Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2016

Étude n°13 Attendre jusqu’à quand ? 2 Pierre 3.8-18 (24 09 16)

Étude n°13 Attendre jusqu’à quand ? 2 Pierre 3.8-18 (24 09 16) (St Laurent en Royan, fresque : le cavalier d’Ap 19)Apocalypse3 St Laurent en Royans cavalier blanc.jpg

« Le Seigneur ne retarde pas l’accomplissement de sa promesse…Il use de patience envers vous, il ne veut pas qu’aucun périsse mais que tous arrivent à la repentance. » 2 Pie 3.9

Observons
Le contexte
Pierre sait sa mort très proche (1.14) et exhorte l’Église une dernière fois, à de continuels progrès dans la sainteté de vie (1.3-11) et à la vigilance dans la foi en la vérité du retour de Jésus, fondée sur la révélation de la Transfiguration (1.17) et des prophéties bibliques (1.19-21). Cette vérité sera contestée et niée par de faux docteurs à l’intérieur même de l’Église (ch 2). 3.3-7 : Les moqueries sur le retour de Jésus à cause du délai d’attente sont contredites par les promesses des Écritures. Pierre rappelle les fondements de l’espérance inébranlable malgré les délais apparents, et exhorte à vivre en conséquence de cette espérance (3.8-18).

Le texte : 2 Pi 3.8-18
1- V 8-10 : Relever toutes les indications temporelles : noms, adverbes, adjectifs, temps des verbes, etc…
- Qu’est-ce que les croyants ne doivent pas oublier face à la promesse du retour de Jésus ?
- Pourquoi y a-t-il un délai mis à l’accomplissement de la promesse divine ?
- Comment est qualifié le retour de Jésus ? Par quoi s’accompagnera-t-il pour la terre ? (v 10)
2- V 11-14 : Relever les parallélismes, les répétitions et les oppositions de ces versets entre eux et avec le v 10. Quels ordres donne Pierre aux croyants ? Que signifie « Hâtez l’avènement ? Quelles sont les caractéristiques de la nouvelle terre ? (v 11,13). Par quoi se distingue le croyant de la fin des temps ? (v 11,14)
3- V 15-18 : Quel avantage présente le délai accordé par Dieu ?
- Comment Pierre juge-t-il les écrits de Paul ? Quelle information cela nous donne-t-il sur l’Église apostolique ?
- Quelles recommandations Pierre adresse-t-il à l’Église ? (v 17-18)
.
Comprenons
Le contexte
Pierre rappelle le but de ses lettres : réveiller les souvenirs, faire appel à l’intelligence claire des prophéties et de l’Évangile transmis par les apôtres sur la promesse de l’avènement glorieux de Christ.
Depuis l’annonce de ce retour, le temps a passé, les premiers chrétiens (= les pères v 4) qui l’attendaient de leur vivant (1 Th 4.15) sont morts sans l’avoir vu (Marc 13.30). Les choses semblent rester dans le même état depuis toujours, telles qu’elles sont depuis la création. L’attente prolongée sans signes de réalisation effective est cause de doute, de moquerie puis de déni. Pour répondre à ces attitudes, l’apôtre rappelle les événements bibliques (création puis destruction de la terre par la Parole et par l’eau) qui préfigurent le même processus mais par le feu, pour la fin des temps. De même que le déluge par l’eau a été un jugement des impies et un renouvellement de la terre, de même la destruction de la terre par le feu au retour de Christ sera leur jugement définitif et la rénovation totale de la terre. La même Parole qui conserve le monde peut le laisser périr et le recréer.
Pierre insiste ici sur l’aspect de condamnation et de destruction du mal que comporte la venue en gloire de Christ, car il s’adresse aux moqueurs. A cause de leur doute et de leur déni, ils sont assimilés aux impies égarés (v 17) dont la destruction purifiera la terre et la rendra glorieuse et digne de sa destination primitive (v 13).

Le texteretour-jesus-cheval-manteau.jpg
1- Pierre explique la prolongation de l’attente en invitant le croyant à sortir de son point de vue humain limité à la durée de sa vie (au plus, 120 ans !) pour considérer le point de vue divin : Dieu Éternel est hors du temps humain et ne diffère la parousie que par patience et miséricorde (v 9,15). Il veut le salut de tous. Il permet donc à chacun de parvenir au salut par la repentance et le changement total de disposition et de comportement (v 9). Le texte ne dit pas que tous seront sauvés, mais que tous auront l’occasion de se déterminer par leur choix de vie, pour le salut offert par Dieu, c’est-à-dire pour la communion éternelle avec lui. L’économie terrestre disparaitra soudainement, d’une façon aussi inattendue que la venue d’un voleur (Luc 12.40 ; 1 The 5.2 ; Ap 16.15) et définitivement (v 10-11a,12b). Elle laissera la place à une nouvelle création de Dieu (v 13). La notion de délai, de temps retardé par miséricorde, et d’attente active est au cœur du passage.
2- Puisque tout ce qui n’est pas de Dieu disparaîtra et que seules subsisteront la justice et la vie nouvelle que nous communique Christ, combien notre attention et notre vigilance doivent se porter sur la pratique de ces qualités divines, dès à présent. L’attente du retour de Jésus n’est ni passive ni craintive. Elle permet le travail de sanctification par l’Esprit Saint en chaque croyant. La sanctification et la vigilance sont nécessaires dans l’attente de la réalisation de la promesse. Le croyant « hâte » ainsi le retour de Christ, car sa sanctification contribue à faire connaître aux autres la puissance, l’amour de Dieu et le salut en Christ, atteignant ainsi l’objectif de la patience de Dieu.
Les efforts de sainteté du croyant (v 14) consistent à croître dans la grâce : c’est-à- dire expérimenter l’amour gratuit de Christ, et non chercher son salut dans les œuvres. Pierre enfin recommande au croyant l’approfondissement de la connaissance du Seigneur et Sauveur (v 18), qui seul achèvera et rendra parfaite l’œuvre de sanctification qu’Il a commencée en lui (Ph 1.6 ; 1 Th 5.23-24).
3- V 15-18 : Le délai accordé par Dieu est à considérer comme un avantage car il laisse à chacun le temps et la liberté d’entrer dans son salut. Dieu n’est pas indifférent ou sadique, laissant souffrir la terre sans intervenir, ce que les événements peuvent nous faire croire. Seule sa patience miséricordieuse et démesurée (à notre échelle !) explique la durée de cette attente.
Il est intéressant de voir comment Pierre se réfère aux propos de Paul sur le sujet. Déjà à l’époque de l’Église apostolique, on voit que Paul était mal compris, trop intellectuel, trop savant, trop visionnaire pour toute une frange parmi les convertis de classe sociale populaire et peu instruits. L’interprétation de ses lettres demande encore beaucoup de rigueur pour ne pas en tordre le sens. Pierre assimile même les écrits de Paul aux autres Écritures ! En mal comprendre le sens comporte le risque de se laisser entraîner à l’incrédulité et à la faiblesse spirituelle.
Pierre insiste donc sur la vigilance du croyant, sans laquelle il ne peut remplir sa mission de témoin ni progresser dans la foi en la grâce ou dans la connaissance du Seigneur. Le programme de vie du chrétien est tout entier résumé dans la fin de cette lettre !

Questions pour une application dans la vie chrétienne

- Le retour de Christ est-il espéré ou craint par moi ? Pourquoi ?
- Le temps de l’attente du retour de Jésus m’apparaît-il trop long ou trop court ? Comment cette conception du temps affecte-t-elle ma vie quotidienne ?
- Les promesses de Dieu me sont-elles un réconfort et une assurance devant les événements mondiaux ou les circonstances de ma vie ?
- En quoi consiste la préparation au retour du Christ dans mon Église et dans ma vie ?
- Christ a-t-il déjà dissous en moi ce qui ne lui appartient pas, et créé une vie nouvelle de justice et d’amour ? Comment puis-je cette semaine m’ouvrir à cette œuvre de son Esprit en moi ?
- Quel but a ma sanctification : me mériter la vie éternelle ? me séparer des impies et éviter ainsi d’être détruit avec eux ? recréer en moi l’image de Dieu et me permettre par-là de témoigner de sa puissance et de son amour ?
- Comment approfondir ma connaissance de Dieu ? Comment croître dans sa grâce ?

Les commentaires sont fermés.