UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2021

Étude n°5 L’étranger dans vos portes Deut 10.17-11.1 (30 10 21)

Étude n°5 L’étranger dans vos portes Deut 10.17-11.1 (30 10 21)immigrants 2.jpg

« Vous aimerez l’immigrant car vous avez été des immigrants dans le pays d’Égypte. » Deut 10.19

Observons

  • Quel commandement a fait l’objet du développement précédent ? v 12-16
  • Comment Moïse fait-il le lien entre ce premier commandement et le suivant, v 17 ? Quelles caractéristiques de l’Éternel mentionne-t-il à ce propos ?
  • V 18 : Comment se manifestent ces caractéristiques ?
  • Sur quel principe s’appuie ce commandement ? (Mat 7.12 ; Luc 6.31). Comment peut-il être actualisé ?
  • V 20-21 : en parallèle avec le v 17 comment est présenté l’Éternel ? Quelles attitudes du peuple cela entraine-t-il ?
  • V 22 : De quoi doivent se souvenir les Hébreux ?
  • 1 : Comment cet ordre explique-t-il « la crainte de l’Éternel » au v12 du passage précédent ?

Comprenons

Moïse conclut son discours au peuple hébreu, prêt à pénétrer en Canaan, en l’exhortant à observer les commandements que l’Éternel lui a donnés par amour, et à marquer son adoration par la circoncision de leur cœur. Le rappel des qualités de l’Éternel, leur Dieu, Créateur de l’Univers, (v 14), Dieu et Seigneur par excellence, Puissant et digne de respect (v 17), synthétise les quatre premiers commandements de la Loi de Moïse, axés sur la relation de l’homme à son Dieu. Mais Moïse y ajoute l’impartialité et l’intégrité de Dieu pour passer à l’évocation de la seconde Table de la Loi, concernant les relations humaines. Dieu aime chacun sans distinction, sans préférence. Il attend que son peuple agisse de même envers ceux qui sont les plus défavorisés, les immigrants, les étrangers qui vivent en son sein, en souvenir de sa propre situation d’autrefois en Égypte (v 19). Au-delà de cette circonstance, Jésus a exprimé la même exigence dans la règle d’or du comportement relationnel : faire aux autres ce qu’on aimerait qu’on vous fasse. Si les Hébreux étrangers en Égypte ont bénéficié de l’attention et des soins de Dieu, ils sont tenus de faire de même envers ceux qui parmi eux sont déracinés, et vivent avec difficulté, souvent rejetés, ou exploités, sans travail ni domicile fixe. Ces paroles de Moïse sont encore d’une actualité criante, à notre époque de mondialisation et de brassage intensif de peuples. Mais nous sentons-nous, nous-mêmes immigrants, étrangers sur terre (Héb 11.13) ? Où est notre véritable patrie ? Notre solidarité se limite-t-elle à nos frères et sœurs dans la foi ou s’étend-elle à nos frères en humanité ?

La place de ce verset 19, au centre des versets 17 et 20 insistant sur la personne de l’Éternel, fait de l’attention à l’étranger une manifestation de la crainte respectueuse due à Dieu, du culte à lui rendre, et de l’attachement d’amour qui nous lie à notre Dieu. En service, en dispositions intérieures et en paroles, nous révélerons qui est notre Dieu, un Dieu qui accomplit des œuvres remarquables au sein de son peuple qui lui doit sa renommée (sa gloire) et sa croissance. En retour Dieu ne demande qu’amour pour Lui et pour le prochain et obéissance reconnaissante à  des commandements qui cherchent le bonheur et la liberté de tous (Ex 20.1).

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Comment est-ce que je considère l’étranger immigré dans mon pays ? Qu’est-ce qu’individuellement je peux faire pour lui concrètement ?
  • En quoi suis-je semblable à lui ?
  • Comment honorer en paroles et en actes mon Seigneur et Sauveur aujourd’hui ?
  • Quel(s) commandement(s) de la seconde Table est (ou sont) oublié(s) dans mes relations avec les autres ? Comment y remédier ?

Écrire un commentaire