UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2022

Étude n°9 : Une vie de louange  2 Chroniques 20.1-30 : Josaphat (27 08 22)

Étude n°9 : Une vie de louange  2 Chroniques 20.1-30 : Josaphat (27 08 22); Texte de l'AET : Psaume 145, Louange de David

 "Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur, je le répète, réjouissez-vous" Phil 4.4

Observons (Le retour triomphal de Josaphat par Jean Fouquet 15è s)Josaphat retour triomphal J. Fouquet 15è.jpg

Structure du texte

1-2 : coalition contre Juda

3-13 : Prière de supplication de Josaphat

14-18 : prophétie de Yaziel : Contentez vous de vous arrêter et de regarder comment je vous délivrerai (v 17)

20-21 : Louanges de tous pour l’amour de Dieu (21)

22-25 : Confusion et défaite des ennemis

26-30 : actions de grâce pour la délivrance et la paix obtenues.

On trouve 21 fois le nom de l’Éternel dans ce texte (= 3X7 : le chiffre symbole de la divinité trinitaire multiplié par le chiffre symbole de la plénitude !)

A souligner dans la prière de Josaphat : la promesse du v 9 et l’expression de l’humilité et de la confiance du v 12 ; dans la prophétie de Yaziel : la fin du v 15 et les promesses du v 17 ; la recommandation de Josaphat (v 20b), et dans les louanges : le cantique (v 21b) ; dans l’action de grâce : le v 27b.  Relever les « armes » utilisées par Juda pour aller au combat : prières, jeûne, cantiques, musique. (voir Phi 4.6) 

Comprenons

Le contexte : Josaphat, roi de Juda,  apparaît comme un homme résolu à servir le Seigneur et à enseigner sa volonté au peuple. Le texte de 2 Chroniques 17.1-7, qui résume son histoire, insiste sur ces deux aspects de son règne, et sur les conséquences politiques et militaires de sa fidélité envers le Seigneur (v 10-19).

Il est attentif à la voix de Dieu par ses prophètes et donne à Achab une leçon de respect envers eux (18.4-7).

Il s’engage dans le chemin de la vie, lorsque pressé de toutes parts dans la bataille contre les Syriens, où Achab trouva la mort, il « implora l’aide du Seigneur Dieu qui le secourut en repoussant ses ennemis » (2 Chr 18.31).

A la différence d’Achab avec Michée, Josaphat accepta les reproches du prophète Yehou sur son alliance avec la famille et la cause d’Achab (19.1-3). Loin de le détourner de Dieu, ces remontrances renforcent son zèle à instruire et diriger son peuple avec justice. Sachant maîtriser ses impulsions, il peut organiser la vie, la sécurité et la justice dans son pays (ch 19).

Le texte

Lorsqu’il se trouve attaqué, Josaphat se tourne aussitôt vers le Seigneur, invitant son peuple à jeûner et prier avec lui (20.3-5). Sa prière est d’abord un rappel à Dieu de ce qu’Il est pour son peuple : l’Éternel, le Dieu des cieux, le Dieu des pères, le Tout-Puissant (6), le Dieu du peuple (7) le Dieu dont le sanctuaire porte le nom (8), le Sauveur dans la détresse (9). En fonction de ces qualités reconnues, que Dieu ne peut pas démentir s’Il veut être fidèle à sa personnalité,  Josaphat ose présenter sa situation actuelle : leurs « cousins » voisins (descendants d’Esaü = Edomites, et de Lot = Ammonites) qui avaient été épargnés par Israël lors de la conquête de Canaan, les attaquent en force ! Josaphat se tourne vers Dieu au nom de la prière de Salomon qui demandait que soient exaucées les prières faites devant le sanctuaire d’un coeur humble et sincère (20.9, voir 1 Rois 8.37-39); puis le roi reconnaît son ignorance totale de ce qu’il faut faire devant l’attaque ennemie (v 12).Pour un roi, c’est faire preuve d’une humilité étonnante : il ne s’appuie pas sur ses forces stratégiques, mais sur les promesses de Dieu !

Josaphat sait discerner l’Esprit qui inspire au lévite Yaziel la réponse de Dieu, et y obéit scrupuleusement. Il manifeste, dans ses encouragements à son armée, une telle confiance en Dieu qu’il l’envoie au front précédée des chœurs qui louent le Seigneur pour son amour (20.21) avant même le moindre signe de victoire ! L’armée sera simple spectatrice de l’autodestruction des ennemis !(v 22-24).

Le texte conclut sur la richesse matérielle, la joie du cœur et la paix nationale que cet abandon total à Dieu a apportées au peuple, au roi et à son royaume (20.30).

L’attachement à Dieu permit à Josaphat de tirer les leçons de ses erreurs (mariage de son fils avec la fille d’Achab, alliance militaire avec Achab contre les Syriens (2 Chr 18), et alliance commerciale et maritime avec Ahazia, fils d’Achab, 2 Chr 20.35-37). Il donna l’exemple d’une confiance personnelle totale en Dieu, même s’il ne réussit pas à supprimer tous les hauts lieux idolâtres du pays (20.33), et à entraîner son peuple dans une foi profonde.

Josaphat par sa confiance en Dieu fit l’expérience de la grâce divine : Dieu lui donna la victoire sans que ses forces militaires aient été utilisées, en réponse à ses actions de grâces anticipées (Phi 4.6 ; 2 Chr 20.21).

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne 

- A l’âge des choix importants ou au moment des difficultés de la vie, ce texte prend toute son importance. Sur  qui vaut-il mieux compter pour réussir ? Sur ses capacités, sur l’aide de ses amis ou parents, sur le « piston » de gens haut placés, sur l’amour de Dieu qui guide nos pas, et agit sur les circonstances ? 

- En quoi ce texte contredit-il la maxime « Aide-toi le ciel t’aidera »? Qu’est-ce qui pourtant l’illustre ? (L’aide humaine n’a pas été dans la force des armes, mais dans la confiance totale en Dieu après avoir reconnu son incapacité à vaincre.) 

- Quelles prières adressons-nous au Seigneur dans la détresse ?

- Comment ce récit peut-il nous enseigner et nous encourager à louer le Seigneur en toutes circonstances, même les plus pénibles ? De quoi pouvons nous le louer : des épreuves elles-mêmes ou de leurs conséquences dans notre vie, des forces qu’Il nous accorde pour les supporter, de l’affermissement de notre foi, du témoignage porté à son amour et à sa grâce autour de nous ?

 

Annexe : Texte de l’AET : Psaume 145

Ce psaume alphabétique (chaque verset commence par la lettre de l’alphabet hébraïque correspondant à son rang) exprime la louange du fidèle contemplant la gloire de son Dieu, comme s’il était déjà dans la vie éternelle. Les trois strophes du psaume célèbrent la grandeur et la splendeur du Seigneur (1-7), sa miséricorde pour tous les hommes (8-13), sa générosité et sa sollicitude pour tous et en particulier pour ceux qui le craignent, après la disparition des méchants (14-20). Une brève conclusion (21) reconnaît la sainteté de Dieu.

Ce psaume attribué à David parce qu’il reprend plusieurs versets (2, 8, 15, 16) des anciens cantiques de David, élève le croyant au-dessus de ce monde dominé par le péché et la mort, qui ne sont évoqués que brièvement au v 20. Il tourne les regards vers un Dieu transcendant et pourtant très proche de ceux qui l’aiment.

Puissions-nous retrouver dans nos vies les mêmes raisons que le psalmiste de louer notre Dieu !

 

 

Écrire un commentaire