UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2021

Etude n°1 Préambule au Deutéronome : Moïse le libérateur, Actes 7.20-37 (02 10 21)

Etude n°1 Préambule au Deutéronome : Moïse le libérateur, Actes 7.20-37 (02 10 21)

« Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu car Dieu est amour. Voici comment l’amour de Dieu a été manifesté envers nous, Dieu a envoyé son fils unique dans le monde afin que nous vivions par lui. » 1 Jean 4.8-9

Observons

Le contexte :

  • Qui prononce ce discours, devant qui ? A quelle occasion ?(Ac 6.15-7.1)
  • Dans quelle situation du peuple hébreu apparaît Moïse (v 19) ?

Le texte Moïse au buisson ardent Berna.jpg(Illustration : Evangile et Peinture, Moïse et le buisson ardent)

  • v 20 : Quelle qualité de Moïse est relevée ? Quel sens lui donner ?
  • v 20-22 : Quelle double influence s’exerça sur Moïse ?
  • v 23-29 : De quels traits de caractère fait preuve Moïse au tournant de sa vie ?
  • v 30 : Comment comprendre la durée de sa retraite en Madian ? Où et comment apparaît Dieu ? Quels symboles peut-on y voir ?
  • v 31-32 : Comment se présente Dieu ? Comment réagit Moïse au premier abord ?
  • v 33 : Quel sens symbolique a cet ordre de Dieu ?
  • v 34 : Comment s’exprime la compassion de Dieu ?
  • v 35 : Quelle mission confie-t-il à Moïse ?
  • v 36 : Comment Moïse la remplit-il ?
  • v 37 : Quelle conclusion Etienne donne-t-il à ce récit ? A quoi nous invite-t-elle pour comprendre le livre du Deutéronome ?

Comprenons

Le contexte : Etienne élu diacre de l’Eglise de Jérusalem pour sa foi et la plénitude de l’Esprit qui l’habitait (ch 6.5), opérait de tels miracles parmi le peuple (6.8) et manifestait une telle sagesse spirituelle, qu’il excita la jalousie et la peur des Juifs de la Diaspora (dispersion des Juifs dans le bassin méditerranéen) présents à Jérusalem. Ils réussirent sous faux témoignages à le faire arrêter et à le présenter au sanhédrin, tribunal religieux de Jérusalem (6.15).Poussé par l’Esprit, Etienne entreprit de rappeler à ses juges l’action bienfaisante de Dieu auprès des patriarches puis auprès de son peuple par l’intermédiaire de Moïse.

Le texte : Etienne retrace l’histoire de Moïse suscité par Dieu pour libérer son peuple de l’esclavage en Egypte. Opprimé par Pharaon qui avait ordonné de tuer tous les nouveau-nés mâles pour réduire sa prolifération, le peuple soupirait après la réalisation de la promesse de retour en Terre promise que Joseph lui avait faite à sa mort (Exode 50.24-25). Dès sa naissance, d’après Etienne, Moïse paraît « beau aux yeux de l’Eternel». Outre la beauté physique du bébé choyé par sa mère, Dieu voyait ce qu’il deviendrait à son service. Dieu l’avait protégé des ordres de Pharaon et allait le douer de toutes les qualités nécessaires pour l’œuvre qu’il lui demanderait d’accomplir. Elevé dans une double culture, celle des Hébreux pour apprendre à connaître Dieu, et celle des Egyptiens pour apprendre les rouages du pouvoir et la science des savants qu’il devrait affronter, Moïse .apprenait à s’adresser aux puissants comme aux humbles (v 22).A l’occasion de sa visite à son peuple esclave, il manifeste sa compassion, son désir de rétablir la justice pour un frère battu, et la paix entre ses frères. Malheureusement sa position dominante et sa violence furent un obstacle à la compréhension de son acte et provoquèrent son rejet par son peuple. Moïse préféra s’éloigner plutôt que de s’imposer. Ses 40 ans de retraite en Madian lui permirent à la fois de s’interroger sur sa mission, et de se former comme conducteur de troupeaux à mener un peuple rebelle à travers le désert.

Au moment où il ne s’y attendait peut-être plus, Dieu descend le visiter, mouvement qui préfigurait celui de l’incarnation en Jésus bien des siècles plus tard. Tout contribue à lui faire comprendre que Dieu est là : apparition d’un ange, lumière, buisson en feu qui ne se consume pas, voix divine qui lui ordonne de se déchausser en signe de respect du lieu saint, lui révèlent la présence de Dieu qui par son Esprit vient éclairer et purifier l’homme pécheur (= buisson d’épines) et la terre où il descend parmi les hommes.  Moïse ne comprend pas et tremble devant ce DieMoise se dechausse2.jpgu qui se nomme comme le Dieu de ses pères, ce qui fait appel à l'enseignement que Moïse a reçu dans sa famille hébreu, pour identifier ce Dieu qui lui parle et le distinguer des divinités muettes des Egyptiens. Se souvenant de son meurtre et de sa fuite, Moïse se sent coupable devant Dieu et craint son jugement. Mais l’ordre d’ôter ses chaussures peut signifier que devant Dieu, il est inutile de garder ses protections qui séparent physiquement de la terre d’où il a été tiré. Il est inutile de même spirituellement de cacher sa culpabilité comme Adam avec ses feuilles de figuier. La présence de Dieu qui descend parmi nous pécheurs, efface nos pauvres moyens de nous protéger du jugement du Créateur et purifie nos cœurs, symboles prophétiques de la venue et de l’action de Jésus parmi les hommes. Dieu exprime sa compassion envers le peuple opprimé en parlant comme un homme : il a vu, il a entendu, il est descendu pour délivrer : il est un Dieu vivant, qui écoute les hommes, n’est pas indifférent à leur malheur et désire les libérer, c’est le Dieu de Jésus-Christ, représenté, selon Etienne, par cet ange apparu dans le buisson. Il envoie Moïse pour cette mission de libération et le dote de sa puissance miraculeuse, comme il enverra Jésus avec puissance  pour libérer les hommes de leur péché. Par sa conclusion, Etienne invite ses juges et nous-mêmes à voir dans la figure de Moïse un « type », une préfiguration du « prophète qui devait venir », le Messie Jésus né dans son peuple et accomplissant sa libération des péchés. Nous pourrons tout ce trimestre déceler dans le Deutéronome tous les signes prophétiques messianiques que l’Eternel Dieu a donnés à son peuple pour le préparer à  recevoir  compassion et délivrance des péchés par le Messie Jésus.

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Comment lisons-nous les récits du Pentateuque (= la Thora = les 5 premiers livres de la Bible) : Comme des histoires du passé qui nous instruisent sur les mœurs de l’époque et sur les origines du peuple de Dieu ? Comme des paraboles du plan du salut conçu par Dieu ? Comme des enseignements pour nous aujourd’hui au-delà des différences culturelles ? Comme des préfigurations de l’œuvre terrestre et spirituelle de Jésus-Christ ?
  • Quelles vérités tirées du récit d’Etienne devant ses juges  pouvons-nous actualiser pour témoigner de notre foi devant nos contemporains ?
  • Comment la réalisation des prophéties vétérotestamentaires influe-t-elle sur notre foi ?

Écrire un commentaire