UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2018

Etude n°6 Ministère de Pierre, Actes 11.1-18 (11 08 18)

Etude n°6 Ministère de Pierre, Actes 11.1-18 (11 08 18)

« En vérité, je le comprends, pour Dieu il n’y a pas de considération de personne, mais  en toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable » Ac 10.34-35

Observons (G.Doré, 19ès, Pierre chez Corneille)Pierre chez Corneille.jpg

1ère partie : v 1-4: Exposé du problème

Quels sont les lieux ?        La Judée, Jérusalem

Quelles sont les personnes et leurs rapports entre elles ?    Apôtres, frères, circoncis,  Païens, incirconcis, et Pierre

Quel est le problème ?       Les païens ont reçu la parole de Dieu,

                                               Pierre est entré chez des incirconcis et a mangé avec eux

De quel ordre est le problème : social, religieux, théologique ? Sur quoi attaque-t-on Pierre ?

2ème partie : v 5-10 : la vision de Pierre

Relever tous les mots qui indiquent de qui vient cette vision : priais, extase, vision, du ciel, voix reconnue comme celle du Seigneur, du ciel, Dieu, dans le ciel, et répété 3 fois.

Dans les versets 8 et 9, quelles sont les répétitions et les oppositions ?

Opposition entre Je dis, et Dieu a déclaré

Répétition avec opposition croisée : souillé, impur, pur, pas souillé.

Au centre de cette répétition opposée, «  Dieu a déclaré ».

Dieu est au centre, c’est la seule voix à écouter.

3ème partie : v 11-15 : Chez Corneille

1) Application pratique de la vision

Quelles sont les relations entre les personnages ?

            a- 3 hommes de Césarée vont vers moi

            b- moi et nous dans la maison

            c- l’Esprit dit à moi de partir avec eux

            b’- moi et 6 frères vers et dans la maison

            a’- Corneille

Aux 3 hommes de Césarée correspond en parallèle Corneille,

à « moi et nous » dans la maison, correspond « moi et 6 frères vers la maison »

Au centre, l’Esprit lie moi et eux.

2) v 13-15 : Relever les actions divines en parallèles : l’ange dans sa maison, et le Saint-Esprit sur eux. Au centre les paroles de salut.

Comparaison entre sur eux et sur nous aussi.

La relation établie par Dieu entre Corneille et Pierre, païens et croyants a pour objectif de permettre le témoignage pour le salut de Corneille.

4ème partie : Conséquences

Rechercher les répétitions : Dieu nommé 7 x

                        les oppositions : baptême d’eau, et baptême d’Esprit Saint

                                               Dieu qui donne et moi qui m’oppose

Au centre des oppositions une ressemblance : Même don de Dieu qu’à nous qui avons cru au Seigneur Jésus-Christ

Cette ressemblance amène la conclusion en parallèle : Dieu a accordé la repentance aussi aux païens, pour qu’ils aient la vie.

 

Comprenons

La question dont doit se justifier Pierre est d’ordre moral, due à des préjugés socio-religieux. Elle n’est pas d’ordre théologique. On ne l’attaque pas sur la conversion de païens, mais sur la relation humaine qu’il a avec eux.

Du problème moral de la fréquentation des païens incirconcis donc impurs, on est passé à la question spirituelle du salut offert par Dieu à tous également, et à l’action de l’Esprit qui unit tous les hommes dans la foi en Jésus-Christ.

Les préjugés des Juifs sur les païens les excluaient du peuple élu à cause de leur incirconcision. Ils ne tenaient aucun compte des dispositions de cœur de ceux qui comme Corneille avaient adopté leur foi, et refusaient de les fréquenter par peur de devenir eux-mêmes impurs, donc impropres au service de Dieu. Ils pensaient que la circoncision de la chair était indispensable au salut parce qu’elle les rend          ait « purs ».

Que nous fait comprendre le texte sur l’action de l’Esprit ?

Il est au centre de la relation entre Dieu et les hommes : c’est lui qui fait voir, entendre et comprendre la volonté de Dieu sur la question spirituelle du salut offert également à tous ceux qui croient en Jésus-Christ (v17), et de la pureté devant Dieu qui est un don de Dieu à cause de la repentance (v 9 et 18) Ainsi le sens de la pureté est-il d’être « non partagé » dans son cœur, tout « entier » à Dieu.

C’est l’Esprit aussi qui balaye les préjugés et met en relation les hommes entre eux pour la propagation de la Bonne Nouvelle à tous (v 12).

Pierre a compris que la vision répétée 3 fois et suivie immédiatement de l’arrivée des hommes païens que l’Esprit lui demande de suivre,  a un sens spirituel et non alimentaire : l’impureté ou la pureté dont il s’agit, n’est pas celle des aliments, mais du cœur des hommes. Pierre l’a reconnu aussi par 3 fois : (10.28b ; 10.34-35 ; 10.43), comprenant par-là que la vision lui venait de Dieu (3 symbole du divin).

Et il en a conclu en 10.47 : "Peut-on refuser le baptême d’eau à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous qui avons cru". Pour la première fois un apôtre juif admet que le salut est pour tous les peuples !

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

- Quels préjugés m’éloignent de telle ou telle personne ? D’où viennent-ils (orgueil, égoïsme, peur, nationalisme, racisme, etc...).

- Comment puis-je les vaincre ? Comment ce texte peut-il m’aider à les discerner et les balayer ?

- Suis-je conscient que suivre mes préjugés, c’est m’opposer à Dieu ?

- Toute rencontre peut devenir occasion de faire connaître la bonne nouvelle du salut en Jésus. Prenons la décision d’y penser cette semaine dans nos relations.

- Comment manifester concrètement cet amour de Dieu pour quiconque est sa créature appelée à la vie éternelle ?

                                  

08:04 Publié dans Actes | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire