UA-111710466-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2018

Étude n°7 Apparition de conflits 1 Co 3.1-23 (17 11 18)

Étude n°7 Apparition de conflits 1 Co 3.1-23 (17 11 18)

 

« Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n’y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni libre, ni homme ni femme, car vous tous vous êtes un en Christ » Gal 3.27-28.

 

Observons

Le contexte historique : Qui sont les personnages, et où sont-ils ?église=pierres-vivantes.jpg

Apollos est un Juif d’Alexandrie, enseigné par Priscille et Aquilas à Ephèse, et devenu le successeur de Paul à Corinthe (Ac 18.24-28). Il se trouve à Ephèse au moment où Paul écrit aux Corinthiens, et doit avoir donné à l’apôtre, un aperçu de la situation dans cette église où se sont créés des clans attachés à l’un ou l’autre des prédicateurs. Apollos refuse d’ailleurs de retourner à Corinthe malgré l’invitation pressante de Paul (1 Co 16.12). Pierre lui-même semble bien connu des Corinthiens (9.5).

Le contexte textuel : Quelle est la situation à Corinthe au moment où Paul écrit (ch 1 et 2) ?

-disputes et partis (1.12)                                                                                      

-séduction de la sagesse païenne (1.19 à 2.10)

-méconnaissance des fondements de la foi (1.23-24 ; 2.2,5,10-16)

-orgueil naturel (1.29-31)

Paul a insisté sur l’impossibilité humaine de comprendre les choses spirituelles de Dieu, que seul le Saint-Esprit révèle (2.9-16).

Le chapitre 3 est la conclusion de tout un raisonnement développé dans les chapitres précédents.

Le texte : 3.1-23

V 1-2 : Quel jugement Paul porte-t-il sur l’état spirituel des Corinthiens ? Quelle image emploie-t-il ?  Quelle opposition fait-il ?

3-5a : Quelle preuve donne-t-il de cet état ? Quel esprit anime les Corinthiens ?

5b-9 : Par quelle image réfute-t-il l’état d’esprit des Corinthiens ?

10-17 : Quelle autre image emploie Paul pour mettre en garde les Corinthiens ? Quel est le fondement de l’Église (11)? Que signifient les mots : le Jour, le feu ? Quel avertissement lance Paul ( v12-15) ? Comment conclut-il son image (16-17)? Quelle contradiction peut-on voir entre ces deux derniers versets et le début de son développement (1-2)?

                                              

Comprenons

Le thème de la construction de l’Église, dans la première partie du chapitre 3, se développe selon le schéma du chiasme (parallélisme concentrique) pour mettre en valeur l’idée centrale:

1-5      Les Corinthiens sont encore charnels, leurs disputes le prouvent            

6-10    Rôle des serviteurs de Christ : ouvriers de l’édifice de Dieu

11       Fondement de la construction : Christconstruction mur au MA.jpg

12-15  Responsabilité personnelle des ouvriers

16-17  Sainteté du temple de Dieu formé par chacun et par tous dans l’Église, car il est la demeure de l’Esprit.    

Historiquement

Corinthe est une ville grecque cosmopolite. Son Église est composée d’une majorité de petites gens, d’une minorité de riches et de gens cultivés. Elle est très influencée par les modèles religieux et philosophiques païens : autour d’un maître à penser se formaient des « écoles » rivales de disciples. Les chrétiens sont tentés de penser leur foi de la même manière et s’attachent au prédicateur qui leur a apporté l’Évangile, considéré lui-même comme une philosophie nouvelle.

Paul craint que la foi ne devienne qu’une sagesse philosophique humaine dont les conséquences sont l’esprit de parti, la division et la superficialité (3.2). Il rappelle donc les fondements de la foi : ce ne sont pas des idées défendues par des maîtres, mais une personne, Jésus-Christ crucifié (2.2 ; 3.11), révélé par le Saint-Esprit (2.10,12).

L’unité de l’Église de Corinthe ne peut se faire que sur cette base, grâce à l’engagement de chacun comme ouvrier affecté à une tâche précise selon ses dons et les besoins, pour l’édification  de L’Église (3.5-8).

Spirituellement

Plusieurs idées-forces ressortent de cette argumentation utilisant la métaphore de la construction:

- l’Église est un édifice construit sur un seul fondement solide : le Christ (pierre angulaire Eph 2.20)

- chaque membre est un ouvrier dans cette œuvre de Dieu, sans hiérarchie, mais avec une tâche définie pour chacun.

- chacun est responsable devant Dieu de sa participation à la construction dont la valeur sera éprouvée dans l’épreuve et au jour du Jugement révélateur de toutes choses.

- être fondé sur Christ permet à chacun et à l’Église d’être le temple du Saint-Esprit, d’être sanctifié par Lui (16-17), libre de toute domination humaine, physiquement et spirituellement (21-23).

- l’orgueil et les disputes révèlent l’état « charnel » de l’Église (2-3) : elle est comme un petit enfant qui se laisse dominer par ses passions, ses sentiments ou ses besoins, et que l’Esprit Saint n’a pas encore transformée.

Le jugement sévère de Paul sur cet état d’esprit dans l’Église de Corinthe est tempéré par le rappel que chacun des membres est « saint », mis à part par Christ pour le service de Dieu. L’Église imparfaite reste quand même le lieu où Dieu peut être adoré et servi, le lieu où l’Évangile peut être annoncé et vécu concrètement.

D’après ce texte, la demeure du Saint-Esprit est la communauté des fidèles fondés sur Jésus-Christ, ainsi que le cœur de chacun individuellement. Il est nécessaire que le Saint-Esprit emplisse le cœur de chacun, pour se manifester dans l’assemblée par l’union des cœurs et des objectifs, par la liberté vis-à-vis des influences et des enseignements humains extérieurs à Jésus-Christ et à la Parole de Dieu, par le discernement de ce qui construit l’unité et la solidité de l’Église pour la seule gloire de Dieu (21-22).

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

- D’après ce texte quel est mon état devant Dieu, charnel, spirituel ?

- Quel est ma place et quel est mon rôle dans l’édification de mon Église ?

- Sur quoi ma foi et celle de ma communauté sont-elles fondées : les écrits de Mme White ? Les paroles de celui qui m’a enseigné et baptisé ? Les Écritures prises à la lettre ? La Parole de Dieu éclairée par l’Esprit ? Mes émotions ou mes pensées personnelles, que je juge inspirées par l’Esprit ?

- Que signifie pour ma vie et celle de mon Église d’avoir pour fondement de foi et de vie Jésus-Christ crucifié et ressuscité ?

 - Comment désamorcer les conflits qui apparaissent dans l’Église ? voir Mat 18.15-22.

Écrire un commentaire