UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2019

Etude n°9 Repeuplement de Jérusalem, Néhémie 7 et 11-12.26 (30 11 19)

Étude n°9 Repeuplement de  Jérusalem, Néhémie 7 et 11-12.26 (30 11 19)

« Quand tu serais banni à l’extrémité du ciel, l’Éternel ton Dieu te rassemblera de là, et c’est de là qu’il te prendra. L’Éternel ton Dieu, te fera revenir dans le pays que possédaient tes pères, et tu en prendras possession ; il te fera du bien et te rendra plus nombreux que tes pères. » Deutéronome 30.4-5eglise en marche.jpg

Observons

Ch 7.1-5 : A quel moment se situe ce chapitre ? Qui en est l’auteur ?

V 6-72 : Par quoi se termine le chapitre ?

Ch 11.1-2 : En parallèle avec le ch 7, Comment fut repeuplée Jérusalem ? Pourquoi fallut-il recourir à un tirage au sort ?

Qui sont concernés par la liste des noms qui terminent le chapitre ?

Ch 12.1-26 : Que contient cette nouvelle liste ?

Comprenons

Les chapitres 7 et 11 sont à joindre, car ils sont construits en parallèle, et avec le début du chapitre 12 dressent les listes des noms des exilés revenus à Jérusalem durant les trois grands retours de Babylone : avec  Zorobabel, Esdras, puis Néhémie.

Les brèches de la muraille de Jérusalem ayant été rapidement colmatées (6.15), et les battants des portes fixées, Néhémie en tant que gouverneur civil, s’inquiète d’établir dans leurs fonctions les gardiens des portes et les employés du temple, pour garantir la sécurité de la ville sainte et les rites religieux, qui fondent l’identité du peuple. Tous les habitants de Jérusalem se voient investis d’une responsabilité « chacun à son poste, et chacun devant sa maison ». Mais la ville n’étant que très peu peuplée, sous l’impulsion de l’Esprit (7.5) Néhémie fait le recensement des exilés revenus de Babylone, éliminant du sacerdoce, ceux qui ne pouvaient prouver par leur généalogie leur droit à l’exercer (7.63-64). Chacun avait retrouvé sa ville d’origine et les terres qui avaient appartenu à sa famille. Mais Jérusalem était restée vide et les propriétaires terriens rechignaient à venir s’y installer car la ville n’était qu’une misérable bourgade qui ne pouvait subvenir à leurs besoins. En tirant au sort un dixième des chefs de famille, en leur accordant la bénédiction du peuple, et en les épaulant par la présence des sacrificateurs, des chantres et des Lévites du temple, Néhémie faisait appel à leur foi dans les promesses de Dieu pour considérer Jérusalem comme la « ville sainte »(11.1), où Dieu avait voulu que résident son nom et son sanctuaire.

Les listes des exilés puis des serviteurs du temple mêlent plusieurs époques depuis le sacrificateur Josué sous Zorobabel (536 av JC) jusqu’à Jaddua sous Alexandre le Grand (-331), dernier sacrificateur nommé dans l’Ancien Testament. Ces listes montrent l’importance pour ce peuple sans roi et sans nation, de retrouver ses sources et des chefs religieux qui après le retour d’exil deviennent les dirigeants des Juifs. D’où la sévérité de Néhémie à leur égard (7.64-65). Ils devaient être exemplaires, sans contestation possible, pour garder le peuple dans une fidélité rigoureuse. La grande crainte était de retomber dans le péché d’idolâtrie, qui avait provoqué l’exil de leurs pères !

On peut donner à ces textes un sens symbolique : aujourd’hui comme alors, le confort rend difficile l’adhésion à Christ et l’entrée dans les « murailles du salut » de la Jérusalem spirituelle que représente l’Église. On préfère être chrétien individuellement, vivre sa foi dans son coin, sans communauté, car cela implique des devoirs, des responsabilités, des contraintes, et l’abandon d’une part de sa liberté individuelle. Nous sommes toujours placés devant le même choix : qui servir : mon « moi », ou Dieu ?

Christ est la muraille (Za 2.9) et le temple (AP 21.22) de la nouvelle Jérusalem où il appelle son peuple à entrer, en retrouvant ses sources dans la Parole de Dieu.

Questions pour une application dans la vie chrétienne

  • Quelle est ma place dans ma communauté ? Coopération avec les dirigeants, critique contestataire des responsables, simple spectateur, engagement au service des autres ?...
  • Comment contribuer à la « réparation des brèches » (Esaïe 58.12) de la muraille de mon église ? en s’ancrant dans les traditions qualifiées d’immuables, en œuvrant chacun « devant sa maison » au témoignage de la foi pour attirer d’autres à Christ, en étayant ma foi par l’étude et le partage de la Parole ? En témoignant autour de moi par un style de vie chrétien ?

08:00 Publié dans Néhémie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour et merci pour votre édifiante étude et pour vos questions pertinentes qui m'interpellent
que Notre DIEU continue à vous bénir
reconnaissance fraternelle
A.Marie

Merci de votre commentaire. Il est toujours agréable de recevoir un retour à nos notes ! Que Dieu vous bénisse chère soeur et vous accorde son Esprit en abondance ! Dans ce temps de l'Avent bien troublé, nous ne pouvons que souhaiter Maranatha ! Viens Seigneur Jésus !

Écrit par : MENVIELLE Anne marie | 24/11/2019

Écrire un commentaire