UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2019

Étude n°1 : De la lecture à la compréhension Daniel 9.20-23 (04 01 20)

Étude n°1 : De la lecture à la compréhension Daniel 9.20-23 (04 01 20)

« Philippe accourut et entendit l’Ethiopien qui lisait le prophète Esaïe. Il lui dit : Comprends-tu ce que tu lis ? » Actes 8.30

Observons

Le contexte : Ce chapitre 9 du livre de Daniel situe les événements (v 1) treize ans environ après le ch 8Ange Gabriel explique à Daniel.jpg et s’articule avec ce ch 8 sur le mot « comprendre «  (8.27 ; 9.2).En effet la vision des 2300 soirs et matins et de la purification du sanctuaire avait laissé Daniel dans la stupeur et l’incompréhension (8.27). La première moitié du chapitre 9 rapporte la prière pleine d’impatience de Daniel (3-19) à laquelle l’ange Gabriel vient apporter une réponse (9.20-23), sous la forme d’une explication prophétique (9.24-27) de la vision précédente (8.13-14).

(Illustration : L’ange Gabriel expliquant la vision à Daniel, fresque à Kurbinovo, Yougoslavie, 11è s)

 

Le texte :

V 20-21 : Par quoi commencent ces deux versets ? Sur quoi  l’insistance est-elle mise? Comment se marque la préoccupation de Daniel ? A quel sujet prie-t-il ? (remarquer la place de cette préoccupation dans ces deux versets). De quelle vision parle Daniel au v 21 ? A quel moment apparaît Gabriel ? Pourquoi ? voir Nombres 28.3-8.

V 22-23 : Quelles paroles prononce Gabriel ? Quel sens donne-t-il aux supplications de Daniel ? (voir la réponse de l’Ethiopien à Philippe (Act 8.31). D’où vient le message de Gabriel ? Quand a-t-il été émis ? Qu’est-ce que cela nous apprend sur l’écoute de nos prières, et sur leur valeur aux yeux de Dieu ? Qu’enjoint Gabriel à Daniel ? A quoi son message se rapporte-t-il ? (8.14,26)

 Comprenons

Le prophète Daniel exilé à Babylone depuis le premier siège de Jérusalem par Nébucadnetsar, en 606 av JC, a bénéficié de multiples visions dans son long ministère de 70 ans, auprès des rois de Babylone. Ces visions, relatées en araméen pour être comprises de tous, mêmes des non-Juifs, ont dressé un tableau de l’histoire des empires du monde, depuis Babylone jusqu’à la fin des temps (voir les ch 2 et 7). Au ch 8, une vision spéciale, rapportée en hébreu parce qu’elle ne concerne que le peuple d’Israël, répond à l’inquiétude de Daniel sur le sort du sanctuaire et de Jérusalem en ruines depuis la dernière déportation en 587 av JC. Daniel se désolait de ces ruines (8.13), car il croyait que Dieu ne pouvait manifester sa présence et sa grâce qu’en ces lieux. La durée de 2400 soirs et matins indiquée par l’ange Gabriel (8.14) jusqu’à « la restauration ou purification du sanctuaire », semblait à Daniel une période si longue qu’il en resta abattu et malade d’incompréhension (8.27).grand-prêtre à l'encensoir vitrail.jpg

Durant treize ans, Daniel va sonder les Ecritures pour essayer de comprendre la vision mystérieuse. En retrouvant les écrits de Jérémie et ses prophéties concernant l’exil à Babylone (Jér 25.11 ; 29.10), il saisit avec soulagement que la période d’exil touche à sa fin : Cyrus le Perse, appelé sauveur (= messie) par Esaïe (44.28 ; 45.4) a pris Babylone (ch 5), et mis sur le trône son général Darius le Mède (6.1). Daniel comprend que s’accomplit la première partie de ses visions antérieures (passage de la tête d’or ou du lion aux ailes d’aigle (= empire babylonien, 2.38 ; 7.4) aux épaules et bras d’argent ou à l’ours dressé sur un côté, ou encore au bélier à deux cornes différentes (= empire des Perses et des Mèdes, 8.20). Il est personnellement cette année-là l’objet d’une délivrance miraculeuse dans la fosse aux lions (ch 6). Sa recherche des prophéties de Jérémie et Esaïe peut l’avoir amené à considérer cette délivrance personnelle comme le symbole de la délivrance proche de son peuple ! Son désir de la voir s’accomplir le pousse à adresser à Dieu une prière de repentance, en se solidarisant  avec le peuple pécheur (9.1-15), et à réclamer avec insistance (v 19) le pardon des péchés du peuple exilé (v 16) et l’intervention sans tarder de Dieu en faveur de la ville de Jérusalem et de son sanctuaire dévastés (v 17-19), désignés par le vocable de la « sainte Montagne de mon Dieu » v 20 (voir les 144000 sur la « Montagne de Sion » en Ap14.1). (Maquette du temple de Jérusalem à l’époque d’Hérode)temple Jérusalem.jpg

La rapidité de la réponse (après 13 ans tout de même !) est soulignée par la répétition de l’expression « Je parlais encore », et le vol rapide de l’ange. Nos prières ferventes sont entendues par Dieu avant même d’être terminées, car le St Esprit lit dans les cœurs (Romains 8.26-27) !

L’ange Gabriel (= « héraut du Seigneur ») qu’il avait vu dans sa vision précédente (9.21) treize ans auparavant, revient lui expliquer une partie de la vision incompréhensible des 2300 soirs et matins et du sanctuaire « rétabli »(8.14). Il a reçu de Dieu lui-même le message qu’il transmet à Daniel considéré par Dieu comme un « bien-aimé », dont l’offrande du soir est agréée par Dieu. En effet elle marquait la reconnaissance du pécheur pour la grâce que lui accorde son Dieu qui lui pardonne et l’aime comme son enfant. Devant un tel désir de comprendre sa Parole, Dieu exauce sa prière insistante (Luc 11.5-13) et révèle à son serviteur  le sens prophétique de la vision antérieure. Comme toute prophétie, il n’est pas sûr que Daniel ait tout compris !(voir 10.8-9) L’ange devra le fortifier et l’inviter à comprendre ses révélations (10.10-12), puis à les sceller jusqu’au temps de la fin où elles seront lues et comprises (12.4).

Dans les épreuves de la vie personnelle ou mondiale, comme Daniel nous sommes poussés à sonder les Écritures et à prier avec persévérance pour trouver des réponses et des encouragements, qui fortifient notre patience ou notre endurance. Nous pouvons alors  être reconnaissants à Dieu de ses révélations sur l’avenir proche et lointain, et de son soutien au sein de l’épreuve.

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Dans la souffrance et les difficultés, quelles sont mes préoccupations et mes prières ? Comment parvenir à espérer autre chose que la guérison et le soulagement physique des maux qui nous accablent ? Avons-nous une vue de taupe ou d’aigle, à court terme ou panoramique ?
  • Par quoi nous encourageons-nous à la patience et à l’espérance dans l’attente du retour de Christ ?
  • Quels effets produit dans notre vie la « connaissance » des prophéties divines : doute, impatience, lassitude, espérance et engagement, patience et sérénité dans la douleur ?
  • Comment puis-je partager avec les miens et mes proches le soutien et l’espérance que je trouve à la lecture de la Parole ?

 

08:00 Publié dans Daniel | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire