UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2018

Étude n°2 : La Pentecôte Actes 2.1-21 (14 07 18)

 

Étude n°2 : La Pentecôte Actes 2.1-21 (14 07 18)pentecote2.jpg

« Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous en sommes tous témoins. Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit-Saint qui avait été promis, et il l’a répandu, comme vous le voyez et l’entendez. » Ac 2.32-33

 

Observons

Contexte

Jésus a quitté ses disciples en leur promettant la puissance du Saint-Esprit (1.8) pour être ses témoins jusqu'aux extrémités du monde. Dans cette attente, les Onze ont élu un remplaçant de Judas, afin que leur nombre corresponde au choix de Jésus, pour accomplir leur tâche d'apôtres à laquelle il les avait appelés.

Texte

Les circonstances : A la fête de la Pentecôte, tous les disciples sont rassemblés, assis dans la chambre haute. La structure comprend trois parties :

1-Le don du Saint-Esprit (v 1-4)

Relever tous les détails qui font de cet événement quelque chose d'insolite et de puissant :

-Tout à coup (= soudaineté),

- Un bruit vient du ciel comme un vent impétueux dans toute la maison (sensation auditive)

- Apparition de langues de feu se séparant sur chacun (sensation visuelle)

- Plénitude de l'Esprit (= exaltation ?)

- Don des autres langues.

Il y a contraste entre l'attitude passive des assistants et le bouleversement subit qu'apporte l'Esprit.

2-Le don des langues et les réactions de la foule (v 5-13)

Relever les répétitions : sa propre langue (3x), parler (3x), l'idée de foule : de toutes nations, multitude, tous, les uns aux autres, énumération des contrées méditerranéennes.

Relever les sentiments exprimés : hommes pieux, confusion ou émotion intense (v 6), hors d'eux-mêmes (v 7,12), admiration (v 7), perplexité et interrogation (v 12), moquerie (v 13). Quel est le sujet des paroles des disciples dans les langues étrangères ? v 11

3- L 'interprétation de cet événement par Pierre (v 14-21)

- Première raison humaine : pas d'ivresse possible à la 3ème  heure (= 9h).

- Seconde raison prophétique : réalisation de la prophétie de Joël.

- Quelle est l'action de l'Esprit selon cette prophétie ? Relever les sujets et les verbes.

L'Esprit est répandu sur toute chair : fils, filles, jeunes vieux, serviteurs, servantes, pour prophétiser (2x aux v 17-18) et donner des visions et des songes.

  • Quels signes accompagneront l'effusion de l'Esprit : prodiges célestes et terrestres
  • A quel moment ? v 17 et v 20).
  • Quels résultats aura-t-elle ? v 21

 

Comprenons

Contexte

Les disciples dans l'attente de l'Esprit promis ne sont pas restés inactifs et ont entrepris l'organisation matérielle et spirituelle de leur groupe. ils persévéraient dans la prière d'un commun accord (1.14). Aux Douze se sont joints la mère et les frères de Jésus, puis une centaine d'autres dont Pierre reste le porte-parole. Ils sont réunis dans le souci de préparer le ministère et l'apostolat que leur a confiés le Seigneur. colombe de l'Esprit.jpg

Texte

La Pentecôte juive célébrait la fin des moissons, commencées à la Pâque où une gerbe de prémices était agitée au temple. Dieu choisit ce jour symbolique pour accorder son Esprit et débuter la moisson de son peuple qui ne s'achèvera qu'au retour de Christ. La tradition juive fixait aussi en ce jour l'anniversaire du don de la loi à Moïse sur le Sinaï. Dieu choisit ce jour pour inscrire sa loi dans les cœurs par son Esprit (Jé 31.33). Malgré leur attente sans doute plus vive ce jour-là, les disciples furent surpris. Ils étaient assis, dans l'attitude de la conversation ou de la méditation, les Juifs priant debout : le Saint-Esprit surprend toujours car il ne se laisse pas maîtriser par l'homme.

La puissance de Dieu se révèle dans les signes physiques qui accompagnent l'effusion et qui la matérialisent aux yeux des disciples et de la foule juive, habitués à la concrétisation des abstractions.

Le vent impétueux est cette « ruah » de la Création, qui planait au-dessus des eaux, et que l'on entendait dans le tonnerre des apparitions divines. Il symbolise le souffle, l'élan, l'enthousiasme puissant qui s'emparent des disciples, brisent leurs résistances, leurs incompréhensions ou hésitations, et les poussent à l'action pour transmettre le message du salut en Jésus-Christ.

Être empli de l'Esprit donne une impulsion, une motivation pour témoigner. C'est être pénétré dans toutes les facultés de l'être (corps, affectivité, volonté, esprit) d'énergie, de lumière, de vie et d'amour, symbolisés par le feu, de façon à être purifié et sanctifié, rendu propre au témoignage véridique. L'Esprit sanctifie la parole humaine pour en faire un instrument de propagation de l'Évangile : c'est ce que symbolise l'apparition de langues, simultanée au don de langues étrangères. Ce don aux disciples s'accompagne du don de comprendre fait à la foule. Sans entrer dans le débat sur la nature de ces langues (étrangères ou extatiques), on constate que tous pouvaient comprendre dans leurs langues maternelles les merveilles de Dieu louées par les disciples. Dans un cas comme dans l'autre, le miracle était aussi là : comment entendre des paroles compréhensibles dans le vacarme des louanges de 120 disciples qui parlent en même temps ?!

Le don des langues n'est pas donné pour la commodité ou le plaisir des disciples mais pour une propagation immédiate et efficace de l'Évangile, dans des circonstances données. Pierre le confirme en citant la prophétie de Joël : le but de ce don spirituel est de prophétiser, c'est-à-dire parler des merveilles de Dieu. Ce don est à distinguer de la plénitude de l'Esprit, qui intervient aussi à des moments précis de témoignage ou de décision et s'apparente à la sagesse, le discernement, l'enthousiasme et la joie nécessaires aux disciples pour remplir leur mission.

La puissance de Dieu enfin est sensible dans la transformation de Pierre. Il était un pauvre pécheur de poissons, présomptueux et craintif, allant jusqu'à renier son Maître ; l'Esprit en fait un pécheur d'hommes, assuré dans la foi, humble mais plein d'autorité devant la foule, sachant discerner les temps et expliquer les événements (v 14, 22-23). Son témoignage rendu puissant et efficace sous l'inspiration de l'Esprit, toucha le cœur de trois mille personnes qui furent baptisées ce jour-là (v 41).

La joie qui emplit les disciples à cette effusion, se marque dans l'enthousiasme qu'ils manifestent au point de paraître ivres aux yeux de certains. Cet enthousiasme revêtait-il la forme des transports prophétiques qui saisissaient les prophètes de l'ancienne alliance ? Ou bien la force de leur témoignage les faisait-elle gesticuler et hausser la voix pour les auditeurs les plus éloignés ? De toutes façons le témoignage enthousiaste de la Bonne Nouvelle provoque toujours les mêmes réactions : éveil de l'intérêt ou curiosité chez ceux qui recherchent le Seigneur, ou moquerie de ceux qui résistent et se ferment aux appels de Dieu.

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

- Les signes puissants et concrets qui ont accompagné l'effusion de Pentecôte étaient adaptés aux mentalités et besoins de l'époque. La prophétie de Joël suggère qu'une même effusion aura lieu avant le retour du Seigneur. Faut-il attendre le même genre de manifestations concrètes ? Seraient-elles adaptées au témoignage à notre époque ?

- Ne peut-on pas voir dans  la proclamation du retour de Christ depuis un siècle et demi, dans le réveil d'Églises, dans la proclamation de l'Évangile autour du monde entier, des signes de la « pluie de l'arrière-saison » qu'a prophétisée Joël ? Mon Église et moi-même en bénéficions-nous ? Sinon, comment recevoir du Saint-Esprit la puissance et la joie du témoignage?

- Distinguez les effets de l'Esprit sur les disciples à la Pentecôte : unité d'esprit, désir de servir, témoignage enthousiaste et approprié, reconnaissance pour les dons de Dieu, pas de discrimination d'âge, de sexe, de rang social entre les disciples (v 17-18), attention à la Parole, désir de la connaître, témoignage clair et joyeux. Ces effets sont-ils vécus dans mon église ? Quelle peut être ma participation active pour qu'ils se réalisent au sein de ma communauté ?

- La joie d'être enfant de Dieu rayonne-t-elle dans mon cœur, dans ma vie et autour de moi ? Comment se manifeste-t-elle concrètement ?

 

 

 

 

 

 

08:00 Publié dans Actes | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire