Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2016

Étude n°10 La colère d’Elihu, Job 34.1-15 (03 12 16)

 

Étude n°10 La colère d’Elihu, Job 34.1-15 (03 12 16)

« Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées. » Es 55.9

Observons

Le contextearc en ciel sur plage.jpeg

  • Qui est ce quatrième ami, Elihu ? Pourquoi intervient-il après les autres ? Comment justifie-t-il son intervention ? (32.1-5 et 8-9)
  • Quels propos de Job reprend-il pour le contredire ? (31.35 ; 33.10)
  • Comment Elihu réfute-t-il ces propos ? (33.12,14,17-18)
  • Quel rôle attribue-t-il à la souffrance ? (33.19-28)

Le texte

  • 1-9 : Enoncé des torts de Job :

- A qui s’adresse maintenant Elihu ? (Comment les flatte-t-il ? Pourquoi passe-t-il à la première personne du pluriel ? Que prétend-il faire à propos de Job ? (v1-4)

- Quelles paroles de Job rappelle-t-il ? (v 5-6 ; 10.7 ; 27.2 )

- Quel jugement porte-t-il sur Job ? Quel sentiment l’anime ? A cause de quelle parole de Job ? (v 7-9 ; 21.7-15)

B- 34.10-16 : Opinions d’Elihu

  • Sur quoi repose selon Elihu, la justice de Dieu ? (v10-15)
  • - Qu’en conclut-il ? v 16-19). En quoi son raisonnement est-il erroné ?

Comprenons

Le contexte

Elihu n’a jusqu’alors pas été mentionné. Il est resté muet parce qu’il est le plus jeune, et a respecté ses aînés. Mais devant leur incapacité à contrer la prétention de justice de Job, il explose (32.1-5) : la sagesse ne découle pas de l’accumulation des années mais du don de l’Esprit qui accorde l’intelligence (32.8). Elihu est finalement aussi prétentieux que ses amis lorsqu’il affirme être poussé par le Saint Esprit à s’exprimer (32.18 ; 33.4), et posséder une science droite et pure (33.3).

Elihu reprend d’abord certains des propos de Job qui l’ont choqué :

  • Job a affirmé son innocence à plusieurs reprises
  • Il a accusé Dieu d’être un ennemi (10.14-17 ; 19.11 ; 30.21 ; 33.10)
  • Il s’est plaint de n’être pas écouté d’un Dieu muet (33.35).

Elihu se charge de répondre à la place de Dieu, selon sa propre conviction :

  • Dieu est plus grand qu’un homme (33.12), inutile de discuter avec Lui, il ne répond pas à nos interrogations (33.12-13)
  • Dieu parle de plusieurs manières inattendues, auxquelles l’homme ne fait pas attention (33.14) : songes, visions et …souffrances (33.15-19).
  • Dieu n’est pas un ennemi mais cherche à sauver (33.17-18).
  • La souffrance sert d’avertissement et conduit l’homme à rechercher un intercesseur (33.23) qui lui permette d’obtenir grâce et délivrance de la mort (33.28), en payant lui-même une rançon (33.24). Sans s’en rendre compte Elihu prophétise l’œuvre spirituelle de Jésus qui viendra s’offrir lui-même en rançon pour délivrer l’homme de la mort éternelle (Mat 20.28 ; 1 Tim 2.5-6).

Le texte :

  • Elihu reprend la parole après avoir admonesté sévèrement Job qui voulait sans doute répondre. Il l’a enjoint de se taire et de l’écouter jusqu’au bout (33.31-33). Il s’adresse alors à des sages au rang desquels il se place évidemment, en les flattant, et en passant du « vous » au « nous » : Vous avez de la connaissance, vous savez discerner le bien du mal. Choisissons donc le droit, reconnaissons entre nous ce qui est bon !(34.2-4). Il exclut ainsi Job qu’il s’apprête à juger (à la place de Dieu une fois encore !), et ses amis dont il avait dénoncé la pusillanimité et l’incapacité à répondre (32.9,12,15). En outre il met de son côté les lecteurs en les incluant dans ce « nous »

Pour mieux juger Job, il rappelle ses torts (34.5-6), sa proclamation d’innocence (10.7 ; 27.2), et son accusation contre l’injustice de Dieu qui « ne tient pas compte de son droit » (34.5). De plus Elihu rajoute une parole qu’il n’a pas vraiment comprise, sur l’inutilité de la foi en Dieu (34.9 //35.3). Dans sa souffrance, Job avait seulement exprimé sa lassitude de crier à Dieu et de rechercher en vain la pureté et la justification (9.29-31) puisque Dieu le considérait comme coupable et semblait ne pas punir les méchants (21.7-15). (Toujours cette conception de la rétribution punitive de Dieu, pas de notion de la grâce divine !) Pour Elihu, cette « raillerie » de Dieu est un blasphème qui met Job au rang des pires malfaiteurs. N’est-ce pas ce dont on accusera Jésus, et ce qu’Esaïe a prophétisé (Es 53.9 ; Marc 3.22 ; 15.27-28).

Une fois de plus, Elihu fait appel aux gens de bon sens pour affirmer que Dieu Tout-Puissant n’est pas injuste ni méchant, car il rend à chacun selon ses œuvres (34.10-11). Il est le Créateur (v 13) qui donne et conserve la vie à ses créatures. Il les aime et donc gouverne avec justice v 17) ; il ne fait pas de différence entre riche et pauvre (v 19). Ses arguments s’appuient sur un soit disant constat de la réalité humaine, et en deviennent spécieux, car on ne voit pas cohabiter puissance et justice  parmi les hommes !

Pour Elihu, Dieu a toute puissance de détruire le monde. S’il ne le fait pas, c’est qu’il aime le monde (Jean 3.16). Job a donc tort de condamner Dieu qui est le Juste par excellence, et qui connaît tout de l’homme, sans que ce dernier s’en rende compte. En critiquant Dieu sans se repentir, Job se met lui-même au même rang que l’impie sans intelligence (v 30-37) et finalement mérite ses souffrances ! Elihu, sans aucune indulgence prêche comme ses amis la rétribution de Dieu, malgré quelques lueurs prophétiques et véridiques !

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Comment la souffrance peut-elle nous aider à grandir dans notre relation à Dieu ? Jusqu’où peut-on la considérer comme porteuse de salut ? Faut-il beaucoup souffrir pour ressembler à Jésus et être sauvé ?
  • Comment réconforter celui qui souffre de ce qu’il ressent comme une injustice ou de l’indifférence de la part de Dieu ?
  • Quand et comment avons-nous voulu prendre la place de la justice de Dieu ? Avec quels résultats ? Pourquoi cette défense de Dieu n’est-elle pas convaincante ? « voir le verset à mémoriser ».
  • Quelles paroles d’Elihu dans les chapitres 33 et 34 pouvons-nous faire nôtres comme encouragements dans nos doutes ou nos situations difficiles ?

 

08:00 Publié dans Job | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.