Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2017

Étude n° 5 La plénitude du Saint-Esprit, Luc 11.5-13 (04 02 17)

Étude n° 5 La plénitude du Saint-Esprit, Luc 11.5-13 (04 02 17)

« Je suis venu afin que les brebis aient la vie et qu’elles l’aient en abondance.»

Jean 10.10

Observons

Le contexte

V 1-4 : Par quoi est introduit notre passage ? Quelle est la préoccupation des disciples ? Comment Jésus leur répond-il ?

Le texte : v 5-13

- En fonction de l’introduction quel est le thème de notre passage ?

a) v 5-8 : Parabole de l’ami, (John Artus Millais 1854)Ami importun (John Artur Millais 1864).jpg

- v 8 : Comment peut être qualifié l’ami sollicité dans la nuit ? Pourquoi se lèvera-t-il ?

– Qu’est-ce qui est mis en opposition ?

 b) v 9-10 : - Quel lien y a-t-il dans le vocabulaire et les répétitions  de ces versets avec la parabole précédente ?

- Que veut enseigner Jésus dans ce passage central ?

a’) v 11-13 : parabole du père

- Quelles oppositions contiennent les v 11 et 12 ? Quel effet veulent-elles produire ?

- Quelle conclusion en tire Jésus ? Qui oppose-t-il ? Quel lien y a-t-il avec les paraboles de l’ami et du père ?

- Quelle progression existe entre l’ami égoïste, le père humain, et le Père céleste,

- A quelle demande Le Père répondra-t-il en priorité ? Pourquoi ?

 

Comprenons

Le contexte

Matthieu avait placé dans le sermon sur la montagne la prière du « Notre Père », enseignée par Jésus comme modèle. Ici elle répond à une demande peut-être d’un ancien disciple de Jean, qui n’a sans doute pas encore l’intimité des apôtres avec Jésus, car il s’étonne de voir Jésus prier, et manifeste le désir d’apprendre, essentiel au progrès spirituel.

Le texte

A la suite de ce modèle de prière, Jésus développe par deux courtes paraboles quelques aspects de la prière : la nécessité d’être persévérant, et de demander le Saint-Esprit, à un Dieu considéré comme meilleur qu’un ami ou un père terrestre.

 a) la parabole de l’ami renferme une promesse et une exhortation selon que l’on considère l’un ou l’autre des deux hommes :

- la promesse joue sur le contraste entre l’égoïsme de l’ami dérangé à minuit, qui finit par donner le pain par lassitude, pour se débarrasser d’un importun, et l’amour de Dieu qui connaît tous nos besoins et désire les satisfaire sans jamais se lasser.

- l’exhortation est dans l’exemple du solliciteur : s’il ne craint pas d’importuner son ami si peu généreux dans des circonstances les plus défavorables, pourquoi ne pas faire de même envers Dieu qui est toujours prêt à accorder bien plus que ce qu’on lui demande ? L’insistance dans la prière n’est pas condamnable, elle manifeste la fermeté du désir et la persévérance du solliciteur. Elle l’oblige aussi à bien préciser et évaluer l’importance de l’objet de son désir. Répond-il à un besoin réel, est-il destiné à satisfaire un caprice égoïste ou frivole ? Que veut en faire le solliciteur ? etc.

a’) la parabole du père : Comme il est impensable pour un père, pourtant imparfait et mauvais, de répondre à une demande de vie (pain, poisson, œuf) par un don de mort (pierre, serpent, scorpion), Jésus démontre en contraste l’amour du Père céleste, saint et parfait, qui donne, à ses enfants qui le lui demandent, l’essentiel pour la vraie vie, le Saint-Esprit. Celui-ci en effet, sera accordé en abondance, et enseignera toutes choses nécessaires à la croissance spirituelle et à la connaissance du Père (Jean 14.26).

 pain et poisson.jpgb) Dans les v 9-10, le vocabulaire suggéré par la parabole : demander, chercher, frapper, auquel répondent donner, trouver, ouvrir, et dans le v 10, la reprise du v 9 en répétition insistante, cherchent à révéler l’efficacité de la prière faite dans un état d’esprit précis : la confiance dans l’amour inconditionnel du Père, le désir insistant de recevoir la vie, la persévérance de ce désir, non pour forcer Dieu à exaucer, mais pour affiner et affermir le désir de celui qui prie, le sentiment de l’importance du don de l’Esprit pour vivre dans la communion avec Dieu, l’assurance que Dieu écoute et exauce la prière de la foi, avec une grande générosité.

Questions pour une application dans la vie chrétienne

- Ai-je l’assurance que Dieu entend mes prières et veut y répondre mieux qu’un ami ou un père terrestre ?

- Pourquoi prier, si Dieu connaît tout de moi ?

- Ai-je demandé le don du Saint-Esprit ? M’a-t-il été accordé ? Comment cela se manifeste-t-il ? Qu’en fais-je ?

- Comment est-ce que je reflète sur les autres cet amour du Père pour moi ? Quel est mon comportement d’ami pour les autres ?

Les commentaires sont fermés.