Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2016

Etude n°1 : Restauration de toutes choses Gen 1.26-28 (02 07 16)

 

Etude n°1 : Restauration de toutes choses Gen 1.26-28 (02 07 16)

« Dieu créa l’homme à son image : il le créa à l’image de Dieu, homme et femme il les créa » Gen 1.27

(Mosaïque de Montcréation homme mosaïque.jpgreale, Sicile, Création de l’homme)

 

Observons

Le contexte : au cinquième jour de la création, Dieu crée les êtres vivants de la terre, chacun selon son espèce et constate que cela est bon.

Le texte comprend trois versets, construits en parallèles concentriques (= chiasme) :

V 26 : Décision de créer l’homme à son image pour dominer la création

V 27 : création de la créature humaine à l’image de Dieu

V 28 : bénédiction de Dieu et ordre de mission pour l’homme : dominer la terre.

 

- Relever les répétitions. Sur quoi insistent-elles ?

- Comment Dieu parle-t-il de lui-même ? En quoi l’Humain lui ressemble-t-il ?

Quelle différence peut-on faire entre « image» et « ressemblance » ?

- En quoi l’ordre de mission donné à l’homme ressemble-t-il et diffère-t-il de celui donné aux animaux v 22 ? Qu’en conclure sur la nature et le rôle de l’homme ?

- Comparer l’ordre de dominer la terre, avec le verset à retenir 2.15 : cultiver et garder le jardin. Y a-t-il contradiction ou explication ?

 

Comprenons

Le récit de la création n’a pas pour but de renseigner scientifiquement mais d’enseigner à l’homme ses origines et sa mission sur terre. Il nous rapporte que Dieu a conçu tout ce qui est nécessaire à la vie sur terre, et qu’il a confié la gestion de cette création à un être créé à son image.

L’humain est le fruit d’une décision spéciale d’un Dieu créateur, unique mais aussi paradoxalement «  pluriel »: Il énonce son intention au pluriel « Faisons l’humain à notre ressemblance ». On peut voir dans ce pluriel, confirmé par la forme au pluriel du mot hébreu « Elohim » traduit par « Dieu », la première suggestion du Dieu trinitaire, que l’Evangile révèlera comme Père, Fils et Saint-Esprit. On peut deviner la présence de ces trois manifestations d’Elohim dans ce chapitre 1 de la Genèse : il y a Dieu le Créateur, qui conçoit et organise son œuvre, Dieu qui par la Parole (Jn 1.1-3 = le Fils) donne existence à ses projets, et Dieu l’Esprit qui « plane au-dessus des eaux », qui donne la vie et protège la création. C’est dire l’importance de la création de l’humain, aux yeux d’un Dieu qui s’engage tout entier pour mettre au monde le chef-d’œuvre de sa création, un être qui va lui ressembler, et porter son image au milieu des autres créatures animales et végétales.

Enfin par ce récit de la Création, la Bible nous enseigne que l’homme est une créature spécialement conçue par Dieu.

Les animaux créés à la Parole de Dieu émanent de leur milieu de vie. L’homme, lui aussi créé par la Parole de Dieu, est le seul « à l’image de Dieu ». Une image est une reproduction visuelle d’un objet ou d’une personne, une représentation d’un sujet quelconque pour le rendre plus sensible, plus facile à percevoir. Le Dieu invisible se rend perceptible au travers de la créature humaine « à sa ressemblance ». L’image n’est pas forcément copie conforme du modèle, la ressemblance permet de rétablir ce rapport de conformité, de reconnaître le modèle à travers l’image. L’homme devient la seule créature qui peut faire connaître qui est Dieu. Dieu lui accorde ainsi une valeur supérieure au monde animal ou végétal, qu’il doit gérer en maître responsable (= dominer).

La création de l’humain n’est pas décrite en détail. Elle fera l’objet de plus de développement au chapitre 2. Mais ce qui en est dit au ch 1 nous révèle déjà bien des éléments essentiels pour connaître ce qu’il est et ce qu'est sa mission :

a) Comme Dieu est pluriel, l’humain portant son image est aussi pluriel: homme (masculin) et femme (féminin) ; le chapitre deux nous apprendra ensuite que la troisième personne de la Divinité sera donnée à l’humain par le « souffle de Dieu », donnant vie à cette créature humaine, seule « image de Dieu » parmi toutes les autres. C’est dans l’union du masculin et du féminin de la nature humaine que Dieu laisse percevoir ses propres qualités dites masculines (esprit d’entreprise, de décision et d’action, extériorité, logique, jugement, etc.) ou féminines (sensibilité, intériorité, intuition, amour, imagination, etc). Cela rend bien vaines toutes les discussions futures sur la nature et le rôle ou la supériorité de l’un ou de l’autre. (Dessin de Zabou : création de l’homme et la femme).Zabou Création humain.jpg

b) La ressemblance avec Dieu se poursuit dans la mission donnée à l’humain : il est le roi de la terre qu’il doit « dominer » et « gérer ». Solidaire du règne animal créé le même jour que lui, l’homme n’a pas à se laisser dicter sa conduite par lui, ni à abuser de lui pour son profit, mais il doit gérer la nature extérieure et sa propre nature animale intérieure, pour permettre à chacun de vivre dans l’harmonie des uns et des autres, à l’exemple de son Dieu créateur.

c) Comme pour l’animal (v 22), la bénédiction de Dieu sur l’homme se manifestera par la fécondité, qui permettra de peupler la terre sur toute son étendue[1]. Mais, comme il est à l’image de Dieu, l’humain non seulement perpétuera la vie physique de son espèce, mais créera et développera tout ce qui est du domaine de la vie psychique, morale, relationnelle, artistique et scientifique. Son intelligence sera féconde et sa relation avec Dieu lui permettra de grandir harmonieusement sur tous les plans.

d) Cultiver le jardin où Dieu le place pour y créer et entretenir des plantations, pour permettre aussi le développement du règne animal, et l’épanouissement de l’espèce humaine est une tâche qui fait de l’homme l’imitateur de son Créateur et lui donne une responsabilité très valorisante. Garder le jardin, c’est à la fois le conserver en vie, et le protéger. Dieu indiquait par là qu’un danger de détérioration existait et devait être évité grâce à la vigilance de l’homme. Au chapitre 3, cet avertissement se révèlera sans effet !

 

Questions pour une application dans la vie chrétienne

- Comment ma vie reflète-t-elle l’image de Dieu : mes actes et mes paroles contribuent-ils à créer la vie et l’harmonie autour de moi ? A quoi dois-je veiller pour atteindre cet objectif ?

- Comment concrètement, à mon niveau individuel, répondre à la mission confiée par Dieu de « dominer » (= gérer) la Nature, dans le sens de l’environnement (= l’écologie, le respect de la planète), ou de ce qui est « animal » ou « naturel » en moi (= la maîtrise de soi) ?

- Quel est le but de cette mission de gestionnaire de la terre: devenir saint et puissant comme Dieu, ou manifester le respect dû à une création qu’Il avait jugée bonne pour la vie de l’homme, ou rendre Dieu perceptible aux autres à travers ma vie ?

 

[1] Les hommes s’étant concentrés à Babel, Dieu les dispersa pour qu’ils remplissent cette mission. Gen 11

Les commentaires sont fermés.