UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2021

Étude n°4 Aimez le Seigneur votre Dieu Deut 6.1-9 (23 10 21)

Étude n°4 Aimez le Seigneur votre Dieu Deut 6.1-9 (23 10 21)

« Tu aimeras l’Éternel ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta force » Deut 6.5

Observonsloi dans le coeur (2).jpg

Contexte :

Qu’a rappelé Moïse précédemment (5.1-21) ?

Comment le peuple avait-il réagi ? (5.23-27) ?

Quel souhait a exprimé Dieu  (5.29) ?

Quel but avaient les commandements de Dieu ? (5.33 ; 6.2-3) 

Texte : 6.1-9

1-3 : Préambule :

- Que doit enseigner Moïse, v1 ?

- Quel sens donner au verbe craindre ? Comment manifester cette crainte, v 2 ?        

- Que doit produire dans le peuple la mise en pratique de la loi, v 3 ? Que signifie un « pays découlant de lait et de miel » ? Que symbolise-t-il pour nous, chrétiens ?

- v 4-9 : Le grand commandement:

  • Quel est le Dieu d’Israël ? Citer deux caractéristiques qui le distinguent des autres dieux ? Qu’impliquent-elles pour Israël ? v 4-5
  • Comment le fidèle marquera-t-il sa crainte de l’Éternel ? v 6-9. Précisez ce que représentent, le cœur, l’âme et la force ? v 5-6
  • Quelle place tiendront les commandements de Dieu dans la Vie du croyant ? v 7
  • Comment comprendre symboliquement ces prescriptions ? v 8-9.

Comprendre

Le contexte

Au chapitre 5, Moïse répète les 10 Paroles écrites par Dieu sur des tables de pierre (v 22) qui lui ont été confiées au Sinaï à la génération précédente sortie de l’esclavage de l’Égypte. La révélation de la grandeur de Dieu dans le bruit et la lumière, avait impressionné le peuple qui par crainte de mourir, confia à Moïse le rôle de médiateur, d’intermédiaire entre Dieu et les hommes (v 27). A cette occasion le peuple avait promis d’obéir à ce que Moïse transmettrait de la part de Dieu. L’Eternel accéda à cette demande et soupira « Oh ! s’ils avaient toujours le même cœur » (v 29), connaissant trop bien leur versatilité et leurs infidélités ! Il invitait ainsi les auditeurs de la seconde génération à revenir aux mêmes sentiments d’humilité et de « crainte de l’Eternel », car il ne veut pour eux qu’une vie heureuse et la prolongation de leurs jours (6.2-3). Cette idée de prolongation des jours est la première notion de vie éternelle que pouvait concevoir le peuple : une descendance illimitée conserverait le nom de l’ancêtre qui ainsi existerait toujours dans le souvenir des vivants. 

Le Texte

Notre passage comprend deux parties (1-3 et 6-9) qui encadrent le commandement suprême (4-5) que Moïse veut transmettre et que Jésus qualifiera de premier grand commandement (Marc 12.29-30).

Les trois premiers versets servent de préambule solennel à l’énoncé du commandement d’amour qui suit. Moïse a reçu de Dieu la mission de l’enseigner comme une loi fondamentale de vie  pour toutes les générations dans le pays promis (v1). Elle devait assurer aussi la prolongation de la vie du peuple (v 2) son bonheur et sa croissance en nombre (v3) dans un pays où règnent l’abondance et la douceur naturelles. L’expression « découlant de lait et de miel » est devenueJourdain2.jpg proverbiale pour parler d’un pays où il fait bon vivre. Si la Canaan terrestre est ainsi décrite, à plus forte raison ce proverbe peut s’appliquer au pays éternel promis au croyant ! (Photo du Jourdain)

V 4-5 : Le commandement principal est placé au centre du passage pour insister sur son importance. Il constitue la profession de foi juive encore actuelle prononcée matin et soir dans les synagogues, le « ShemA » = « Écoute », débute le verset qui se termine par « l’Eternel est Un » (echaD). Ces deux lettres écrites en majuscules par les copistes forment un mot " AD" qui signifie en hébreu « témoin ». Ce verset est le grand témoignage porté à son Dieu par Israël devant les nations. Il proclame l’éternité et l’unicité d’un Dieu vivant et unique, seul digne d’adoration dans le monde entier, et qui s’est révélé à son peuple d’Israël pour porter son Nom devant et parmi les nations. Ce qui est valable pour Israël (EL = Dieu), l’est aussi pour le chrétien qui porte le nom de Christ ! A un tel Dieu le croyant ne peut que donner son être tout entier, cœur, âme et force. Paul le traduira par « esprit, âme et corps » (1 The 5.23), et Jésus y ajoutera « la pensée »,  à la suite de la traduction grecque des Septante qu'il citait (Marc 12.33). Le cœur ou esprit est ici la faculté propre à l’humain de percevoir Dieu et de communiquer avec Lui, l’équivalent de la conscience spirituelle et morale ; l’âme, c’est son être intérieur, sa personnalité individuelle faite de pensée, de volonté, d’intelligence et d’affectivité ; la force ou l’énergie permet à l’être intérieur de se manifester dans l’action comme dans la parole. Le croyant peut témoigner de son amour pour son Dieu par sa soumission respectueuse à l’autorité et par la présence de Dieu dans sa vie.  La crainte de Dieu n’est pas la peur, mais le respect de Dieu dans l’humilité et l’amour de la créature pour son Créateur (1 Jean 4.18).

V 6-9 : Ces  versets ont été pris à la lettre par les Israélites pieux qui les portent dans un petit mezouzah3.jpgcoffret attaché par des liens de cuir à leur front, sur leur cœur et à la main droite, ainsi que niché dans un étui (= la Mezuzah) placé sur le montant droit de leur porte d’entrée de maison, appelant ainsi la protection de Dieu promise dans le Psaume 121.8. Pour les chrétiens, ces versets recommandent de se préoccuper en permanence dans tous les aspects de leur vie, de la volonté d’amour que Dieu a révélée dans ses lois. Leur devoir est de les transmettre à leurs enfants, de les observer dans leurs actions (= la main), d’y rester fidèles jusque dans leur pensée (= le front) et de se souvenir que Dieu est avec eux dès le « départ jusqu’à l’arrivée », de la naissance à leur mort. Ainsi considérée, la loi divine devait servir de témoignage pour soi et pour les autres, de l’existence et de la bonté d’un Dieu d’amour, vivant et désireux d’offrir bonheur, sécurité, développement dans l’harmonie des relations avec Lui et avec les autres, à ceux qui l’écoutent et la mettent en pratique.

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Quelle place tient la loi de Dieu dans ma vie : est-elle une contrainte ou un moyen d’épanouissement ? Me permet-elle d’associer mon Dieu à tous les instants de ma vie ?
  • Dans quels domaines de ma vie ai-je de la peine à associer Dieu ?
  • Comment faire de l’obéissance à la loi de Dieu un témoignage d’amour pour Dieu ?
  • Comment rendre mon enseignement de la loi attractif pour mes enfants ou pour mes relations amicales ?

Écrire un commentaire