UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2019

Étude n°5 Transgresser l’esprit de la loi, Néhémie 5 (02 11 19)

 Étude n°5 Transgresser l’esprit de la loi, Néhémie 5 (02 11 19)

« Ne devriez-vous pas marcher dans la crainte de notre Dieu, pour n’être pas déshonorés par les païens, nos ennemis ? Moi aussi, mes frères et mes jeunes serviteurs nous leur avonremise de dette.jpgs prêté de l’argent et du blé. Remettons-leur cette dette ! Rendez leur leurs champs, leurs vignes, leurs oliviers et leurs maisons ainsi que le centième de l’argent du blé, du moût et de l’huile que vous avez exigé d’eux comme intérêt » Néh 5.9-11

Observons

La fin du ch 4 fait apparaître le zèle et l'union des Juifs pour bâtir la muraille, pourtant le ch 5 révèle ce qui se passait derrière cette apparence.

- Quel état d'esprit régnait au sein de Jérusalem ?

4.10 : le découragement devant l'immensité et la difficulté de la tâche ("décombres immenses, manque de forces")

5.1 : de grandes plaintes contre les frères "principaux"

5.7-8 : exploitation des pauvres par les riches

- De quoi se plaignent les pauvres ?

v 2 : leur trop grand nombre provoque la disette, ils réclament une distribution de vivres gratuite

v 3 : ils ont hypothéqué leurs biens, n'ont donc plus de revenus, c'est la famine

v 4 : ils se sont endettés pour payer l'impôt du roi, au point de vendre leurs enfants comme esclaves des Juifs créditeurs.

- Quelle est la réaction de Néhémie ?

v 6 : très grande irritation devant l'injustice

v 7 : décision de réprimander les responsables de la situation, et accusation directe devant une grande assemblée.

v 8 : dénonciation de la situation scandaleuse : les Juifs de Babylone ont racheté leurs frères, et ceux de Jérusalem se les revendent, les réduisant eux-mêmes de nouveau en servitude !

v 9 : argumentation fondée sur le souci du témoignage à l'extérieur

v 10 : proposition de rétablir la justice en rendant les biens engagés et en renonçant à réclamer les intérêts des prêts

v 13 : acte symbolique appelant la malédiction sur ceux qui trahiraient leur serment.

- Quelle fut la conséquence de l'intervention de Néhémie ?

v 12 : docilité pour écouter et engagement par serment de changer

v 13b : fidélité à la parole donnée

- Quelle attitude eut Néhémie dans l'exercice de sa fonction de gouverneur durant 12 ans ?

v 10 : exigence pour les autres et pour lui-même

v 14, 18b : renonciation à ses droits financiers de gouverneur

v 15, 18b : compassion pour le peuple et crainte de Dieu = respect de l'esprit d'amour de la loi.

v 16 : consécration totale et désintéressée à la réparation de la muraille, et à l'organisation de la ville

v 19 : prière pour lui-même, car il a l'assurance qu'il agit selon le plan de Dieu.

Comprenons

A Lecture historique

Les bâtisseurs ont à faire à deux genres de difficultés, celles qui viennent de l'extérieur, les plus menaçantes apparemment, et celles qui viennent de l'intérieur, les plus sournoises et pernicieuses. Néhémie doit donc se battre simultanément sur deux fronts, sans se laisser aller au découragement. Pour cela, il sait se tourner vers Dieu, en qui il puise ses forces et son courage pour réprimander ceux qui commettent des injustices par égoïsme et goût de l'argent.

"La réprimande du sage est un anneau d'or et un collier d'or rouge...pour une oreille attentive" (Pro 25,12). Les nobles riches surent écouter les reproches justifiés et agirent en conséquence. Ils se montrèrent ainsi "intelligents"(Pro 17,10) et évitèrent le sort de celui qui raidit le cou : "être brisé subitement et sans remède" (29,1). Réconcilié et uni à nouveau, le peuple put faire face aux attaques extérieures et recevoir les bénédictions de Dieu qui  écarta les ennemis.

Néhémie va au-delà de la justice de la loi, qui permettait le prêt sur gage (Deut 24,10), il agit selon la justice de l'amour en plaidant la cause des faibles et des pauvres (Ex 22,25-27). Durant toute la durée de son mandat de gouverneur, il n'agit jamais à son profit, mais pour le bien du peuple dont il est responsable (18) et de ceux qu'il accueillait selon ses fonctions (17).

Ses mobiles dans l'exercice de sa charge n'étaient pas le goût du pouvoir ou de l'argent, mais la compassion alliée au sentiment de la justice. Guidé par "sa crainte de l'Éternel"(18), son amour pour Lui, il a comme souci primordial la glorification de Dieu par tous (9), le témoignage que lui-même et le peuple doivent donner de Dieu aux peuples qui les entourent. Conscient d'entrer dans le plan de Dieu, il se place continuellement et complètement sous sa direction, confiant dans sa bénédiction.

B Lecture spiritualiste :

a) morale

- Le secret de la vraie autorité est de payer d'exemple. On ne peut être obéi que si, soi-même,  on s'impose ce qu'on exige des autres. Cela est aussi valable sur le plan matériel que sur les autres plans. Demander aux autres d'être justes, ou de s'engager totalement dans un service, sans en donner l'exemple est inutile. Car l'exemple est contagieux, dans un sens comme dans l'autre.

- Le goût du pouvoir et de l'argent conduisent à l'injustice, aux divisions et à la souffrance. Mais celui qui assume ses responsabilités avec désintéressement, justice et compassion, entre dans le plan de Dieu et peut recevoir ses bénédictions.

- Les remontrances d'un homme sage sont des bénédictions si elles sont reçues docilement avec repentance. Mais la résistance aux remontrances endurcit le cœur et conduit à la rupture des relations avec autrui, et à la ruine de celui qui s'entête dans sa voie (voir l'exemple de Pharaon face à Moïse).

- Être intransigeant dans l'application de la justice ne suffit pas à celui qui connaît l'amour de Dieu et se laisse guider par l'Esprit dans ses relations avec les autres.

- La prière de Néhémie dans sa formulation est à rapprocher de la phrase du Notre Père : "Pardonne-nous, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés". On ne peut faire appel aux bénédictions et au pardon de Dieu que si l'on manifeste concrètement par sa vie qu'on veut entrer dans son plan et lui obéir. On ne peut se réclamer des bénédictions de Dieu, si dans sa vie on ne tient pas compte de Lui !

b) ecclésiale

- L'Église n'a pas tant à redouter des attaques du monde, que des divisions et plaintes dans son sein. Mais elle a à veiller à écouter les plaintes justifiées et à réformer sa conduite pour les faire cesser.

- L'objectif de tout responsable n'est pas la satisfaction de ses aspirations ou de ses goûts, mais le bien de la communauté et le souci du témoignage à Dieu à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église.

- La consécration totale et généreuse des responsables est un puissant moteur pour l'Église.

- Il est indispensable de ne pas laisser faire ceux qui causent divisions et souffrances au sein d'une communauté, non seulement pour que la vie de la communauté subsiste, mais aussi pour le témoignage extérieur que doit porter l'Église, dont la mission est de glorifier son Seigneur en tous lieux et en tous temps.

c) christologique : Néhémie est une figure du Christ par son sentiment de la justice allié à la compassion, par son autorité appuyée sur le désintéressement et la consécration à sa tâche, par son souci de la gloire de Dieu et du bien de son peuple.

d) eschatologique : Le Christ à son retour établira son royaume de justice et d'amour avec tous ceux qui auront écouté d'une oreille docile ses paroles et qui auront accepté avec humilité et désintéressement de le servir, en venant en aide à leur prochain (1 Je 3,16 ; Mat 16,25).

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

- Quel exemple offré-je autour de moi, à mon foyer, au travail, à mon église ? Mes actes personnels sont-ils en concordance avec ce que je professe ou exige des autres ?

- De quelle oreille écouté-je les reproches justifiés que l'on peut me faire là où je vis (maison, travail, église) ?

- La "crainte de l'Éternel" et le souci de Sa gloire guident-ils mes paroles et mes actes en toutes circonstances ?

- Quelles sont mes motivations dans l'acceptation ou le refus d'une responsabilité dans l'Église ?

- Est-ce que je sais remettre leurs dettes à ceux qui m’ont offensé, comme Christ a remis les miennes ? Mat 1.23-35

 

08:03 Publié dans Néhémie | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire