UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2022

Étude n°4 Contempler le visage de l’orfèvre  Matthieu 25.1-12 (23 07 22)

Étude n°4 Contempler le visage de l’orfèvre  Matthieu 25.1-12 (23 07 22)

(Illustration : P. Cornelius, début 19è : l’accueil par l’Epoux des vierges sages)Dix vierges Peter vonCornelius début 19è001.jpg

"Nous tous qui le visage découvert, reflétons comme un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur l'Esprit". 2 Cor 3.19

 Observons

Le contexte

A quelle autre parabole fait suite celle des dix vierges ? (Mat 24.45-51) Que cherche Jésus par ces récits ?

Structure du texte

25.1-5 : Caractéristiques des dix vierges attendant l’époux.

      6-9 : Séparation des dix vierges à l’annonce de l’arrivée de l’époux.

      10  : Arrivée de l’époux, et accueil des vierges sages dans la salle des noces.

      11-12 : Rejet des vierges folles

      13 : Exhortation à veillervierges_sages_et_folles codex byzantin.jpg

-   Quelle épreuve frappe ces dix femmes et avec quels résultats ? En quoi consiste la sagesse des unes et la folie des autres ?

- Qu'est-ce qui peut choquer dans la réponse des sages à la demande des folles ? v 9. Quelle leçon en tirer ?

Pourquoi les folles ne sont-elles pas connues de l'époux, v 12 ? A quoi devons-nous veiller ?

Comprenons

Le contexte : Le dernier discours de Jésus, situé dans l’évangile de Matthieu juste avant le récit de la passion, se termine avec plusieurs paraboles (les dix vierges, les talents, le jugement des nations), en appui d’exhortations à la vigilance jusqu’au retour de Christ (24.36-44). Ces paraboles sont introduites par celle des deux serviteurs (24.45-51) et avertissent le peuple d'Israël du jugement qui sanctionnera ses actes, ou ses choix de vie. Le jugement des nations ne concerne pas le peuple des croyants, serviteurs de Dieu, mais tous les autres hommes, qui  choisissent ou non d'écouter la voix de leur cœur sans savoir que c'est celle de Dieu.

Le texte

Les jeunes filles de cette parabole puisée dans la coutume des noces orientales, sont dans l’attente de l’arrivée nocturne de l’époux. Symboliquement, elles représentent tous ceux qui se réclament de l’alliance avec Christ, et attendent son retour qui conclura ses Noces avec eux. Les jeunes filles représentent donc individuellement chaque chrétien, et collectivement l’Église, épouse du Christ (Ep 5.25-27).

Le temps de l’attente constitue en lui-même une épreuve de la foi et de la patience des chrétiens. Plongés dans l’obscurité (= l’aveuglement spirituel) du monde, les chrétiens sont munis de la lampe de la Parole de Dieu (Ps 119.105) qui les éclaire sur le but de cette attente, sur les signes de la venue du Seigneur et sur les attitudes à avoir pendant ce temps dont la durée est imprécise.

La sagesse des cinq jeunes « sages » consiste à s’être munies de réserves supplémentaires d’huile  pour leurs lampes déjà remplies : elles ont prévu une longue durée d’attente, pendant laquelle l’huile, symbole biblique du Saint-Esprit, sera nécessaire pour les éclairer et les guider!

Toutes les jeunes filles ont une lampe, tous les chrétiens ont une bible, mais tous ne la considère ni ne la fréquente pas de la même façon. Les « sages » entretiennent une relation fidèle avec elle, ils cherchent avec assiduité l’aide du Saint-Esprit pour la comprendre et la vivre pratiquement. Ils ne se contentent pas d’une approche superficielle ou intellectuelle extérieure à leur vie. Comment peut-on faire des réserves de Saint-Esprit ? Le verset 12 de la parabole peut nous fournir une piste de compréhension. Christ dit aux jeunes folles qu’il « ne les connaît pas» !  Le verbe « connaître » désigne dans la Bible l’expérience personnelle de l’amour entre époux, c’est-à-dire spirituellement la communion intime du croyant avec Christ. Les vierges folles n’avaient que l’apparence de la foi, elles possédaient peut-être le savoir biblique, mais ne cultivaient pas une relation personnelle et profonde avec Christ.

L’épreuve de l’attente semble user la patience de toutes ces jeunes filles qui s’endorment (v 5). Leur zèle se relâche, leur certitude de la proximité du retour s’affaiblit, et peut-être même disparaît. La durée est donc une véritable épreuve pour la foi : elle va révéler la profondeur de la relation que l’on a avec Dieu.

Seconde épreuve pour ces jeunes filles : l’annonce de l’arrivée imminente de l’époux, au moment où on ne s’y attend plus. Historiquement, c’est ce qu’ont vécu les chrétiens du 19ème siècle, avec tous les mouvements de Réveil, le Millérisme et l’Adventisme, qui redécouvrirent dans les Écritures cette promesse du Retour de Christ oubliée depuis des siècles. (Illustration : Cathédrale de Strasbourg, les Vierges sages et l’époux)vierges sages et époux.jpg

Dans la parabole, le cri de minuit réveille en effet les jeunes filles qui se saisissent de leurs lampes et découvrent leur état de préparation. Les sages dont la relation avec Dieu est restée vivante, même si l’espoir du retour proche de Jésus disparaissait, ravivent leur lecture et leur pratique de la Parole ; leur sagesse vient de « l’intelligence », de la compréhension par l’Esprit de la Parole, et de la pratique et l’enseignement de la justice qu’elles en tirent (voir Daniel 12.3) : par leurs paroles et leurs actes, par leur caractère transformé, épuré, elles reflètent autour d’elles les qualités de Dieu que l’on nomme les fruits de l’Esprit (Galates 5.22). C’est ainsi que leur expérience peut être illustrée par l’histoire de l’orfèvre (voir le titre de cette étude) : à la question qu’on lui posait sur la durée et le but de la purification de l’or par le feu dans un creuset, l’orfèvre répondit : "l’or est  épuré jusqu’à ce que, et pour que, on puisse y voir se refléter ma face" !

Dans notre réalité, la prise de conscience de la proximité du retour de Christ devient une épreuve de notre foi, et nous révèle  notre responsabilité personnelle dans la préparation spirituelle à ce retour, et dans la mission que nous avons auprès des autres de témoigner de l’amour de Christ (Daniel 12.3).

Au verset 9 de la parabole, les jeunes « sages » peuvent apparaître comme de parfaites égoïstes qui refusent de partager et d’aider leurs compagnes à être prêtes. En fait, il ne faut pas pousser l’interprétation de tous les détails d’une parabole. Ce genre littéraire est utilisé pour faire comprendre  de façon générale un enseignement important et simple. Le refus des jeunes filles cherche à signifier que l’on ne peut avoir de relation avec Christ par personne interposée aussi « saintes » soient-elles (les marchands d’huile, ou les jeunes filles sages). Une relation superficielle, épisodique ou négligente avec Christ, durant la vie terrestre, ne permet pas une vraie rencontre avec Lui et ne donne pas l’assurance du salut  (Mat 7.21). D’autre part aucune autre recherche philosophique, religieuse ou spirituelle, symbolisée par les marchands, ne peut garantir l’entrée dans le Royaume de Dieu (Actes 4.12).

La fermeture de la porte rappelle ce qui se passa au déluge (Ge 7.16), où la porte de l’arche fut fermée par Dieu après l’entrée des animaux et de la famille de Noé, sept jours avant la destruction du monde pécheur. Ici la porte est fermée après la venue de l’époux et l’entrée dans le Royaume des vierges sages, pour insister sur l’impossibilité totale de seconde chance de conversion après le retour du Christ. Le choix de la vie éternelle est au présent (Ps 95.7 ; Hé 3.7, 15 ; 4.7).( Cathédrale de Strasbourg, les vierges folles et le tentateur)Vierges folles Strasbourg.jpg

L’épreuve de l’attente, puis celles de l’obscurité ambiante et de l’annonce de l’arrivée de l’époux ont opéré un tri parmi le peuple de Dieu, une épuration (Daniel 12.10), un « jugement » ou une révélation :  d’un côté ceux qui  sont remplis de l’Esprit et qui rayonnent de l’amour de Christ, et de l’autre ceux dont la foi n’est que façade fragile, sans fondements solides (voir la parabole des deux maisons (Luc 6.47-49). 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Quelle place tient dans ma vie et celle de mon église l’attente du retour de Christ ? Comment cette attente influence-t-elle mes choix et mes engagements ? En quoi est-elle éprouvante pour ma foi ?
  • Comment la Parole de Dieu modifie-t-elle mes pensées et mes actions ? Comment lui accorder plus d’intérêt et d’influence sur la transformation de mon caractère ?
  • Où en est ma relation personnelle avec Dieu ? Par quoi en manifester la réalité et la qualité autour de moi ?
  • Comment mon église et moi-même pouvons-nous être des lumières dans notre entourage immédiat, révélant la « face » de notre Sauveur, véritable orfèvre de notre caractère et de notre vie ?
  • De quoi ma foi et mon caractère ont-ils besoin d’être épurés pour refléter l’image de mon Sauveur et Seigneur ?

 

ANNEXE : Texte choisi par l’UFB pour « A l’Ecoute du Texte (AET)

Ephésiens 4.11-16

Observons

Le contexte

Les trois premiers chapitres de la lettre aux Éphésiens exposent la doctrine prêchée par Paul, de l’unité en Christ entre les croyants d’origine païenne et ceux d’origine juive. Il résume cette doctrine au début du chapitre 4 (1-10) : l’unité est fondée sur la foi en un seul Dieu, un seul Seigneur, un seul Esprit qui accorde à tous ses dons pour que se crée l’unité dans la diversité.

Le texte

a) v 11 : Dons divers à l’Église concernant l’enseignement de la Parole

b) v 12 : Objectifs de ces dons : - le perfectionnement des saints

                                                          - l’édification du corps du Christ

c) v 13-14 : Buts : l’unité de la foi et de la connaissance, la maturité spirituelle opposée à l’immaturité

  b’)- v 15 : Moyen de la croissance en Christ : professer la vérité avec amour

  a’)- v 16 : Résultats : croissance harmonieuse et adaptée à chacun, dans l’amour.

 La construction hébraïque du parallélisme concentrique met en valeur au centre les buts de l’enseignement de la parole dans l’Église.

 Comprenons

L’unité prêchée (v 3) par Paul dans une église préoccupée par la cohabitation de membres issus de cultures et de foi différentes et même opposées, n’est possible que par l’action de la grâce (v 7) accordée par l’Esprit, depuis que Christ après sa résurrection a retrouvé sa puissance divine (8.10).

v 11 : les dons énumérés concernent tous l’enseignement de la Parole qui n’est pas nommée dans le texte sinon au v 15 « proclamant la vérité avec amour ».

Les apôtres (sauf Paul appelé plus tard) avaient accompagné Jésus dans son ministère terrestre. Appelés par lui, témoins de sa résurrection, ils prêchaient l’Évangile sur lequel ils fondaient les Églises (2.20).

Les prophètes ont le don de parler de la part de Dieu. Parfois ils prédisaient l’avenir, mais pas systématiquement (Ac 11.27-28 ; 13.1 ; 1 Co 14.29-32 ; 21.10-11).

Les évangélistes étaient les missionnaires formés et instruits par les apôtres, pour défricher le terrain et initier de nouvelles communautés. Leur ministère s’exerce donc hors de l’Église.

Les pasteurs et docteurs sont les enseignants dans l’Église, qui instruisent les fidèles en tant que bergers du troupeau.

V 12 : ces dons variés permettent la diffusion et l’enseignement de la Parole hors et dans les communautés avec un double objectif :

- à l’extérieur prêcher la Parole pour amener à la foi en Jésus-Christ (Rm 10.17) le plus possible de gens en recherche de repères, de vérité et d’amour (v 15). Ce service d’évangélisation dans le monde (v 12b ; 15) fera croître en nombre le corps de Christ qu’est l’Église.

- v 12a,13 : à l’intérieur de l’Église, l’objectif est le perfectionnement des saints. Il faut donc entendre « saints » non comme « parfaits », mais comme « mis à part pour Dieu » toujours perfectibles. C’est une œuvre de l’Esprit intérieure dans le cœur de chaque fidèle pour qu’il sorte de l’enfance de la foi et devienne adulte spirituellement.

Le perfectionnement des fidèles par la Parole s’applique à deux domaines :

  1. l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu. La Parole, base de la foi (Rm 10.17), enseignée avec fidélité et respect, permet aux croyants d’être unis par l’Esprit avec Dieu et entre eux. Elle favorise la relation intime (= « connaissance ») avec Christ qui peut habiter dans le cœur (Ep 3.17-19) et rendre capable de vivre dans son amour.
  2. La croissance spirituelle jusqu’à la maturité. En contraste Paul décrit au v 14 l’immaturité spirituelle, caractérisée par l’instabilité dans la foi (Col 2.7-8), par l’influençabilité et l’indécision, la faiblesse devant les séductions (2 Ti 4.3-4). Si le Christ appelle à ressembler à l’enfant, c’est pour imiter sa confiance, sa simplicité de cœur, mais ce n’est pas pour demeurer infantile au point de vue du jugement (1 Co 14.20). Rester enfants en christ, c’est rester « charnels » (1 Co 3.1) soumis à ses impulsions et ses désirs. C’est manquer d’expérience dans la foi, dans la maîtrise de soi et la gestion de sa vie (Hé 5.13). Pour Paul, c’est manquer d’expérience dans la parole de justice qui par l’usage exere le discernement du bien et du mal (Hé 5.13-14). Ce verset est de première importance pour montrer l’action de la Parole dans le cœur. Ce n’est que par un usage persévérant et répété qu’elle apprend à faire la volonté de Dieu (= le Bien). Celui qui n’a pas cette sagesse reste un enfant dans la foi. L’Église par son enseignement de la Parole encourage et accompagne la croissance spirituelle de ses membres. C’est sa mission interne.

- v 13b : Le programme est vaste puisqu’il cherche à atteindre la stature parfaite du Christ. Christ reste le modèle de la foi et de la pratique de tout croyant, qui ne doit pas oublier que la perfection n’est pas le fruit de ses efforts, mais lui sera totalement accordée lorsque sa nature faillible sera changée au retour du Christ (1 Co 15.51-54).

Ainsi connaissance du Christ et croissance spirituelle vont de pair au niveau individuel et au niveau collectif. Il ne suffit pas pour l’Église d’amener à la foi de nouveaux membres, il lui faut aussi apprendre à ses membres à vivre leur foi dans la vérité et l’amour fraternel, à grandir spirituellement en s’entraidant mutuellement à connaître et à pratiquer les enseignements de la Parole.

v 16 : La comparaison de l’Église, corps du Christ qui est la tête, avec le corps humain et sa croissance, insiste sur la cohérence, l’harmonie qui existent entre toutes les fonctions ou les membres grâce aux « jointures qui le soutiennent fortement », ou autrement dit « grâce aux dons spirituels divins » qui lui sont accordés de façon convenable pour sa croissance dans l’amour fraternel. 

Appliquons

  • Quelle est la place de l’étude de la Parole de Dieu dans ma vie, et dans la vie de mon Église ?
  • Comment évaluer ma croissance spirituelle et celle de mon église ? Sur quels critères ?
  • Qu’est-ce que connaître Jésus-Christ pour moi ? Comment cela se voit-il concrètement ?
  • Comment professer la vérité avec amour ?
  • De quels dons mon Église est-elle dotée pour grandir spirituellement ? Comment les exerce-t-elle ? Comment puis-je contribuer à cette croissance en Christ de ma communauté ?

 

Écrire un commentaire