Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2016

Étude n°12 Les derniers jours de Jésus, Mat 26.21-30 (18 06 16)

Étude n°12 Les derniers jours de Jésus, Mat 26.21-30 (18 06 16)

« Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai de nouveau avec vous dans le royaume de mon Père » Mat 26.29

 Observons

Le contexte v 17-20 : A quelle date va se passer le dernier repas de Jésus ? Quel était le rite célébré ainsi ? Comment Jésus est-il considéré par ses disciples pour qu’ils l’interrogent sur le lieu de célébration ? Comment Jésus explique-t-il sa demande d’accueil ? Qu’est-ce que cela sous-entend dans la relation qu’il a avec cet hôte anonyme ?

 

Le texte (Baiser de Judas)baiser de judas.jpg

 V 21-26 : révélation de la trahison de Judas :

-       A quel moment Jésus révèle-t-il la trahison d’un des disciples ? voir Marc 14.18-21 ; Luc 22.21).  Pourquoi fait-il cette révélation publique ?

-       Quelle réaction ont ses disciples ? Comment Jésus leur désigne-t-il le traître ? Quelle est son intention ?

-       Comment Jésus envisage-t-il sa mort ? Dépend-elle de la trahison de Judas ? Comment considère-t-il cette trahison du point de vue de Judas ?  Pourquoi la non-existence de Judas eût-elle été préférable pour lui ?

-       Quel est l’état d’esprit de Judas lorsqu’il interroge Jésus ?  Que signifie la réplique de Jésus ?

 V 26 : partage du pain : Comment Jésus transforme-t-il le rite du partage du pain de la Pâque ? Quel est le nouveau sens du symbole ?

 V 27-28 : partage du vin : Qu’est-ce qui accompagne la coupe prise par Jésus ? Quel ordre donne-t-il à son sujet ? Quels sens en donne-t-il ? Qu’annonce-t-il par-là ?

 V 29-30 : achèvement du repas et sortie vers le Mont des oliviers : Quel sentiment exprime Jésus dans ses paroles du v 29 ? Quelle promesse consolante fait-il à ses disciples ? Comment se termine cet ultime  repas ?

 Comprenons

 Au cours du repas de sa dernière Pâque, Jésus révèle qu’il va être livré par Judas (v 20-25), non pour plonger dans l’horreur les disciples, mais pour réveiller la conscience de Judas et l’amener à se repentir si possible. On ne sait à quel moment du repas il fit cette révélation, avant (Mt et Mc) ou après (Luc 22.21) l’institution de la Cène. Matthieu dit que ce fut pendant qu’ils mangeaient (v 21), donc qu’ils célébraient la Pâque, sans préciser à quel moment Judas s’en alla. Jusqu’au bout Jésus offrit à Judas une chance de retour à lui, allant même jusqu’à lui laver les pieds comme aux autres disciples (Jean 13.10-11 ; 21-30). Même dans l’échange en aparté avec Judas, Jésus ne l’accuse pas, mais montre qu’il connaît le projet de Judas. Il ne lui fait pas porter la responsabilité de sa mort : elle fait partie du plan du salut conçu par le Père dès les origines (Act 2.23), annoncé par les prophètes et assumé volontairement par Jésus. Simplement, Jésus plaint le sort malheureux de Judas, qui a mésusé de la vie que Dieu lui a donnée, en suivant ses propres désirs de puissance terrestre, (il voulait forcer Jésus à se déclarer avec puissance comme le Messie libérateur des Romains qu’attendait Israël), sans comprendre ni saisir les appels d’amour de son Maître. Dans ses derniers mots à son disciple dévoyé, Jésus l’appelle encore « Ami ! » (Mat 26.50). Mais Judas reste sourd à ces signes d’affection, au point que lorsqu’il verra l’étendue des conséquences funestes de son acte, il ne s’en souviendra pas, et désespèrera du pardon de Jésus, préférant mettre fin à une vie qui n’avait plus aucun sens pour lui, comme Jésus l’avait prévu (Mat 26.24). Cette prévision n’est pas une malédiction lancée sur Judas, mais une plainte profonde de Jésus sur le sort que son disciple s’est choisi.

 V 26 : Le repas pascal juif comprend quatre moments principaux :Pâque juive.gif

1-    le père de famille rend grâce pour le vin et pour la fête, et fait circuler une première coupe.

2-    On apporte une table chargée des herbes amères trempées dans du vinaigre et de l’eau salée, des pains sans levain, de l’agneau rôti et de la sauce à base de figues et de dattes, appelée « charoset », de la couleur des briques fabriquées par les hébreux esclaves en Egypte. Après une formule de bénédiction, le père, puis les autres convives trempent les herbes amères dans la sauce et les mangent. Sur une question du fils aîné, le père donne la signification symbolique et commémorative de ces gestes, et on chante les Psaumes 113 et 114, en faisant circuler la seconde coupe.

3-    Après s’être lavé les mains, en signe de purification, le père prend deux pains, en rompt l’un et dispose ses morceaux sur l’autre, prononce une action de grâce ou bénédiction, enveloppe un morceau de pain avec des herbes amères et le trempe dans la sauce, puis le mange avec un morceau de l’agneau. Le repas se poursuit en mangeant l’agneau, dans une conversation libre, jusqu’à ce que le père mange le dernier morceau d’agneau. Il se lave à nouveau les mains et distribue la troisième coupe, appelée coupe de bénédiction.

4-    On chante ensuite les psaumes 115 à 118, tandis qu’une quatrième coupe circule, pour clore le repas.

Les mots « comme ils mangeaient » (v 21 et 26) désignent le troisième moment où après le rappel du sens de la Pâque, la conversation était libre. C’est pourquoi, Paul appellera la coupe de la cène, la coupe de bénédiction (1 Co 10.16).

Jésus, comme « père » de la famille de ses disciples, a déjà choisi le lieu du repas, sans doute avec un accord préalable de l’hôte qui le reçoit avec confiance et joie ; il  préside la cérémonie et prend le pain sans levain de la Pâque, dont il va faire le symbole de son corps (v 26), c’est-à-dire, selon la pensée hébraïque, de sa personne toute entière, sans péché. Il l’offre à tous en nourriture cene.jpgpour leur vie éternelle. De même que le pain pris et assimilé nourrit et permet la croissance physique, de même la présence de Jésus acceptée et intégrée à la vie du croyant  le nourrit et permet sa croissance spirituelle jusque dans l’éternité.

Jésus prononce la bénédiction ou action de grâce d’usage pour ce don du pain de vie. L’Église a conservé cette action de grâce, dont le nom grec a donné le mot « eucharistie » par lequel le catholicisme désigne la cène. La rupture et le partage du pain prirent, à partir du geste de Jésus, valeur symbolique de sa mort offerte pour la vie de tous ceux qui l’acceptent comme moyen de libération du péché et de salut éternel (Mt 20.28). Notre église a conservé ce geste symbolique du pain brisé, à la différence du catholicisme qui en donnant à chacun une hostie insécable (on ne peut la croquer), a ôté son sens au geste de Jésus.

En demandant de prendre et de manger son corps, alors qu’il est encore en vie, Jésus indiquait à ses disciples qu’il n’y avait pas de valeur magique dans le pain en soi. Mais pour que son sacrifice soit efficace spirituellement, le croyant devait se l’approprier intérieurement et personnellement par une foi vivante en lui, de façon à vivre intimement avec Christ (1 Co 10.16).

Par la coupe distribuée à tous, (et pas seulement au prêtre comme le catholicisme le pratique encore souvent), Jésus signifie que son sang (= sa vie) va être répandu pour le salut de tous. Christ veut demeurer « en nous », s’unir à nous, devenir source de la force et de la vie dont il désire animer tout homme. En expliquant (v 28) le symbole du vin de la coupe de bénédiction (son sacrifice sera en bénédiction pour ceux qui l’accepteront), Jésus reprend à son compte les paroles prophétiques de Moïse (Ex 24.8). Pour faire alliance avec l’homme pécheur, le Dieu saint, en Jésus, passe par une mort expiatoire qui efface le péché de l’homme ; ce qui permet au croyant d’être considéré comme juste par Dieu. Dieu, devenu homme en Jésus, a pris sur lui notre nature pécheresse et l’a fait mourir avec lui sur la croix ; puis en ressuscitant, il a donné au croyant la possibilité de vivre de sa vie divine.

En précisant que son sang est répandu pour plusieurs, ou beaucoup, Jésus ne limite pas son offre de salut à certains qui seraient prédestinés et choisis par lui, à l’exclusion des autres. Il indique seulement que si l’offre est faite à tous (v 27 et 1 Jn 2.2), elle ne pourra être efficace que pour ceux qui l’accepteront par la foi.

Après avoir donné le sens de l’institution de la cène, Jésus veut laisser à ses disciples attristés par la perspective de sa mort, une consolante promesse. Il élève leurs pensées au-delà du présent, vers l’avenir glorieux de sa résurrection et de l’établissement du royaume éternel de son Père. Là, les réalités spirituelles que présente la Cène, pardon, union avec Christ, amour et vie, atteindront leur perfection (désignée comme le vin nouveau bu avec Christ, v 29). La cène devient alors une annonce, un avant-goût de la communion intime de l’Eglise glorifiée avec son Sauveur divin. En instituant la Cène, Jésus nous a donné une sorte de parabole pour nous faire comprendre le sens spirituel de sa mort expiatoire. Il nous invite à dépasser la lettre, le visible et le sensible, et à tourner  notre entendement vers l’invisible, le spirituel et l’éternel.

Le chant des psaumes 115 à 118, appelés par les Juifs le « grand hallel » (louange) vient tout naturellement conclure cette promesse, et ce moment intime de commémoration, de communion et d’espérance. Jésus peut alors sortir et monter au Mont des Oliviers, à la rencontre de son destin !

Questions pour une application dans la vie chrétienne pain et vin cène.jpg

-          La cène partagée en église reste-t-elle pour moi un rite extérieur à moi, ou prend-elle un sens personnel dans ma vie avec Christ ?

-          Catholiques, protestants, orthodoxes, adventistes, pratiquent la cène à des rythmes différents (tous les dimanches, tous les quinze jours ou tous les mois, ou encore quatre fois par an) Essayez d’examiner les raisons possibles de chacun. (toutes les semaines = symbole de la nécessité impérative du pardon et de la communion de vie avec Christ. Tous les autres rythmes sont adoptés pour éviter la routine et la perte de sens du rite). Qu’en pensez-vous ?

-          Qu’est-ce qui peut empêcher ma participation à la cène, si je crois au pardon que Christ m’accorde en offrant sa vie pour moi ? D’après l’exemple de Judas qui a participé à ce repas, en quoi consiste « l’indignité » dont parle Paul en 1 Co 11.26-29 ? (voir le v 29).

08:00 Publié dans Matthieu | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Jésus prononce la bénédiction ou action de grâce d’usage pour ce don du pain de vie. L’Église a conservé cette action de grâce, dont le nom grec a donné le mot « eucharistie »:
Le grec dit "eucharistie dans la 2ème prière sur la coupe, pas la 1ère, sur le pain: cela donne manifestement plus d'importance au vin qu'au pain: le corps rompu pour les disciples et le jus de la vigne comme , littéralement, " faisant grâce, donc paraboliquement le sang du Christ fait grâce aux humains qui le reconnaissent etc...C'est ça qui est beau dans l'original, les mots choisis, par Matthieu en l'occurrence, et dans nos diverses traductions, les écarts avec le signifiant et le signifié par conséquent.
Toutefois un grand merci pour le travail accompli de semaine en semaine.
Bon sabbat à vous.

Notre réponse,
Avec un peu de retard , déplacement oblige, nous vous remercions pour ces précisions exégétiques. La Bible reste une mine de découvertes toujours plus profondes pour qui veut bien s'y pencher !
Bon sabbat à vous deux.

Écrit par : André Boureau | 17/06/2016

Les commentaires sont fermés.