que Dieu ne faisant pas de différences entre les origines spirituelles des croyants, la promesse de vie éternelle dans le Royaume de vérité, de justice et d’amour, s’adresse à tous les croyants quelle que soit leur origine spirituelle (v 11).

 

08:00 Publié dans Romains | Lien permanent | Commentaires (0)