UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2018

Étude n°5: Christ dans le sanctuaire « céleste », Hébreux 9.8-14 (05 05 18)

Étude n°5: Christ dans le sanctuaire « céleste », Hébreux 9.8-14 (05 05 18)

« Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » 1 Cor 3.16

« En Christ, vous êtes édifiés ensemble pour être une habitation de Dieu en Esprit » Eph 2.21 ; « Nous sommes sa maison… » Héb 3.6 coeur de bougies.jpg

 Pour plus de détails sur le sanctuaire céleste, consulter le livre d'Evelyne Zuber "J'habiterai au milieu de vous" publié chez BoD : www.bod.fr (voir la Bibliographie dans la colonne de gauche de la page du blog.)

Observons 

Le contexte

a) les versets 1-7 constitue la première partie du développement de notre étude. C’est la brève description du sanctuaire terrestre (1-5) et des rites quotidiens et annuels (6-7).

Le texte :

b) v 8-10 : Révélation du Saint-Esprit de l’insuffisance des symboles du 1er sanctuaire, pour acquérir la maturité (perfection) spirituelle.

a’) v 11-12 : Christ réalise les symboles du rite des Expiations dans le sanctuaire spirituel (non construit de main « d’homme » ), pour notre salut éternel.

c) v 13-14 : but de l’œuvre de Christ dans le sanctuaire « spirituel » : par son sacrifice il acquiert pour nous la rédemption éternelle.

Le Mais du v 11 introduit une série d’oppositions entre

  • le 1er tabernacle (v 1) et le tabernacle plus grand et plus parfait (11)
  • les prêtres humains (6-7) et Christ (11)
  • le rite annuel des Expiations (v 7) et l’œuvre unique de Christ (12)
  • l’effet temporaire du 1er sanctuaire (9-10, 13) et le résultat éternel de l’œuvre de Christ (12,14).

Au centre, l’œuvre de l’Esprit est de révéler la valeur symbolique et la caducité du 1er sanctuaire.

Comprenons

A) Sont synonymes dans le texte :

  • premier tabernacle, ordonnances charnelles, figure ou parabole.
  • Biens à venir (11), rédemption éternelle (12) salut (v 28)
  • Saint des Saints, tabernacle plus grand et plus parfait, non construit (= non fabriqué par la main, le mot « d’homme » n’est pas dans le texte), pas de cette création (= non matériel), sanctuaire (12)
  • Temps présent, temps de réforme.

 B) Vocabulaire: Qu’est-ce qu’un sanctuaire ? un lieu de rencontre entre Dieu et l’homme, lieu matériel dans le désert avec la tente (= tabernacle) de la Rencontre, lieu symbolique avec l’incarnation de Dieu en Jésus, lieu spirituel du cœur humain habité par l’Esprit (1 Co 6.19), ou de l’Église, maison de Dieu (Ep 2.21-22 ; 1 Tim 3.15).

Le Saint des saints est le nom donné au lieu Très Saint du sanctuaire terrestre, où se trouvait l’arche contenant la loi, qui symbolisait le trône de Dieu, donc sa présence et son action de roi et de juge.

 C) v 8-10: Un voile séparait le Lieu Saint du Lieu Très Saint dans le sanctuaire terrestre, et symbolisait l’impossibilité pour l’homme pécheur d’entrer en présence de la sainteté de Dieu. Le grand sacrificateur le franchissait une seule fois dans l’année au jour des Expiations, dûment enveloppé de parfums et portant le sang des victimes expiatoires, pour se présenter lui et son peuple devant le jugement de Dieu. Grâce au sang pur du bouc pour l’Éternel, répandu sur le couvercle de l’arche, donc placé entre la condamnation de la loi et le péché de l’homme, Dieu pouvait lui pardonner et le considérer comme juste (expiation = couverture et effacement du péché). Cette cérémonie annuelle symbolisait le jugement (= la libération du péché, ou réhabilitation définitive du peuple de Dieu au temps du jugement qui précède le retour du Christ (symbolisé par la sortie du grand sacrificateur, après les Expiations). Entre temps toute l’année, le sang des sacrifices était porté devant le voile. Notre texte nous dit que ces ordonnances charnelles, terrestres étaient le symbole de la réalité spirituelle de l’impossibilité à l’homme pécheur de se présenter devant Dieu sans protection, sans intermédiaire : Nul ne peut voir ou approcher Dieu sans mourir. Le Saint-Esprit qui seul permet de saisir les réalités spirituelles (1 Co 2. 13-14) fait comprendre par le voile déchiré au moment de la mort de Christ, que maintenant, dans le temps présent, l’accès à Dieu est possible en tout temps, car Christ par son sacrificvitrail transformateur.jpge a couvert les péchés des hommes, il les a fait mourir dans son corps d’homme, et les a effacés (= il a fait l’expiation). Les hommes en se réclamant de ce sacrifice, sont considérés comme justes par Dieu à travers Christ, comme au travers d’un vitrail (qui projette ses couleurs sur ce qui se trouve devant).

 D) v 11-14 : L’œuvre de Christ est d’être le grand prêtre pour notre rédemption éternelle : il officie spirituellement pour notre salut (v 28) (= notre vie éternelle dans la présence de Dieu) dans le sanctuaire de notre cœur ou de l’Église. Pour cela

  • il pénètre dans (entre dans, traverse = par référence à l’action du grand sacrificateur le jour des Expiations) un sanctuaire plus grand et plus parfait, qui n’est pas de cette création, non-fabriqué, donc immatériel, ou du monde spirituel. Le verset 24, parallèle aux v 11-12, nous le définit comme « le ciel même ». Jésus s’y trouve dans la présence même de Dieu qu’il voit face à face ! Actes 17.24 nous dit que Dieu n’habite pas des temples fabriqués. Le ciel ou le sanctuaire « céleste » sont donc des expressions pour signifier simplement le lieu spirituel de la présence du Dieu Éternel. Or depuis son ascension et la Pentecôte, il habite et officie par son Esprit parmi nous, les croyants, collectivement dans l’Église, sanctuaire où on l’adore, et individuellement dans le cœur de celui qui est ouvert à sa présence (1 Cor 3.16 ; 6.19 ; 2 Cor 6.16)
  • Il se présente devant Dieu comme victime expiatoire pour purifier nos consciences (14) = il présente sa « vie selon l’Esprit » et sa mort d’homme innocent en intermédiaire entre l’homme pécheur et la sainteté de Dieu. A l’image d’un vitrail qui donne ses couleurs à celui qui se place dans sa lumière,Christ permet à l’homme d’être considéré par Dieu comme purifié et juste devant lui.
  • Il rétablit ainsi la relation entre Dieu et le croyant qui peut alors le servir (14) en esprit et en vérité (Jean 4.24).

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • La sainte cène est le rite qui se rapproche le plus des rites du sanctuaire terrestre. Est-ce que j’y vois le rappel des faits historiques de la mort de Jésus, le symbole de son œuvre en moi par l’Esprit (nourriture et vie), l’annonce du repas de noces = de la communion intime et éternelle avec lui ? Qu’est-ce que chacune de ces conceptions change dans ma façon de vivre la sainte cène, et la foi ?
  • L’étude du symbolisme du sanctuaire terrestre me donne-t-elle plus claire conscience de ce que Jésus fait pour moi chaque jour dans le sanctuaire spirituel de mon cœur ou de l’Église ? Que m’enseigne-t-elle sur l’œuvre de Christ à la fin des temps ? (jugement préliminaire, retour de Christ, exécution du bouc émissaire, rassemblement des élus dans la Jérusalem céleste)
  • Le fait d’avoir accès librement à la présence de Dieu me pousse-t-il à le servir et l’adorer avec joie ?

Commentaires

Dommage... Un thème récurrent sur ce blog est que le sanctuaire céleste est immatériel et spirituel, ce qui n'est absolument pas biblique. Nulle part il est dit qu'il est immatériel ou simplement spirituel. Au contraire, Heb 9:11 fait une distinction claire entre le fait qu'il n'est pas de "cette création" cad sur Terre, parce que Heb 8:2 établit clairement sa présence réelle au ciel.

Ce principe de la matérialité du sanctuaire céleste est fondamental sur le plan biblique puisque sa présence réelle et matérielle est une condition sine qua non pour montrer à tous les mondes la justice et son processus salvateur afin de contredire les accusations qui ont causé la chute d'un tiers des anges. La possibilité aux personnes sauvées ou au ciel de se pencher sur cette justice est un thème récurrent et fondamental dans le contexte de la grande controverse.

La matérialité du sanctuaire céleste est d'ailleurs tellement fondamentale qu'elle fait partie de la croyance fondamentale 24. J'ai donc du mal à réconcilier le fait qu'un blog qui tente de commenter l'école du sabbat se mette en telle opposition avec un principe biblique (et ipso facto adventiste) aussi... fondamental.

Que Dieu nous guide dans l'étude de sa parole :)

Notre réponse :
Merci, frère Civera, de votre vive réaction à notre interprétation de la Parole de Dieu. Le Seigneur parle à ses enfants de plusieurs manières, et son Esprit souffle où il veut ! Je n'entrerai donc pas en contestation et respecterai votre perception des Écritures. Toutefois, face à elles, je me pose toujours deux questions :
1- Qui suis-je pour enfermer Dieu dans une seule compréhension de sa Parole ?
2- Que change à ma vie personnelle la lecture que je fais d'un texte ?
Savoir que Christ œuvre dans mon cœur et dans l’Église dont il a fait son habitation, sa maison, pour les purifier et les sanctifier en vue du Royaume éternel, est d'un grand réconfort, et fortifie ma foi dans sa grâce, qui dépasse toutes nos compréhensions humaines et limitées.

Écrit par : David Civera | 01/05/2018

Chère frère CIVERA. Je viens de lire votre commentaire et je me pose la question de ce qui est vraiment important dans ma vie sur terre? est-ce que c'est de savoir qu'il y a un sanctuaire en béton armé pour me protéger ou que CHRIST et a coté de moi dans ce combat de la vie quotidien. Personnellement je préfère la deuxième version. Merci pour votre intervention qui nous fait réfléchir. Amitiés fraternelles, Augustin

Écrit par : CIMA | 04/05/2018

Chère soeur Zuber et chers frères Zuber et Augustin,

1. Dans les deux réponses ci-dessus, il y a un argument intéressant : il y a plus de "réconfort" dans la connaissance d'un Christ qui travaille dans son Église et auprès de ces enfants que dans un sanctuaire céleste matériel.

Mais pourquoi cette dichotomie? Les deux ne sont pas mutuellement exclusifs. D'ailleurs, la Bible dit clairement que Christ a envoyé une « aide », son Esprit, pour nous guider dans notre vie et dans la vérité. De plus, la leçon d'aujourd'hui montre bien le travail du Christ dans le lieu Saint, le lieu qui est caractérisé par la parole de Dieu, nos prières et nos témoignages, ce qui montre bien un ministère du Christ auprès de ses enfants, au sein même de ce sanctuaire matériel.

N'est-ce donc pas un plus grand réconfort encore que de savoir que depuis le début, Dieu a prévu de nous réconforter, nous assister, nous guider, nous purifier, nous glorifier, et de rendre ce travail public et visible par tous au travers de ce sanctuaire céleste?

2. Si la Bible passe autant de temps, dans l'Ancien et le Nouveau Testament, pour montrer la matérialité du sanctuaire céleste, est qu'il ne faut pas se demander pourquoi cette doctrine biblique est importante?

Permettez-moi de faire un parallèle avec les USA (j'habite au Canada, ce sera plus simple pour moi que la France). Le Président Trump est sous le joug d'une enquête qui divise l'Amérique. Les faits sont connus, mais personne ne semble se mettre d'accord sur sa culpabilité ou son innocence.

Le sanctuaire céleste est l'une des preuves les plus majestueuses de la justice bonne et parfaite de Dieu puisqu'à la fin du ministère du Christ dans le sanctuaire céleste, tout genou se pliera et reconnaîtra la miséricorde de Dieu (je suis sûr qu'on en parlera dans la leçon sur le Millénaire). C'est-à-dire que même les perdus reconnaîtront que Dieu est bon. Le travail dans le sanctuaire céleste est déjà un témoignage pour les autres mondes, le travail d'intercession qui a lieu maintenant sera aussi un témoignage pour les justes sauvés qui se pencheront sur les livres, et même les perdus s'y soumettront... Dans un monde de "fake news", n'est-ce pas l'un des plus grands témoignages de la puissance de Dieu qui semble pouvoir accomplir l'impossible (la reconnaissance universelle de sa justice) au travers de ce sanctuaire céleste matériel?

---

Enfin, s'il vous plait, n'hésitez pas à m'appeler David. Frère Civera, c'est mon père. ;-)

Merci aussi beaucoup pour vos réponses, ainsi que cette discussion amicale et fraternelle. J'apprécie vraiment vos interventions et vous remercie du temps que vous avez pris pour partager vos positions.

Écrit par : David Civera | 04/05/2018

Bon sabbat frères et sœurs!
Le réel, la physique, le matériel en opposition avec la foi, la spiritualité... Entre les deux concepts lequel existait dès le commencement ? Adam, avant le péché, vivait le réel ,la physique avec Dieu. C'est à cause du péché qu'on a besoin d'être spirituel, d'avoir la foi pour communiquer avec Dieu. Mais Dieu et son tabernacle sont réel matériel dans le ciel. Comment Jésus lui-même est entré dans le sanctuaire céleste ? N'est ce pas physiquement dans son corps matériel !!!Actes 1:10-11. Et le jour de l'expiation à la fin Jésus reviendra physiquement. Si nous nous limitons à spiritualisé le sanctuaire céleste alors nous allons dire que son retour est aussi spirituel et est déjà venu comme certaines dénomination le croient. Je crois que le sanctuaire est matériel, réel et cette connaissance doit produire un certains degrés de ma spiritualité à l'aide du saint esprit

Écrit par : OUATA Yves Éric | 05/05/2018

Ma préoccupation est sur l'introduction du service de tabernacle. Pour le tabernacle terrestre tout commence avec la pâque et pour celui du ciel Jésus a lui-même instauré la saintes scène. Pourquoi la pâque est elle toujours considérée dans nos milieu en débit de la sainte scène ?
Notre réponse :
La Pâque est la fête juive qui commémore la libération de l'esclavage du peuple Juif, La fête chrétienne de Pâques commémore la résurrection de notre Seigneur que tous les chrétiens célèbrent, puisque sans la résurrection notre foi est vaine (dit Paul aux Corinthiens, ch 15). La sainte cène instituée par Jésus, commémore sa mort qui efface notre péché, réunit tous ses disciples dans son alliance, et annonce son royaume à venir (Luc 22.15-20).

Écrit par : OUATA Yves Éric | 05/05/2018

Écrire un commentaire