UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2021

Étude n°2  Le message aux Hébreux, Héb 1.5-14 (08 01 22)

Étude n°2  Le message aux Hébreux, Héb 1.5-14 (08 01 22)

« Or voici le point capital de ce que nous disons : nous avons un souverain sacrificateur qui s’est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux » Héb 8.1

(Christ en majesté Mosaïque 4è siècle)Christ en majesté mosaïque av 400.jpg

Observons :

Contexte v1-4 :

v 1 à 4 : par qui Dieu nous parle-t-il ?  :

1-3 : Quelle sont ses qualités ?

4 : quel est son rang parmi les êtres célestes ? A cause de quoi ?

v 5 à 14 : Qu’est-ce qui justifie la supériorité du Fils sur les anges ? 

5-Quelle est sa relation à Dieu ?

6- Dans quel sens est-il « premier-né » ? Rom 8.29

7 et 14 : Quelles différences y a-t-il entre le Fils et les anges ?

8-13 : Comment le Fils est-il appelé ? Quelles sont ses prérogatives en tant que tel ? Que signifie « être à la droite de Dieu ?

Comprenons

Le contexte

Introduction de la lettre

Les chrétiens de Jérusalem, à qui très probablement s’adresse ce sermon, convertis du judaïsme et attachés aux rites de l’Ancienne Alliance (Ac 15.1, 5), avaient été réduits au silence par Pierre, Paul et Jacques au concile de Jérusalem en 51 ou 52 ap JC. Après le départ des apôtres, ils reprirent de l’influence et ils étaient tentés de retourner au judaïsme dont ils ne s’étaient pas encore détachés, car le temple existait encore (voir  l’épisode d’Ac 21.20-24, situé en 59 ap JC). L’auteur, un juif hellénique lettré, comme l’attestent le grec très classique de l’exposé et les citations bibliques tirées de la Septante (traduction en grec de la Bible datant du 2ème siècle av JC), peut avoir été Apollos d’Alexandrie (Ac 18.24-28), ce qui expliquerait les légères erreurs sur le mobilier du sanctuaire (Hé 9) dans lequel ne pouvaient pénétrer que les prêtres. Cet auteur sentait le danger d’un retour au judaïsme et tenta de démontrer la supériorité de la nouvelle alliance et du ministère de Christ sur l’ancienne alliance et ses rites.

V 1-4 : Préambule

Comme Jean dans son Évangile, l’auteur de cet écrit destiné aux Hébreux affirme la volonté de Dieu de se révéler par la Parole, celle des prophètes au cours des siècles passés, de façon variée, dans l’Ancien Testament, puis celle du Fils pour la période présente jusqu’à la fin des temps. La première Église désignait ainsi la période située entre l’ascension de Jésus et son retour qu’elle estimait très proche. Ce Fils a des attributs divins :

Héritier du Père, le Fils est à la fois dépendant de lui, représentant de sa personne, et souverain sur toutes choses : comme créateur, soutien et rédempteur (purifiant du péché), il a droit à la domination et à la gloire de la majesté divine. Élevé à la droite du Père, c’est-à-dire associé à son action et son règne, après l’accomplissement de sa mission terrestre de salut et de purification des péchés (v 3), il se trouve bien supérieur aux anges (v4) et il peut continuer son œuvre de médiateur en faveur des siens. Ce sera le développement du sermon.

Le texte

Deux expressions du préambule sont à retenir pour marquer la différence du Fils par rapport aux anges : Il est le « rayonnement de la gloire et l’expression de l’être de Dieu » : En Christ se reflète la lumière de la gloire de Dieu : Christ nous transmet l’éclat de ses perfections, de sa majesté et surtout de son Amour (Ex 33.18-19). « Empreinte de son être » Il est la manifestation visible de la nature de Dieu, de son caractère, qu’il révèle parfaitement, comme l’empreinte d’un sceau reproduit le sceau dans tous ses détails.

C’est pourquoi il est appelé Dieu (v 8 et 9), Seigneur créateur éternel (v 10-12) et rédempteur ou sauveur (1.3 et 2.3). Les Juifs se glorifiant d’avoir reçu la loi par le ministère des anges (2.2 ; Ac 7.53 ; Ga 3.19), il fallait montrer combien Christ était supérieur à ces esprits célestes, serviteurs soumis à Dieu. Les anges sont des serviteurs, le Fils est Dieu. Sa supériorité se mesure à celle du nom de « Fils » dont il a hérité, et qui le place au-dessus de toutes les créatures terrestres ou célestes(4).

Par sa résurrection, il a été mis en possession de toutes les prérogatives divines : adoration des anges (v 6), exercice de la royauté et de la justice, éternité du créateur, et victoire sur les ennemis (v 5-12).

Le titre de premier-né (Col 1.15,18) avait dans la pensée juive non un sens chronologique et biologique, mais un sens de prééminence sur les autres enfants et de consécration à Dieu (Ex 13.11-16). Christ n’est pas le premier être créé, ni même ressuscité, mais il est celui qui préside à la création et à la résurrection, en tant que personne reconnue par Dieu comme sa révélation privilégiée auprès des hommes (v 5). Cette position supérieure aux autres créatures le rend égal à Dieu (il est appelé lui-même Dieu v8-9, et Seigneur v10, pour régner éternellement et juger (images du trône et du sceptre) avec justice (v 8-9).

L’onction de Dieu sur le Fils (v9)  fait de lui le roi, le prophète et le sacrificateur par excellence (ces trois fonctions étaient attribuées par une onction d’huile). Son nom de Christ (= Oint, Messie) lui est donné par cette onction dite « d’allégresse » car elle annonce la joie qui caractérise le royaume de Dieu.

Quant aux anges, appelés vents (v7) serviteurs de Dieu, créatures spirituelles (esprits) ils sont envoyés auprès de ceux qui ont accepté ou accepteront le message du salut en Jésus-Christ. En tant que serviteurs ils n’ont aucun droit à l’adoration des fidèles (Ap 19.10). Celle-ci revient à l’Agneau de Dieu, au Fils rédempteur (Ap 5.12-13)

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Quelle place dans ma journée et dans ma semaine tiennent l’étude et la méditation de la Parole de Dieu ? Comment en faire une référence et un appui solide dans mes doutes et dans la conduite de ma vie ?
  • Jésus est présenté ici comme le Fils de Dieu, la seule image perceptible par l’homme de la nature et du caractère de Dieu. Comment me parle-t-il personnellement de Dieu ? Est-ce un encouragement et /ou une exhortation à modifier mon adoration de Dieu et ma relation avec lui ?
  • Qu’est-ce que cela changerait à ma foi et à ma vie de ne voir en Christ qu’une créature, même plus excellente que les autres ?

 

08:00 Publié dans Hébreux | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire