UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2018

Etude n°4 : la clef de l’unité, Eph 4.1-16 (27 10 18)

Etude n°4 : la clef de l’unité, Eph 4.1-16 (27 10 18)

 

« Il nous a fait connaître le mystère de sa volonté, le dessein bienveillant qu’il s’était proposé en lui, pour l’exécuter quand les temps seraient accomplis : réunir sous un seul chef, le Christ, tout ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre. » Eph 1.9-10

 

Ephésiens 4.1-16

Observons

Le contexte : Paul vient de prier (3.14-21) pour l’Église afin que Christ habite les cœurs (v 17) et que la plénitude de l’amour de Dieu les remplisse (v 19).

Le texte pourrait s’intituler La marche en Christ dans l’unité et la diversité.eglise en marche.jpg

1-3 : Marcher d’une manière digne de la vocation chrétienne dans l’unité de l’Esprit

4-6 : Une même foi unit le corps de Christ

7-10 : Le Seigneur distribue sa grâce à chacun selon sa mesure

11-16 : la diversité dans l’unité a pour objectif l’édification du corps de Christ dans l’amour et la vérité.

 

Comprenons

V 1 : Après une première partie doctrinale de sa lettre aux Éphésiens,  Paul passe à la partie morale sur les mots « Je vous exhorte donc » : la doctrine doit nécessairement à ses yeux produire des fruits dans la vie pratique du croyant et de l’Église.

Paul rappelle sa condition de « prisonnier dans le Seigneur » (3.1), pour montrer aux croyants que la foi demande de renoncer avec courage à tout ce qui pourrait éloigner de la vocation chrétienne. Celle-ci est précisée un peu plus loin v 13 : travailler à l’unité de la foi et de la connaissance de Christ, jusqu’à la maturité spirituelle, « à la mesure de la stature parfaite de Christ » ! Quel programme élevé et stimulant ! Marcher d’une manière digne de ce programme, c’est réaliser dans sa vie l’intention de Dieu (1 Thes 2.12 ; Phi 1.27). Cette manière de vivre est fondée sur quatre qualités de Christ : l’humilité, la douceur, la patience, le « support », que seul l’amour peut produire (v 2).

Se supporter les uns les autres n’est pas une attitude passive et peu ou prou hypocrite comme on l’entend couramment, c’est vraiment apporter son soutien, son support à l’autre, pour l’encourager et l’aider à marcher avec Christ dans l’unité de l’amour et de la foi avec les autres croyants.

 

V 4 : Rester dans l’unité de l’Esprit Saint demande effort et vigilance, car le lien de la paix dans l’amour mutuel est toujours fragilisé par la puissance de l’orgueil et de l’égoïsme naturels au cœur humain.

L’unité spirituelle du corps de Christ a pour fondement l’action de l’Esprit de Dieu qui pénètre les cœurs d’une même foi, les conduit et leur révèle le Seigneur et le Père de tous (v 5-6). Le baptême est nommé ici, non pas pour sa forme, mais pour son symbole : il est le signe extérieur de la nouvelle naissance, de la régénération qu’opère le Saint-Esprit en celui qui se joint à l’Église par son alliance avec Dieu.

Paradoxalement, en ces quelques versets qui appellent les croyants à l’unité spirituelle, Paul tout en défendant l’unité de la divinité, en montre la triple diversité de fonction. Le Père est au-dessus de tous, le Seigneur Jésus est avec tous (= Emmanuel), au-milieu de tous (Ap 1.13), l’Esprit Saint est en tous ! L’œuvre divine du salut de l’homme est une par son objectif d’amour, mais elle s’exprime, s’exerce de diverses manières, de façon adéquate dans le temps et les circonstances.

Ainsi, l’Esprit pour permettre la croissance spirituelle du corps de l’Église, va confier des responsabilités, des ministères différents aux croyants, selon qu’il trouve bon pour l’Église de les distribuer (1 Cor 12.11). Ce n’est pas le mérite du croyant qui le guide, mais l’objectif de croissance et le projet de Dieu pour chacun et pour l’ensemble de son Église, d’affermir la foi et de renforcer l’amour mutuel (v 13-16).

 amour fraternel 2.jpg

V 7-8 : L’Esprit ne peut accomplir cette œuvre d’unité et d’amour que parce que Christ est descendu sur terre (v 9 ; Phil 2.6-7), et a accompli la libération spirituelle de ceux qui étaient captifs du péché (« Il a emmené des captifs » v 8b). Ayant rejoint la gloire du Père il a reçu la puissance d’accorder à tous son Esprit et ses dons particuliers pour la croissance de son Église dans la vérité et l’amour (v 14-16).

Si Dieu est Esprit (Jn 4.24) et Amour (1 Jn 4.8) le lien de l’Esprit qui unit l’Église est l’amour de Dieu et du prochain, dans la paix que procure une même foi en Christ, quelles que soient les différentes formes par lesquelles cette foi s’exprime. L’Esprit dans l’Apocalypse (ch 2-3) appelle « Église » les différentes formes que la communauté chrétienne a prises au cours des siècles, et nous appelle ainsi à considérer avec amour les frères en Christ qui se trouvent dans les diverses dénominations chrétiennes. Qui sommes-nous pour les mépriser ou les ignorer parce qu’ils ne pratiquent pas comme nous ? Dieu nous demande de veiller à l’unité de la foi en Christ dans l’amour les uns des autres que seul l’Esprit peut susciter, pour faire croître et affermir Son Corps !

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Comment changer mon regard sur l’autre dans mes relations sociales ou ecclésiales ?
  • Quelles qualités (v 2) puis-je demander à l’Esprit de développer en moi et en mon Église pour que règnent paix, amour et vérité parmi nous et avec les autres chrétiens ?
  • Quelle peut-être ma contribution au « perfectionnement des saints », et mon « service pour l’édification du corps de Christ » (v 12) ?
  • Comment garder l’unité dans une église aux origines si diverses ?

Écrire un commentaire