UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2022

Étude n°12 Joseph prince d’Égypte Genèse 41.37- 52 (18 06 22)

Étude n°12 Joseph prince d’Égypte Genèse 41.37- 52 (18 06 22)

"Le Pharaon dit à Joseph : Voici je te donne autorité sur tout le pays d’Égypte" 41.41Joseph vice pharaon.jpg

Observons

 Le contexte  (1-36) :

Quels rêves de Pharaon vont permettre de dénouer la situation de Joseph ? Qui intervient en sa faveur ? Comment Joseph rend-il témoignage à Dieu devant Pharaon, v 16,25,28 ? Quelle loi biblique énonce-t-il pour comprendre une prophétie, v32 ? Quels conseils donne Joseph au Pharaon ? Pensait-il à lui personnellement ?

 

Le texte (37-52) :

Que reconnaît Pharaon, v 38-39 ? Quelle fonction accorde-t-il à Joseph, v 40-41 ? Quels en sont les signes distinctifs devant le peuple, v 42-44 ? Qu’accepta Joseph, v 45 ? Quel nom lui est donné par Pharaon ? Quel sens a-t-il, pour son époque, et qui prophétise-t-il ?

Comment remplit-il sa fonction pendant les années d’abondance, v 46-49 ?

Que prouvent les noms donnés par Joseph à ses fils, v 50-52 ? Quelles répétitions rendent l’atmosphère de plus en plus tragique, v 53-57 ? Comment Joseph agit-il ? Que pourrait-on lui reprocher à la lumière de la parole d’Esaïe 55.1 ?

 

Comprenons

Le contexte : Deux autres rêves sont donnés à Pharaon par Dieu.

Ils vont permettre au Pharaon :Joseph vaches maigres et grasses.jpg

-    de connaître le sort qui attend son pays

-    de connaître l’existence et la puis­sance de Dieu à travers le témoignage de Joseph, appelé par l’échanson (enfin!) pour interpréter le rêve après l’échec des sages égyptiens.

- de reconnaître l’intelligence et la pertinence des solutions proposées par l’envoyé de Dieu (v 38-39).

- d’expérimenter à son profit et à celui de l’Égypte les qualités de gestionnaire de Joseph.

Ces rêves vont permettre aussi à Joseph

- de témoigner de Dieu auprès de Pharaon (v 16), Joseph devant Pharaon.jpg

- de manifester l’intelligence et la sa­gesse que Dieu lui a données pendant ces 13 ans d’épreuves (v 33-36, 39, 46),

- d’être libéré de prison et établi premier ministre avec tous les honneurs dus à une personna­lité de premier plan (v 42-45)

- de fonder une famille en Égypte, sans oublier son Dieu comme en témoignent les noms de ses fils (v 45, 50-52).

Le texte :

Une telle position, de tels pouvoirs de premier ministre pouvaient griser le jeune homme et lui tourner la tête ! Il dut même épouser une Égyptienne, fille d’un prêtre idolâtre du dieu-soleil, Râ (v 45), et porter le nom égyptien de Sauveur du monde ou soutien de vie. Ce nom égyptien est véritablement prophétique puisque Joseph va sauver de la famine et de la mort, non seulement l’Égypte, mais encore toute la tribu familiale, devenant là aussi le « type » du vrai « Sauveur du monde », Christ.

Au milieu de ces honneurs, il aurait pu com­plètement oublier Dieu !

Pourtant le texte nous le montre fidèle à sa conduite de croyant, accomplissant consciencieusement sa tâche de gouverneur avisé et intègre (v 48-49, 56-57). Il sait reconnaître en Dieu son bienfaiteur et son consolateur lorsqu’il nomme ses deux enfants Manassé = Dieu m’a fait oublier mes souffrances, et Ephraïm = Dieu m’a accordé une double postérité.

Sa gestion du pays se fait avec sagesse, mais n’échappe pas à la recherche du profit : les réserves de blé ne sont pas distribuées gratuitement, dans un geste humanitaire pour soutenir la vie du peuple, elles sont vendues au profit de Pharaon (v 56-57) ! « La charité bien comprise commence par soi-même » dit le proverbe populaire !  La gratuité de l’amour de Dieu prophétisée plus tard par Esaïe (55.1) n’était pas encore comprise.

 

Ainsi, Joseph traversa-t-il toutes les circons­tances, les yeux fixés sur le Seigneur : le nom de Dieu est mentionné 7 fois dans les ch 39 et 40 pendant l’esclavage et l’emprisonne­ment, et encore 7 fois au ch 41, près de Pharaon.

Joseph n’a cessé d’entretenir une relation intime avec Dieu, cela lui a permis de sup­porter patiemment travaux et déceptions, d’apprendre à obéir pour mieux comman­der ensuite, de ne pas nourrir de sentiments négatifs de vengeance et de rancune, et de ne pas s’enfler d’orgueil dans la prospé­rité. En tout, il a compté sur Dieu,

Joseph, le chéri de son père, est devenu esclave, puis a été au sommet de la gloire et de la puissance. En cela il est un « type », une préfiguration du Christ, chéri de Dieu, abaissé à l’extrême parmi les hommes jus­qu’à la mort sur une croix, puis glorifié par sa résurrection et son ascension à la droite de Dieu (Philippiens 2,6-11). 

La vie de tout croyant jeune ou plus âgé, n’est pas à l’abri des coups durs et des tentations. L’exemple de Joseph nous encourage à persévérer dans la confiance en Dieu et la soumission à sa volonté en toutes circonstances. 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Quels sont mes sentiments et mes attitudes dans les moments de l’épreuve ? En qui ai-je confiance pour changer de situation ?
  • A qui est-ce que j’attribue mes capacités intellectuelles ou professionnelles : à Dieu, à mon hérédité, à mon éducation, à mon travail personnel ?
  • Dieu est-il au centre de mes relations familiales ou sociales ?
  • Comment mettre au service de l’église, mais aussi de ma commune, de mon pays, de ma famille les dons que j’ai reçus pour le bien de tous ?
  • Suis-je conscient de « l’intérêt » que j’espère retirer de mes actes généreux envers les moins favorisés que moi, ou même envers Dieu ? Comment purifier mes motivations profondes ?

 

Écrire un commentaire