Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2016

Étude n°1 L’Esprit et la Parole, 1 Cor 2.1-16 (07 01 17)

Étude n°1 L’Esprit et la Parole, 1 Cor 2.1-16 (07 01 17)
« Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, convaincre, redresser, éduquer dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit adapté et préparé pour toute œuvre bonne. » 2 Tim 3.16


Observons 1 Cor 2colombe de l'Esprit de paix.jpg
1-5 : - Quel est le sujet de la prédication de Paul (v 2) ?
- Comment Paul prêchait-il ? Qu’est-ce qui provoquait en lui faiblesse, crainte et tremblement ? (v 3-4) ?
- A quoi oppose-t-il sa prédication ? ( v 5)
- Quelle est la démonstration d’Esprit et de puissance dont parle Paul : des dons spirituels spécifiques (voir ch 12-13), l’action transformatrice de la Parole dans le cœur et la vie du croyant (voir 2 Tim 3.16) ?
6-9 : - Quelles sont les caractéristiques de la sagesse de Dieu ?
- Que représentent les « parfaits » ? (voir Eph 4.13 ; Phi 3.15)
- Quel est le sort final des « ignorants » ? (v 6b)
- En quoi consiste le mystère de la sagesse de Dieu ? Pourquoi ce mystère est-il resté caché, et se révèle-t-il maintenant ? (v 9)
10-13 : - A quoi est comparé (v 10-11) puis opposé (v 12) l’Esprit de Dieu ? Que permet-il à l’homme ?
- « En expliquant » peut être traduit aussi par « en adaptant » ou « en appropriant ». Quel sens prend la phrase avec cette traduction ? Quel encouragement est-ce pour le croyant ?
14-16 : - Qu’est-ce qui s’opposent dans ces deux versets ? Quel sens donner au verbe « juger » (v 14-15) ?
- Dans quelle catégorie se place le croyant ? Pourquoi ?                                                                 Que signifie avoir « la pensée de Christ » ?

Comprenons
Dans le premier chapitre de sa lettre aux Corinthiens, Paul a remercié le Seigneur pour la grâce accordée aux Corinthiens de connaître Jésus-Christ. Il défend aussi son apostolat qui ne le met pas au-dessus des autres apôtres. La Parole qu’il enseigne : « Jésus-Christ crucifié »n’est qu’une folie aux yeux des sages de ce monde, et un scandale pour les Juifs, mais aux yeux de Dieu et des croyants, c’est une grande sagesse qui confond celle des hommes. Au chapitre 2, Paul poursuit sa comparaison entre sagesse humaine et sagesse divine.bible avec loupe.jpg
La sagesse humaine repose sur des pensées humaines exprimées avec éloquence pour persuader les esprits. Elle ne touche pas les cœurs et elle remplit les orateurs d’orgueil. La sagesse divine s’incarne en Jésus-Christ crucifié et provoque chez le prédicateur un sentiment de faiblesse, d’humilité et de profond respect (crainte et tremblement) devant la grandeur insondable de son amour (Eph 3.18-19), à l’opposé de l’orgueilleuse suffisance de la sagesse humaine.
La foi du croyant repose alors sur la manifestation de la puissance de Dieu en Jésus-Christ ressuscité, qui par son Esprit touche et transforme le cœur et la vie du croyant. Paul dans et par sa prédication de l’Évangile a fait (et a été) la démonstration vivante et visible de la puissance transformatrice de l’Esprit.
Il a prêché la sagesse divine, c’est-à-dire Jésus-Christ crucifié et ressuscité pour le salut des hommes, parmi les « parfaits », les hommes-faits, d’une maturité spirituelle apte à saisir les vérités divines cachées jusque-là aux hommes « naturels »(v 14). Ces vérités n’ont pu être comprises par des hommes incapables de voir l’invisible derrière les choses visibles, car seul l’Esprit les révèle à ceux qui les recherchent, dans la Parole de Dieu.
Le verset 7 est d’un grand réconfort pour le croyant : Dieu, avant même l’apparition du mal et la chute de l’homme, avait tout prévu pour le salut de l’homme en Jésus-Christ, pour le faire participer à sa gloire éternelle ! Ce mystère a été méconnu par les grands de ce monde qui ont préféré la gloire terrestre, mais il a été révélé par l’Esprit à tous ceux qui aiment Dieu et l’ont reconnu en son Fils Jésus.
L’Esprit de Dieu sonde les profondeurs du cœur de Dieu comme l’esprit humain peut sonder les profondeurs de son être intérieur (= âme). L’Esprit est donc le seul à connaître parfaitement et intimement le Seigneur, il est aussi le seul à pouvoir communiquer cette connaissance à l’esprit de l’homme qui lui est ouvert (v 11-12). Il lui enseigne sa grâce et les vérités divines de l’Évangile, en les rendant perceptibles, accessibles et appropriées au discernement ou jugement des hommes  « spirituels », soumis à l’Esprit. Cela sous-entend tout un travail caché de l’Esprit dans le cœur et l’intelligence pour les rendre capables peu à peu de comprendre ces vérités et d’en vivre (2 Cor 3.18 ; Eph 3.18-19 ; 4.12-13). L’homme soumis à l’Esprit peut alors discerner grâce à la Parole de Dieu entre vérité divine révélée et parole humaine plus ou moins erronée ou même mensongère, car issue d’une sagesse terrestre, purement intellectuelle et faillible. Personne ne peut prétendre imposer à l’homme spirituel une autre vérité personnelle, car qui d’autre que l’Esprit connaît la pensée de Dieu ?
Avoir la « pensée de Dieu ou de Christ », la compréhension de qui Il est, et de ce qu’Il veut, est le privilège de celui qui aime Dieu et cherche dans sa Parole à toujours mieux le connaître, en se laissant remplir par l’Esprit.

Questions pour une application dans la vie chrétienne
- Sur quoi se fonde ma foi ?


- Que signifie pour Paul et pour aujourd’hui la prédication de Christ crucifié ?


- Comment puis-je manifester que l’Esprit de Dieu habite en moi ?


- Quelles vérités spirituelles l’Esprit m’a-t-il permis de saisir dans sa Parole depuis mon baptême? Qu’est-ce qui me reste obscur ?

- Comment puis-je augmenter mon discernement spirituel sans m’enorgueillir ?

Les commentaires sont fermés.