Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2013

Schéma du Symbolisme du sanctuaire

schéma du symbolisme du sanctuaire.jpg

Explication pour la lecture de ce schéma

Ce schéma se lit de bas en haut et de gauche à droite : le plan du sanctuaire représente les diverses étapes de l'oeuvre de Jésus, d'abord sur terre dans le monde(= parvis),  où il s'est incarné et a donné sa vie (autel des sacrifices = croix) pour le pardon et la purification des péchés (cuve des ablutions). La seconde étape pour Jésus ressuscité a été d'entrer depuis son ascension,  dans le Lieu Saint de l'Eglise, peuple des croyants.  C'est le monde spirituel où il nourrit son peuple du pain de sa Parole, l'éclaire de la lumière du Saint-Esprit (chandelier) et intercède pour lui chaque jour (autel des parfums). La troisième étape, est représentée par le lieu Très Saint où se trouve l'arche contenant la loi divine, avec son couvercle "propitiatoire". Nous sommes là au coeur de l'oeuvre de grâce et de pardon de Dieu. Christ a ouvert l'accès de ce trône de grâce (Rom 5.2 ; Eph 2.18 ; Héb 4.16), de sorte que chaque jour il est possible de s'approcher de lui, à la différence du rituel juif, où le grand sacrificateur ne pénétrait qu'une fois par an dans ce lieu. Toutefois, dans l'histoire humaine et le temps de Dieu, il est un moment spécial où Christ accomplit ce que préfigurait le Jour des Expiations, dont Daniel 8.14 révèle la prophétie et qu'il appelle "le rétablissement, la réhabilitation, la purification du sanctuaire". C'est le moment que les Adventistes ont daté en 1844, d'après les indications de Daniel, où commence le Jugement préliminaire au retour du Christ. Ce jugement consiste pour Dieu à rassembler son peuple, en déterminant qui en fait partie parmi les croyants déjà morts et ceux qui vivent encore à qui Il accorde une effusion spéciale du Saint Esprit, une sorte de scellement (Ap 7.3) pour subsister dans les dernières épreuves de leur foi. 

Revenons à la droite du schéma : Le chemin du croyant

L'homme venant "du monde" et découvrant l'oeuvre d'amour du Christ sur la croix en sa faveur, passe par la repentance de sa vie passée sans Dieu, véritable "crucifixion" spirituelle de son "Moi" égoîste et orgueilleux. Il saisit par la foi le pardon offert et consacre sa vie à son Sauveur en passant par les eaux du baptême et en s'alliant ainsi à Dieu. Il se sait par la foi, considéré dès ce moment comme "juste" devant Dieu (Rom 5.19; 10.10 ; 1Cor 1.30 ; Phi 3.9). Sa vie au sein de l'Eglise, est sanctifiée par sa fréquentation des Ecritures, véritable pain de vie, par la lumière de l'Esprit qui le guide, par l'intercession de Christ, qui lui donne chaque jour accès à la grâce de Dieu. Il devient ainsi lui-même le sanctuaire spirituel où habite le Christ, et peut rendre témoignage à son amour.

Au moment où dans notre temps historique, commence le "jugement de la Maison de Dieu" (1Pie 4.17), avant le retour de Christ, Dieu détermine qui fait partie ou non de sa maison, parmi les croyants déjà morts, et parmi les vivants, selon les paraboles de Matthieu 24 et 25.  Il marque du sceau de l'Esprit ceux qui seront ressuscités ou transmués (Ap 7.3). Il les authentifie comme Justes devant Lui et sa cour céleste. C'est ce que signifie la "justification" des saints, mentionnée sur le schéma ci-dessus, avant la résurrection. Pendant ce temps de jugement, de tri, de reconnaissance des vrais disciples, L'Esprit et la grâce de Dieu  accompagnent jusqu'à la fin les croyants encore vivants (Mat 28.20), afin de les fortifier et leur permettre de rester debout devant Dieu dans les épreuves de leur foi.Tout ceci se passe au niveau spirituel,  que discernent encore bien imparfaitement les croyants (1 Cor 13.12) grâce à la Parole et aux prophéties bibliques.

 Au retour de Jésus, a lieu la résurrection des croyants morts et la transmutation des vivants, qui tous entrent dans la gloire du Père, et forment la Nouvelle Jérusalem, dont Christ, l'Agneau est l'Epoux (Ap 19.7-8).

Ainsi le sanctuaire terrestre  construit à partir de la vision que Moïse en a reçu, prophétisait l'oeuvre terrestre et spirituelle de Jésus, sur terre, dans son Eglise, et dans le coeur du croyant, jusquà la fin des temps et jusque dans l'éternité.

Remercions le Seigneur de nous avoir révélé son dessein d'amour par ces symboles accessibles à nos esprits limités !



 

08:36 Publié dans Sanctuaire | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour Evelyne : il y a une question que je me pose : le jugement de Dieu s'appuiera t-il essentiellement sur notre foi et notre qualité relationnelle avec LUI( car on ne sera jamais parfait puisque c'est JESUS qui nous rend justes) et/ou sur les fruits que nous sommes sensés produire en tant que chrétien habité par le Saint-Esprit.
UN GRAND MERCI POUR VOS ETUDES QUI NOUS ECLAIRENT.
Affectueusement en Christ monique pierre (Eglise Avignon)
Que signifie " URL " ?
Notre réponse,
Merci chère Monique pour cette question primordiale !
Tous les textes bibliques qui parlent du salut disent bien que le croyant en Jésus-Christ « n’est pas jugé, il est passé de la mort à la vie ! » (Jean 3.18) « Crois et tu seras sauvé ! » répond Paul au geôlier (Actes 16.31). Quand on parle de jugement préliminaire au retour de Jésus pour la maison de Dieu, on peut se référer aux paraboles de Mat 24 et 25 (les deux serviteurs, les dix vierges, les talents). Ce qui est retenu par le maître, l’époux ou le roi, c’est la foi des serviteurs qui s’exprime dans leur vie par des attitudes et des actes (voir Jacques 2.14,18 ; Mat 7.21-23). Le jugement biblique des croyants n’est pas une condamnation, mais une reconnaissance des vrais disciples à l’exemple du jugement de Salomon, qui révèle qui est la vraie mère, mais ne dit rien sur la mauvaise mère, la laissant partir dans la voie qu’elle a choisie elle-même. Dieu désigne ainsi à ses anges les croyants qui ressusciteront ou seront transmués à son retour. C’est ce que j’appelle dans mon schéma, la justification finale : ceux qui ont été considérés comme justes par Dieu à leur baptême, qui ont prouvé leur foi dans les épreuves de leur vie, sont confirmés dans leur élection et pour les vivants de la dernière génération scellés pour rester debout jusqu’à la fin (Ap 7.3 et 22.11). Tout ce jugement se passe depuis 1844, dans le monde spirituel, invisible de Dieu. Le croyant n’a pas à s’en préoccuper, sinon à manifester sa foi fidèle jusqu’à la mort, par son amour pour Dieu et le prochain.

Écrit par : PIERRE Monique | 27/10/2013

Les commentaires sont fermés.