UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2021

Étude n°4 Le dur chemin Ésaïe 8.16-22 (23 01 2021)

 

Étude n°4 Le dur chemin Ésaïe 8.16-22 (23 01 2021)

« J’espère en l’Éternel qui cache sa face à la maison de Jacob ; je place en lui ma confiance. » Es 8.17Confiance en Dieu.jpg

Observons

Contexte 

V 1-4 : Qu’annonce la naissance du fils du prophète ? A quelle crainte du roi Achaz répond cette prophétie (7.2) ?

V 5-12 : Que doit craindre le peuple de Jérusalem ? Pourquoi ? Sous quelles images le prophète présente-t-il ce que le peuple doit redouter ?

V 13-15 : En opposition à ces sujets de crainte vers qui le prophète préfère-t-il tourner ses regards ? Comment cette prophétie se réalisera-t-elle ?

Texte

V16 : Quelle recommandation reçoit le prophète ? Que doit-il conserver dans la mémoire des fidèles à l’Éternel ?

V 17-18 : De quoi et par quoi Ésaïe et ses fils sont-ils des signes en Israël ?

V 19 : De quelle coutume populaire s’agit-il ? Pourquoi Dieu la dénonce-t-il ? (Deut 18.11-12)

V 20 : Vers quoi le peuple doit-il se tourner pour trouver le salut ?

V 21-22 : Que risque le peuple s’il n’obéit pas à cette injonction ? 

Comprenons

Le Contexte :

V 1-4 : Ce passage se situe historiquement peu après la prophétie du ch 7, au moment où, devant l’alliance de Samarie avec la Syrie contre Juda, le peuple de Jérusalem craint leur attaque et le roi fait appel en secret au roi Assyrien. La naissance du second fils d’Ésaïe et son nom symbolique « Vite au pillage, hâtez-vous au butin » annoncent l’échec de l’alliance redoutée par tous, car avant que l’enfant parle (dans un an environ) le roi d’Assyrie mettra fin au projet de la prise de Jérusalem et éliminera les rois de Samarie et de Syrie.

V 5-10b : mais Ésaïe avertit le peuple que sa joie et son soulagement seront de courte durée : ayant dédaigné l’aide de l’Eternel dont il a jugé les bénédictions trop peu spectaculaires et trop cachées (les eaux vivifiantes de Siloé arrosant le temple et Jérusalem, coulent doucement ! v 6), le peuple sera submergé par l’inondation des troupes assyriennes qui après l’avoir secouru se retourneront contre lui en lui imposant un très lourd tribut (les eaux du fleuve Euphrate sont puissantes et impétueuses ! v 7).

V 10c-12 Ces paroles s’adressent à Ésaïe et aux fidèles de l’Éternel qui subsistent : ils n’ont pas à craindre ni Samarie et la Syrie, ni les Assyriens car l’Éternel est avec eux (= Emmanuel v 8).

V  13-14a : C’est l’Éternel seul qu’ils doivent sanctifier et honorer car Il est un refuge protecteur inviolable pour ceux qui se confient en Lui (v 17). Mais pour ceux qui ne veulent pas respecter leur Seigneur, (v 14b-15) cette incrédulité sera pour eux une cause de chute.

Ésaïe prophétisait l’événement historique à la fois de la chute de Samarie avec les Assyriens (en -721), puis celle de Jérusalem avec les Babyloniens (en -586). De plus à travers cette prophétie de malheur, Ésaïe annonçait ce que le Messie Jésus, Emmanuel, prince du pays v 8c) serait au sein de son peuple accablé : un sanctuaire ou une pierre d’achoppement, un Sauveur ou une occasion d’incrédulité et de mort (voir Rom 9.33 ; Mat 21.44 ; Dan 2.34).

Le texte :

V 16 : La prophétie d’Ésaïe appelée ici « témoignage et révélation » doit être enseignée aux fidèles de l’Éternel qui subsistent au sein du peuple infidèle. Dieu s’est toujours gardé « un reste » pour l’honorer lui rendre gloire et transmettre sa Parole.

V 17-18 : Même si Dieu se cache aux yeux incrédules de la plupart, le prophète place sa confiance et son espérance en Lui ; il se met à sa disposition ainsi que ses fils pour être ses témoins, les signes de sa présence et de son salut au milieu du peuple, comme le temple sur le Mont Sion l’était à Jérusalem.

V 19 : Inutile de se tourner vers d’autres dieux ou même vers les morts pour connaître l’avenir ou être protégé ! Dieu a en horreur ces coutumes idolâtres car elles s’adressent aux esprits malins qui détournent ceux qui les consultent de l’adoration et du respect dus au seul Dieu Éternel et Sauveur.

V 20 : la seule solution salutaire est de se tourner vers la Parole de Dieu (Loi de Moïse, et Témoignage des prophètes). Elle seule peut donner au peuple l’espérance d’un avenir lumineux.bible ouverte 1.jpg

V 21-22 : S’il ne saisit pas cette solution, le peuple sera comme un homme errant, accablé d’angoisse, ne sachant plus où aller ; il tombera dans les ténèbres en accusant le roi et Dieu lui-même, au lieu de reconnaître ses torts et sa responsabilité dans ce qui lui arrive. C’est malheureusement ce qui arrivera historiquement à la chute de Jérusalem, et spirituellement à la fin des temps.

Ainsi Ésaïe en alternant les avertissements et les promesses, essaie-t-il d’entraîner le peuple à sa suite, à placer sa confiance dans un Dieu qui sauve réellement.

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Dans les situations critiques angoissantes qui pullulent dans notre monde ou dans nos vies, où cherchons-nous secours et espérance ? parmi les hommes ou dans les promesses de Dieu ? Qu’est-ce qui nous empêche de faire l’expérience de la présence de Dieu au quotidien ?
  • Comment apaiser notre crainte des hommes et de ce qu’ils peuvent nous faire endurer ?
  • Qui avons-nous le plus à redouter : les hommes, Satan ou Dieu (Mat 10.28) ?
  • Dans la détresse comment ne pas se positionner en victime accusant les autres, et discerner notre part de responsabilité dans ce qui nous arrive ? Et qu’en faire ?
  • De quoi pouvons-nous et devons-nous être des signes auprès de notre entourage, en tant que disciples du Christ ?

08:00 Publié dans Esaïe | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire