Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2017

Etude n°7 Un leadership de service 1 Pie 5.1-11 (13 05 17)

Etude n°7, Un Leadership de service, 1 Pie 5.1-11 (13 05 17)

« Déchargez-vous sur Lui de tous vos soucis, car Il prend soin de vous » 5.7 (Évangile et peinture, berger du troupeau)Berger d'Es 40.jpg

Observons

Le contexte ; Qu’a longuement développé Pierre dans le paragraphe précédent, 4.12-19 ?

Le texte :

  • A quel verset se rattache le « donc » du premier verset du chapitre 5 ?
  • Relevez les instructions données à l’impératif ? Que concernent-elles ?
  • Quelles oppositions Pierre fait-il dans la tâche des anciens ? (v 2-3)
  • Quelle récompense promet-il à l’ancien fidèle, v4 ?
  • Quelle vertu met-il en premier dans les relations au sein de l’eglise ?
  • De quelle élévation s’agit-il au v 6 ? Quelle consolation apporte le v 7 ?
  • Pourquoi associe-t-il la sobriété à la vigilance spirituelle ? Contre quel danger ? (v 8)
  • Qu’est-ce qui permet de résister aux tentations, v 9 ?
  • Relevez les verbes dont Dieu est le sujet au v 0 ? Quelle promesse contiennent-ils pour le croyant dans la souffrance ?
  • Comment Pierre résume-t-il le message de sa lettre dans sa conclusion v 12 ?
  • Comment pense-t-il que le chrétien peut avoir la paix v14 ?

Comprenons

Contexte :

Après avoir précisé l’attitude chrétienne dans les souffrances de la persécution (4.1-12), Pierre a insisté sur l’honneur et même la joie (v 13-14) de souffrir comme chrétien (v 16) en s’en remettant totalement à Dieu qui est fidèle pour sauver. L’épreuve est en effet l’occasion de révéler sa foi. Comme l’exemple du Jugement de Salomon, où la vraie mère, sous le coup de la menace de mort de son fils, a montré tout son amour pour lui en renonçant à défendre ses droits, de même l’épreuve est le moyen de montrer à tous ce qui habite le cœur du croyant ; elle permet ainsi de juger, de trier, de distinguer  ceux qui font partie de la maison de Dieu (4.17). Cette révélation devant la cour céleste et devant les hommes,  constitue ce que les adventistes appellent « le jugement préliminaire à la seconde venue de Christ ».

En 4.19, gardons-nous d’attribuer la souffrance à la volonté de Dieu ! Il faut lire le verset « ceux qui souffrent en observant la volonté de Dieu », c’est-à-dire en lui restant fidèlement attachés, en faisant le bien (fin du verset), peuvent et doivent s’en remettre à Lui qui les soutiendra.

Texte :

Pierre enchaîne le paragraphe suivant par la conjonction « donc » en la rattachant aux recommandations pratiques sur le service des autres qui caractérise les « bons intendants de la grâce de Dieu» pour sa gloire (4.10-11).

En se posant lui-même avec humilité non comme apôtre mais comme simple ancien, témoin des souffrances de Christ, il se met au même rang que ses destinataires. Il a été témoin de la vie de Christ et de sa passion, et malgré sa chute, il a reçu de Jésus la mission de témoigner de ce qu’il a vu et entendu (Actes 1.8, 22 ; 2 Pi 1.16, 18). En suivant son Maître il a aussi souffert comme Lui et peut espérer partager sa gloire lorsqu’Il reviendra (4.13).berger.jpg

Pierre reprend pour les anciens l’ordre qu’il a reçu lui-même de Jésus de faire « paître le troupeau » (5.2 // Jean 21.15-17), c’est-à-dire de s’occuper de la nourriture spirituelle et du bien-être du peuple de Dieu. L’anciennat ne peut être considéré comme une charge imposée, mais comme une mise au service de la communauté des dons de leader, de dirigeant, que l’on a reçus de Dieu et que l’Église a reconnus. Ce service réclame de l’ancien le désintérêt financier, la bonne volonté et le dévouement qu’engendre l’amour fraternel. Selon les recommandations d’humilité de Jésus (Mat 20.25-26), le leader qu’est l’ancien, n’exerce pas son ministère par goût du pouvoir sur les fidèles, ni par désir de paraître supérieur et tout-puissant. Il cherche au contraire à ressembler au vrai Souverain Pasteur, et à être ainsi un exemple pour la communauté. Sa récompense n’est pas dans les honneurs terrestres périssables, mais dans la participation à la gloire éternelle de Christ, quand il reviendra (v 4).

L’humilité qui doit caractériser le dirigeant d’église est la vertu principale de tous les fidèles quel que soit leur âge. Pierre sait bien par expérience que l’orgueil et la présomption poussent souvent les jeunes gens à se croire capables de diriger les autres. Il sait combien c’est difficile pour tous d’acquérir et de pratiquer l’humilité les uns vis-à-vis des autres.  Il en est de même pour la soumission à Dieu, qui saura en son temps (= au retour de Christ) partager sa gloire, son amour, et sa présence éternelle avec tous ceux qui s’en remettent à Lui et Lui confient leurs soucis de dirigeants et de serviteurs !Lion dévorant.jpg

Face aux tentatives de Satan de faire tomber les hommes et de les séparer de leur Dieu (l’image du lion rugissant et dévorant est très parlante), Pierre recommande la sobriété des comportements et des désirs, ce qui équivaut à la maîtrise de soi ou la tempérance dans tous les domaines de la vie (émotions, sentiments, souhaits, paroles, activités, hygiène de vie alimentaire, vestimentaire, rythme de vie, etc…), car les excès de toutes sortes (profusion ou manque) effacent toute vigilance et résistance aux tentations. La foi en Jésus et la solidarité fraternelle dans les souffrances permettent de rester fermement attaché au Dieu de la grâce (du pardon inconditionnel). Son action de sanctification du cœur et de la vie est alors rendue possible et efficace. C’est Lui seul qui a la puissance de « former, affermir, fortifier, rendre inébranlable », dans et malgré les souffrances terrestres subies à cause du témoignage porté à Jésus par le fidèle. « Dieu a commencé cette œuvre en eux et saura l’amener à sa fin pour le jour de l’avènement du Seigneur » (Phil 1.6).

Pierre peut affirmer aux destinataires de sa lettre que « c’est là la vraie grâce » (v 12), celle de les préparer à entrer dans son Royaume en fils de Dieu, régénérés par son Esprit et emplis de paix et d’amour fraternel, parce que Christ habite en eux et les unit dans l’humilité et l’affection.

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • De quoi le Seigneur demande-t-il à chaque croyant d’être le témoin auprès des autres ? Comment être un témoin fidèle ? De quelle grâce de Dieu reçue personnellement puis-je témoigner ?
  • Dans quel état d’esprit ai-je accepté une responsabilité dans l’église ? La considéré-je comme un honneur, une charge, un service ?
  • Comment est-ce que j’accepte l’autorité des anciens de mon église ?
  • Sur quels points de ma vie (spirituelle, sociale, familiale, ecclésiale…) ai-je manqué de sobriété et / ou de vigilance, et suis-je tombé dans la tentation ? Comment réparer les dégâts, d’après Pierre ?
  • Qu’est l’humilité chrétienne ? Comment la pratiquons-nous en église et dans notre vie personnelle ? Comment l’enseignons-nous aux enfants dans un monde où la compétition est de rigueur ? Quels écueils éviter dans cet apprentissage, ou dans sa pratique ?

08:00 Publié dans Pierre | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire